Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 18:11
Participants : Jihem, Mmarc, Petitdragon
 
Difficile le réveil ce matin ! Si j'y ajoute les genoux toujours douloureux, un point dans le dos, le bide pas très net, plus le temps frisquet et gris en ouvrant les volets, il y avait de quoi retourner illico presto sous la couette ... mais non, je décide de ne pas m'écouter et d'aller retrouver les copains, enfin pas tous, manquera à l'appel Bbanpc, qui, lui, a choisi la couette, ne se sentant pas bien.
 
Je retrouve donc d'abord Petitdragon, pas très motivé non plus ce matin, puis Mmarc à l'écluse. C'est vrai qu'il ne fait pas bien chaud, quelques degrés à peine, mais avec les tenues d'hiver ça passe assez bien, d'autant que dès le bord du canal, le soleil pointe son nez, timidement d'abord, puis plus franchement quand on va monter au fort de Chelles. Avec la côte, on aurait même trop chaud, et la buée fait son apparition sur les lunettes dès qu'on s'arrête pour la première pause barre.
 
 
On poursuit par le single du Fort, qui est maintenant devenu un classique, puis le nouveau single descendant avec son célèbre "Piège à nain" (où j'ai failli glisser vu le terrain humide) et ses sorties "Trou de hobbit" ou "Toilettes sauvages", au choix. Pour ma part, j'ai choisi le trou de hobbit, tout comme Marc, ce qui ne nous a pas empêché de rouler également où il ne fallait pas. Un petit tour dans les herbes puis dans le bac à sable permettra de limiter la casse.
 
Sur la montée de Montfermeil, Petitdragon, fidèle à sa stratégie habituelle, bourrine sur le pied de la montée pour finir ... comme il peut, et c'est là en général que je le rattrape, sauf que là, le passage énergique a été rapide, très rapide, il me double rapidos, comme je m'y attendais ... puis cale 10 m plus loin, pas la grande forme le dragon ce matin ! Du coup, c'est moi qui m'échappe, faut dire qu'avec ma patte de dérailleur toujours pas changée, les vitesses du milieu n'arrêtent pas de sauter, donc j'ai le choix entre mouliner ou emmener plus gros, ce qui est le cas sur cette montée, ce qui permet de creuser l'écart, à condition d'avoir les cuisses. Même avec mes genoux de vieux, je m'en sors pas si mal et fait mon troisième meilleur temps sur cette montée. Faut dire qu'à ce moment, je n'ai pas mal aux genoux, c'est presque miraculeux.
 
On redescend un peu avant de rejoindre Bondy, mais, comme les fois précédentes, au moment de passer entre les 2 maisons pour gagner la forêt, un crétin est encore garé devant l'entrée du chemin :193: , que je rate. Je contourne la voiture à pied, remonte sur le vélo, met les watts pour m'arracher et vlan, je pète la chaîne ! C'est ballot ! Heureusement, j'ai plus d'un tour dans mon sac, puisque j'y trouve 2 maillons de chaîne avec attache rapide. Un seul suffira à Petitdragon (zut, encore grillé sur mes talents de mécano :230: ) pour réparer tout cela brillamment :251: . Il y a juste MMarc qui s'est un peu inquiété quand Petitdragon a sorti des gants en latex pour bricoler sans se salir, il a cru qu'il voulait me faire un toucher rectal  Razz .
 
 
Dans la forêt, le premier raidillon fait mal, mais il reste le plus dur, au fond, avec le terrain en dévers souvent glissant. Pas besoin d'aller jusque là pour éprouver les premières sensations. Je suis en tête dans la descente quand je vois une zone louche, très louche devant moi, ça sent le piège marécageux à plein nez, je décide de serrer à gauche dès que je commence un peu à perdre le contrôle de la machine pour aller rejoindre une déviation que j'ai aperçue sur la gauche, afin de contourner le bourbier et c'est à ce moment que j'entends crier dans mon dos, c'est le nain cracheur de feu qui arrive à toute balle pour essayer de me gratter, mais là, c'est lui qui va se gratter, car il arrive en plein milieu du bourbier sans plus rien contrôler, et là, par pur réflexe, alors qu'il partait pour aller s'écraser lamentablement comme une bouse dans la fange, dans un sursaut inespéré, il réussit à s'éjecter sur le côté, pour effectuer ensuite un joli rouler bouler, sans trop se salir. Dommage, personne n'avait de caméra aujourd'hui !
 
Le temps de redresser le guidon et c'est reparti. La montée en dévers est impossible sur le vélo avec la boue, on passe donc à pied en se disant que la descente ne va pas être triste. Effectivement, dans l'autre sens, faut trouver la trajectoire et freiner judicieusement aux bons moments, sinon, c'est un tour dans le décor assuré. On prend un single alternatif sur le passage le plus scabreux, et finalement, on s'en sort sans encombre.
 
On galère ensuite à retrouver les singles des fois précédentes, comme à chaque fois, d'autant que plus ça va, plus il y a de feuilles pour les planquer, mais finalement, on se débrouillera pas si mal, arrivant à en refaire un bon nombre.
 
Il est temps de quitter la forêt de Bondy pour rejoindre d'abord l'arboretum de Montfermeil. MMarc nous fait la montée en mode raid, dans l'herbe et les feuilles, alors que nous restons sagement sur le bitume de la piste cyclable avec Petitdragon. A l'arboretum, le petit single n'est pas aussi glissant que ce à quoi je pensais, ça passe assez bien, en fait.
 
On profite d'un coin ensoleillé à la sortie de l'arboretum, pour manger une nouvelle barre. Je me réjouis de ne pas avoir mal aux genoux, je suis étonné. Mon étonnement sera de courte durée, car en repartant, la bonne montée qui rejoint l'entrée des carrières de Gagny, va vite réveiller une bonne douleur au genou gauche, qui ne me quittera pas de toute la suite de la sortie.
 
On retrouve le passage entre les maisons et j'attaque la première descente. Au milieu, j'avise le chemin à droite et je reprends ma trajectoire des passages précédents, en attaquant le dévers assez haut, pour pouvoir tourner plus facilement pour embrayer sur la montée très raide qui attaque aussitôt ... sauf, que, un crétin a mis une grosse branche en travers, juste en sortie de trajectoire, là où je dois tourner, et là, ça ne passe pas, impossible de tourner. Enervés, avec Petitdragon, qui a subi le même problème, on dégage la branche en question, pour les prochaines fois (c'est vrai que je commence à être abonné à cette sortie, cela fait 3 fois en 2 mois).
 
On enchaîne avec la belle descente, toujours aussi sympa, sauf le dernier virage, avec un arbrisseau qui penche au-dessus du single, obligeant à prendre très à droite, pour se retrouver en sortie de virage en bas du dévers, là, où ça glisse le plus. Je fais un peu l'équilibriste, je chasse de l'arrière, mais ça passe. Idem pour Petitdragon derrière. Mmarc préfère assurer et faire ce passage à pied.
 
On arrive alors au pied de la falaise à la biquette, mais pas de biquette, alors que Petitdragon est là. Dieu sait quelle histoire va encore nous inventer Bbanpc avec Petitdragon et cette biquette qui l'inspire beaucoup !  :P A défaut de biquette, c'est un troupeau de vététistes, en majorité en Sobre, qui débarquent ... alors que j'avais dit quelques instants avant à Mmarc qui découvrait ce coin, que maintenant, on n'allait plus voir personne, dans ce sanctuaire vert, perdu au milieu de la banlieue. Raté !
 
On les guide un peu car ils semblent paumés et on attaque en montée, ce que l'on vient de descendre. Autant dire que le passage foireux est encore pire à la montée et que ça ne monte pas, enfin si, mais à pied. Comme on ne passe pas vite, on en profite pour guider l'arbrisseau qui prend le chou, entre deux arbres, histoire de le tenir à l'écart du sentier. Le soleil étant maintenant généreux, il nous offre un éclairage sympathique sur notre terrain de jeu. On en profite donc pour se faire quelques photos.
 
 
 
 
 
On poursuit ensuite sur les côteaux qui sont à peine plus gras que les dernières fois, à notre grande surprise. Certes il faut toujours faire attention entre les feuilles et les nombreux troncs glissants qui coupent le sentier, mais la terre ne colle pas et on passe sans problème. Il y a juste un moment où l'on a poussé un peu plus à droite que d'habitude pour passer dans une fange sans nom et malodorante. On a ensuite pris une descente inédite, correcte sans plus, pour arriver sur le petit chemin qui remonte pour rejoindre la plaine ... où nous avons croisé un joggeur, avant d'arriver à la grotte où nous avons été rejoint par un promeneur avec son chien. Décidément pour un secteur habituellement désert, c'était foule ce matin !
 
Nouvelle pause barre, enfin gel pour moi, vu que je n'ai plus de barre, puis remontée vers Gagny, en s'arrêtant au bord de l'énorme trou pour essayer de sonder la profondeur, mais impossible de voir le fond, on voit juste que ça part sous le chemin affraid .
 
 
Fin de sortie sans histoire, je couperai au plus court à Bry, sans chercher à faire au moins 40 km cette fois, car le genou fait mal et j'en ai assez comme cela.
 
Statistiques :
Distance : 37 km pour moi, 59 km pour Petitdragon
Moyenne : 12,3 km/h
D+ : 385 m pour moi, 774 m pour Petitdragon
Chute : 1 pour Petitdragon
Divers : 1 chaîne cassée pour moi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories