Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 21:38

Participants : Steeve-O, Wikigaby

CR de Wikigaby :
 
Petit CR de la Bréva'Night 2016, rando à laquelle je participe pour la 3ème année consécutive et autant le dire, je signe de suite pour une année de plus !
 
Cette année la sortie s'annonce plus "relax", pas de PetitDragon ou autre Akrilite pour lancer les hostilités. Rendez-vous est donc pris avec Steeve-O mais c'est sans compter sur 2 de mes collègues qui m'annoncent 15 jours avant le jour J qu'ils sont inscrits à une rando de nuit avec le frangin d'un des 2. Un d'eux n'a pas roulé depuis un moment et les 2 autres sont des cyclistes occasionnels, de toutes façons on a prévu d'y aller cool donc à défaut de rouler fort on va se payer une bonne tranche de rigolade vu l'équipe...
 
Le jour J je rejoins mes collègues, ils ont un semblant d'organisation avec un camion pour charger tous les vélos. Ça évite de se retrouver avec un seul vélo et une personne par voiture, en plus d’être plus convivial.
 
C'est à ce moment que j’apprends qu'en fait il y aura encore 5 gars avec nous, ça fait donc un groupe de 10 personnes !
 
On charge les vélos et part rejoindre le reste du groupe, en arrivant, on découvre qu'il y a 2 désistements. Nous serons donc 8, un groupe avec visiblement des niveaux complètement différents.
 
Niveau montures, on a 2 Décathlon acier de la fin des années 90, un tout suspendu Topbike ou équivalent (un bébé à 18kg!), un Rockrider 500s, un SR scott, un TS Lapierre, le Viper de Steeve-O et mon Canyon.
 
Tout ce petit monde se prépare et dès la tombée de la nuit on part. On roule à un rythme vraiment cool mais au bout de quelques km à peine, on entend déjà certains dire qu'on roule vite, trop vite! 14km/h à mon gps. Je leur conseille de relâcher un peu l'effort et de se ménager, la première partie étant la plus simple, il ne faudrait pas se cramer !
 
Le terrain est plutôt sec avec quand même quelques passages gras et des racines humides qui sont piégeuses mais dans l'ensemble ça va. D'ailleurs à l'arrivée on ne lavera même pas les vélos. Dans cette première partie, quelques glissades dans le groupe, il faut dire que certains ne sont pas vraiment aidé que ce soit avec leur monture ou avec l'éclairage plutôt sommaire. Une chute, je préviens qu'il y a une grosse souche sur la droite et mon collègue regarde la souche et le vélo suit son regard, logique... Du coup l'OTB a été instantané.
 
On a aussi perdu 3 personnes dès le 7 ou 8ème km, on a donc continué à 5 jusqu'au ravito au 13ème km. Ravitaillement, où certains en on profité pour fixer une petite lampe sur le casque pour les uns, sur le torse pour les autres. Un petit verre de vin chaud, un sandwich, un peu de pain d'épice pour moi, le tout suivi d'un petit pipi qui va bien et on est prêt à repartir.
 
Enfin prêt c'est vite dit, avant de partir le "topbike" n'a plus de frein arrière, un coup de tension au câble mais rien de mieux, en fait la gaine est sortie de sa butée sur le cadre du coup sans la remettre en place ça marche moins bien  Mais visiblement ça ne gène pas son pilote qui dit qu'il finira avec le frein avant, parce que "ça ira bien" comme ça.
 
On enchaîne donc par le long single en faux plat dans le bois de la Grange, ça ne monte pas énormément, mais c'est long et quand on a pas l'habitude ça pique les cuisses! Je préviens que sur cette partie je n'attendrais pas, il y a des singles bien sympa et j'ai envie de me faire plaisir, je roulerai à mon rythme et m’arrêterai aux grandes intersections pour attendre le groupe.
 
Du coup avec Steeve-O on part, on roule pas trop mal, on descend le long du grillage au niveau du centre de loisirs, puis on descend le faux plat du stade. Arrivé en bas on tourne sur la gauche, il y a un panneau avec "retour rapide à droite" ou "grand parcours à gauche", on s'interroge avec Steeve-O. Est ce qu'on leur dit de prendre le retour rapide et nous on part sur la gauche? C'est qu'ils sont vraiment bien cramés les copains là. Un bénévole qui est un peu plus loin nous entend et nous dit que le grand parcours c'est juste le parcours normal et que de toutes façons tout le monde
va à gauche donc qu'on aille à gauche On lui dit qu'on attend les 6 personnes qu'on a perdu de vu; au bout de quelques minutes le premier arrive, il veut impressionner la galerie et faire un peu le spectacle, la fatigue aidant il confond le frein avant et le frein arrière et pour le coup amuse vraiment la galerie. Manque de chance je filmais à ce moment là.
 
Notre groupe au complet est là, bien fatigué, il n'y a vraiment que Steeve-O et moi qui sommes en balade, les autres sont en pleine lutte avec eux mêmes mais aucun n'a voulu choisir le retour rapide, chapeau !
 
On approche du Griffon, on roule à notre rythme jusqu'à la route, où encore une fois on attend le reste du groupe. On leur dit qu'il reste LA montée de la rando et qu'ensuite c'est une descente suivie de plat jusqu'au stade.
 
La surprise, c'est que le tracé dans le Griffon a été modifié, avec les barrières installées à l'entrée de l'allée royale le single qui part sur la droite est inaccessible. Du coup la rando se contente de monter l'allée Royale et au bout de la redescendre. Il restait l'alternative de monter via le single qui longe l'allée mais c'est tout. En haut, on a attendu de longues minutes nos compagnons, qui ont pour la majorité, posé pied à terre. J'ai connu ça et c'est vrai que cette allée Royale, quand on débute, c'est un sacré morceau avec sa partie finale qui monte de plus en plus.
 
Une fois tout le monde regroupé, on part en mode "Horde" faire une petite descente sur la droite hors balisage, des gens nous suivent puis râlent parce qu'il n'y a pas de rubalise, bah oui mais on aime bien descendre nous, même si du coup il va falloir remonter pour récupérer la trace et du coup en faire râler une bonne partie encore.
On enchaîne via le Single du TGV, jusqu'à la passerelle, où on s’arrêtera pour attendre le groupe. On va attendre de longues minutes, se refroidir, sans jamais voir nos coéquipiers passer! On commence à se dire qu'il y a un souci, quand on en voit un arriver seul. Il ne nous voit pas, ne nous entend pas, bref il est entier on le laisse partir.
On attend encore de longues minutes, puis un autre passe, puis 3 ou 4 autres. On demande au dernier où est Kévin, "bah il est derrière moi", euh nan t'es tout seul, mais avec la fatigue et le manque de lucidité, il a continué sa route sans même s'inquiéter.
 
Du coup je songe à partir à sa recherche quand au loin on voit une petit lumière qui arrive, c'était lui, facilement reconnaissable avec sa loupiote au milieu du torse. Il était complètement HS, incapable de rester assis mais ses jambes n'arrivaient plus à le tenir debout... La passerelle du TGV était une vraie montée pour lui, du coup je l'ai poussé, je suis resté avec lui pour finir mais j'ai du le pousser à de nombreuses reprises même sur le plat, heureusement l'arrivée était toute proche.
 
Une fois sorti du bois, on a fini la centaine de mètres de la piste cyclable en sprint avec Steeve-O et arrivé sur le parking, on a attendu une dernière fois le copain!
 
Superbe sortie comme dab, un peu de bouchons dans les petites difficultés mais bon ça fait des beaux dépassements par moments comme ça.
 
Statistiques
 
Distance : 25 km
D+ : 100 m environ
 
 
 
BrévaNight 2016 (22 octobre 2016)

Caméra embarquée Wikigaby

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories