Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 15:26

Participant : Jihem

Sur un topo, j'ai repéré une belle descente VTT à faire avec 700m de D- et arrivée au bord du lac, et surtout abordable pour moi techniquement. 
 
Mon voisin travaillant, je pars seul vers 9h30, car avant il ne fait pas bien chaud. 
 
Je commence par descendre au fond de la vallée pour remonter en face jusqu'au col de Bluffy. Je prends quelques photos de la sortie d'hier où l'on voit le Parmelan à droite et la montagne de Lachat à gauche, avec la vallée de Dingy au centre :
 
 
Puis, je poursuis la montée jusqu'au village de Bluffy. On commence à voir le lac, avec devant le château de Menton.
 
 
 
Je bascule de l'autre côté et cette fois c'est le petit lac qui m'offre ses eaux d'un beau bleu turquoise. 
 
 
Je descends un peu pour rejoindre la route du col de la Forclaz qui est le point de départ de ma descente. Par contre, attention, le col de la Forclaz, c'est un gros morceau, ici. C'est le point de départ des parapentes et c'est surtout 7km de grosse montée, avec les 3 derniers km à respectivement 10, 10 et 11% de moyenne. J'en bave un peu, mais ça passe, après 52' d'efforts, motivé par les superbes paysages tout autour. Entre les dents de Lanfon et la Tournette, au-dessus, le lac très bleu en bas et le Semnoz et les montagnes des Bauges en face, c'est juste magnifique. 
 
Dents de Lanfon :
 
 
La Tournette :
 
 
Vue sur le col de la Forclaz (à gauche de la bosse au milieu de la pente) et sur ma descente à venir (à droite de la bosse) :
 
Je prends quelques photos en haut, puis je mets les genouillères, sors la Gopro, baisse la selle et m'engage à pied sur le début de la descente, impraticable à vélo.
 
Vue sur le lac depuis le col de la Forclaz (départ de la descente juste sous la grille) :
 
 
Après deux lacets sur un sentier très étroit, dans les caillasses et la végétation, le sentier entre en sous-bois, je peux démarrer ma descente. Au début, il y a quand même des caillasses et des racines, puis ça devient plus lisse, mais le chemin à flanc de montagne est étroit et avec le vide dessous je fais gaffe. Idem pour quelques épingles serrées que je passe à pied, pas envie de finir dans le ravin, surtout que je suis seul et qu'il n'y a pas un chat. 
 
Ensuite, ça roule mieux, toujours à flanc de montagne, mais j'enchaine mieux et je me fais plaisir. J'ai la banane, vraiment top cette descente !
 
A un moment, le frein arrière devient mou et ne freine plus trop. Je m'arrête, ça sent le cramé. T'as raison, Lomax, je freine trop. Je laisse refroidir et récupère mes freins. Je me lâche sur la partie suivante, plus large et avec moins de vide sur le côté, avant d'aborder le dernier tronçon, très différent, tout en caillasses et rochers. J'appréhende un peu mais passe finalement tout sur le vélo, le Rocky étant un allié précieux sur ce type de terrain. 
 
J'arrive enfin en bas, super content de ma descente, une des plus belles que j'ai faites. 
 
Je suis loin du chalet, il me faut rentrer, par la route. Je pense revenir par le col du Marais, après Faverges, à 10 km de là, mais pas de bol la route est fermée (et évidemment, c'est annoncé quand on y est) et la déviation me mène beaucoup plus loin (10 km de plus), au col de l'Epine. Gasp, je le connais aussi celui-là, c'est encore 7 km, entre 7 et 8% tout le long, et en plein cagnard, pas un poil d'ombre.
 
Avant d'attaquer, je prends le Mont Blanc en photo, ainsi que le col à gravir, et c'est parti pour une longue ascension, encore 52'. Je bois, mais cette fois le coup de chaud est là et je sens que le retour va être difficile. 
 
Vue du Mont Blanc depuis Faverges :
 
 
Vue sur le col de l'Epine depuis Marlens :
 
 
La Tournette (à droite) côté Thônes, depuis le col de l'Epine :
 
 
La descente sur Serraval me repose un peu mais pas beaucoup, car le vent de face est terrible et je n'avance pas, même sans toucher les freins.
 
Au Bouchet, je reprends de l'eau car je n'ai plus rien. Il me faut alors remonter 2,5 km, pour atteindre le col du Marais et je me laisse glisser dans la descente, toujours freiné par le vent.
 
A Thônes, j'ai presque 60 km au compteur, il est 14h30, j'ai soif et les crocs, je fais donc une pause boulangerie, histoire de reprendre des forces pour les 10 derniers km jusqu'au chalet, que je vais finir à la volonté, surtout la terrible remontée jusqu'au chalet, avec un passage à 17%.
 
Mortelle cette sortie ! J'ai ma dose de vélo, cette fois. Demain, repos !
 
Statistiques
 
Distance : 69 km

D+ : 1965 m (Strava)

 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories