Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 13:30
Bon, comme c'est calme en terme de sortie VTT dans le 94, je vous fais un petit CR de ma sortie d'hier dans le Gers, sur le GR65 (qui est le chemin de Saint Jacques de Compostelle venant du Puy en Velay).
 
Jeudi, j'avais déjà fait une sortie sur ce GR sur la partie que je connaissais déjà (40 km, 611 m de D+), mais cette fois, j'avais décidé l'aller explorer la partie après Condom, jusqu'à La Romieu.
 
Ayant toujours mes plaquettes qui appuient sur le disque arrière, avant de partir, je passe un coup de papier de verre sur les plaquettes, ce qui va effectivement supprimer le bruit ... pendant 3 km, avant de revenir aussi fort qu'avant. Grrrr, m'énerve ce bruit, sans compter que la roue ne fait toujours pas plus d'un tour !!! Va falloir purger en rentrant, je pense.
 
Je prends la route pour rejoindre le GR et me voilà avec un gros chien couché sur le bord de la route, une voiture passe au ras, sans ralentir, le chien se redresse quand j'arrive et avec ma veine, un gros chien loup arrive à son tour. Zut, ce sont les deux chiens qui m'ont fait changer de chemin jeudi, et que j'avais trouvé dans les vignes l'année dernière. Un voisin qui fait du vélo (et qui s'est fait mordre à la cuisse par un autre chien dans le coin, qui m'avait déjà coursé, il y a 3 ans, sur une route que j'évite maintenant) m'ayant dit que le chien loup était gentil et l'autre qui était méchant avant s'était calmé, je tente le passage, pas bien fier, ça aboie dans mon dos, mais en fait, ce sont les chiens entre eux, ouf !
 
Après avoir lever un renard la veille avec ma femme, presque au même endroit, cette fois, c'est un lièvre qui se sauve devant moi. Me voilà rapidement sur le GR (2-3 km de la maison), et c'est parti direction Condom, avec d'abord une descente sur un chemin herbeux, plein de rosée. Je m'en prends plein les lunettes et la caméra (ma fille m'a ramené mon harnais, j'ai donc pu refilmer, yeah !), puis j'arrive au pont d'Artigues, avant d'attaquer la première grosse difficulté de la journée, une bonne montée de plus de 8', avec une première partie pas très pentue, alors que la suite est un vrai raidar (souvent entre 10 et 15%) dans la caillasse en bas, dans les ornières au milieu et dans la terre le reste du temps. Je la connais, je ne m'excite pas, d'autres difficultés m'attendent. Je fais une pause en haut pour faire baisser le coeur qui est monté dans les tours. Il fait déjà bien chaud, mais il y a quand même un peu d'air dès que le chemin passe en sous-bois, ce qui est le cas pour le début de la descente vers Condom. Il y a un peu de pierres et des branches au milieu, mais avec le Rocky, ça passe tout seul, puis le GR emprunte une petite route bitumée jusqu'à Condom. 
 
Je me laisse guidé par le GPS avant de perdre le fil dans les petites ruelles. Pas grave, je connais, je rejoints donc la cathédrale pour quelques photos 
 
 
 
et retrouve la trace plus bas, pour partir en direction de La Romieu. Je reconnais le début, que j'ai déjà fait lors de ma première sortie avec Sylvain, le champion local, et je confirme que ça monte fort, très fort même, pour sortir de la cuvette de Condom (18' pour 2,4 km de montée), d'abord sur un sentier, puis sur un chemin gravillonné, avant de sortir enfin sur les hauteurs de Condom, avec cette fois un chemin qui a du être très boueux cet hiver, il reste des énormes ornières et encore un peu d'eau. Ca commence à bien cogner maintenant que je suis à découvert.
 
Je poursuis dans les champs, avant une descente sur une petite route bitumée qui se termine en chemin pour rejoindre le lac de Bousquétara, entouré de jolies fleurs jaunes et roses. Avec le bleu du ciel et de l'eau, c'est joli.
 
 
 
Je croise ensuite un troupeau de pélerins, que des femmes du troisième âge, me semble-t-il, avant d'attaquer la troisième montée (7' pour 1 km) sur un petit chemin bien raide. Ici, il n'y a jamais de plat, donc à peine en haut, ça redescend immédiatement, avec en bas, un petit passage de gué, avant une quatrième montée, terrible (12% de moyenne et passage à 20%), sur Castelnau sur l'Auvignon (où je signe le deuxième temps Strava => je relativise, peu de vététistes dans le Gers, et encore moins sur Strava). Je regarde la carte, je suis encore à 8 km de La Romieu, et avec ce terrain accidenté, je n'y suis pas encore, et le pire, c'est qu'il va falloir faire tout cela dans l'autre sens, et vu les descentes prises, le retour ne va pas être de tout repos non plus, mais bon, c'est l'objectif du jour, et comme j'ai plutôt les jambes après les Alpes, je suis assez confiant.
 
Après une courte descente raide, ça remonte encore fort pour la cinquième montée (encore 12% de moyenne) sur Mourelot (où je signe le 3ème temps sur Strava). A nouveau une courte descente, puis c'est la sixième montée, plus longue, jusqu'au point culminant de la sortie (vers 212 m ... ça change des Alpes :lol:), par un chemin le long d'un champ de tournesol puis en sous-bois et enfin c'est un petit single en parallèle de la route jusqu'à La Romieu, petit village touristique avec une belle Collégiale et des statues de chats un peu partout sur les maisons (c'est le grand jeu pour les touristes de les retrouver). Je m'arrête à côté du cloître, visible depuis une porte. Je passe le téléphone à travers les barreaux pour le photographier. J'appelle madame car il est 11h10 (je suis parti à 8h30), j'ai plus de 28 km au compteur et 500 m de D+ sur le GPS, et il faut que je refasse la même chose dans l'autre sens, donc je ne suis pas prêt de rentrer.
 
 
 
Allez, courage, faut y retourner. Je me retape donc les descentes de l'aller en montée, avec encore de gros pourcentages par moment (souvent plus de 10%, même jusqu'à 18%) et je profite des descentes. Je redouble bon nombre des pélerins que j'ai croisés à l'aller, jusqu'à Condom. Le GPS passe en mode survie, économie d'énergie, avant Condom (comme un idiot, j'ai oublié de le recharger la veille), je dois donc me guider en suivant le marquage du GR sur les arbres (heureusement, c'est bien balisé). Je repasse à Condom à l'heure du repas, il fait bien chaud, et il n'y a plus personne sur les chemins cette fois, le retour est difficile, les cuisses commencent à faire mal, je m'accroche pour la 11ème longue montée (autour de 4 km), avant la descente sympa de Larressingle. La douzième et dernière montée est encore plus dure, avec la chaleur, je suis scotché, je n'avance plus trop, j'ai hâte d'arriver et d'en finir avec ce casse-pattes. J'arrive enfin vers 13h30, bien rincé, après 5h de vélo en pleine chaleur. Assurément la sortie la plus dure que j'ai faite dans le coin. Heureusement que j'étais pas mal entraîné et les 2 séjours dans les Alpes m'ont bien aidé.
 
Statistiques
Distance : 56 km
D+ : 940 m
Moyenne : 11 km/h 
 
 
Vidéo à venir à mon retour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jihem - dans vtt 2016 Sud-Ouest
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories