Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 14:43
Participants : Jihem, Petitdragon
 
Toujours aussi peu de monde dans la Horde en ce moment pour faire du VTT, enfin, en dehors du Griffon, et en plus Bbanpc déclare encore forfait avec son genou qui se bloque. Heureusement qu'il va y avoir le trip pour le voir un peu (que 3 sorties ensemble cette année). Du coup, on se retrouve encore à deux avec Petitdragon, pour un tour du côté de Vallières pour changer du Griffon.
 
La météo est parfaite ce matin et on apprécie d'avoir personne sur la piste à l'aller, avant de bifurquer au bout de la piste et que je calcule que là, c'est bon pour Chelles, sauf qu'aujourd'hui, on ne va pas à Chelles, mais au bois de Vaires, j'ai donc tourné trop tôt cette fois. Ca doit être l'âge, je commence à gatouiller, c'est pas bon, ça ! Heureusement, cette fois, j'ai quand même fait attention et je me suis aperçu de mon erreur à temps. En fait, ce n'est pas vraiment une erreur, en longeant le canal, ça y va tout aussi bien ... enfin, si on prend l'allée à droite, car Petitdragon a proposé de prendre le petit chemin sauvage à gauche. Alors, pour la direction, pas de problème, il y va bien aussi ce chemin, par contre,comme indiqué, il est un peu sauvage, c'est-à-dire pas aménagé, avec peu de passage, donc des herbes hautes, très hautes mêmes, et surtout gorgées d'eau suite au déluge de fin de semaine. Résultat, en moins de 500 m, on a les pieds trempés, et comme ce petit plaisir va durer quelques kilomètres, on va finir vraiment trempés. Petitdragon nous fait même un arrêt essorage des semelles et des chaussettes pour évacuer un peu l'eau, tandis que je préfère resté au frais (en fait, remettre les chaussettes et les chaussures trempées, une fois enlevées, je le sens pas trop ...).
 
 
On repart, on fait notre petit tour bien rôdé maintenant du bois de Vaires, puis on attaque le sentier des vaches pour aller rejoindre Pomponnette, sauf qu'au bout de 50 m, en plein milieu du chemin, on tombe sur ça :
 
 
C'est devenu le sentier des porcs ! Y en a marre de tous ces gougnafiés, qui plutôt que d'aller dans une décharge, vont vider sauvagement leur camionnette dans la nature dont ils n'ont rien à faire. Entre les camps de roms et ces décharges sauvages qui fleurissent de partout, les quelques chemins encore préservés dans ce monde urbain sont salopés, petit à petit, et après on vient interdire des chemins aux VTT sous prétexte qu'on dégrade la nature, cherchez l'erreur ! Voilà, c'était mon coup de gueule, mais ça commence à bien faire.  :81:
 
Heureusement la suite du chemin est préservée. Après Pomponnette, nous prenons notre raccourci habituel pour passer le pont où je me gauffre lamentablement dans les ronces et les détritus (encore !), après la chicane, où j'ai pris trop large, puis j'ai voulu braquer à fond, mais avec le manque de vitesse, j'ai commencé à basculer et je n'ai pas réussi à déclipser à temps. Du coup, je suis resté coincé par terre, avec le pied bloqué, et pas moyen de me relever. Pendant ce temps, Petitdragon avait filé devant sans s'en apercevoir. J'ai enfin réussi à me dégager. Résultat : la carrosserie est éraflée sur la cuisse droite et à l'épaule gauche, ce qui est plus bizarre, vu que je suis tombé à droite (à moins que ce soit une branche, à un autre moment, qui ait tapé l'épaule, sans rapport avec cette chute).
 
Je rejoints Petitdragon pour la montée de Villevaudé. Au pied de la côte, par chance, le petit bâtard hargneux qui en veut à mes mollets n'était pas là, ce qui permet d'attaquer la côte sereinement. Elle monte toujours autant, mais on l'a pas mal passée.
 
On enchaîne avec le petit chemin sous le camping, et là, après un début sec agréable, c'est la fête, avec d'abord un énorme bourbier où le seul souci est de ne pas rester coincé au milieu, sinon c'est la misère s'il faut mettre le pied dans la boue (sous l'eau pour être précis), ça patine, ça dérape, ça gicle (mes jambes vont prendre chères, mieux qu'une séance de thalasso), ça frôle la cata, mais ouf, ça passe pour les deux. A peine remis de nos émotions, on se retrouve bloqué par un gros arbre fraîchement tombé sur le chemin. En fait, il est à moitié cassé et une énorme branche, pas complètement détachée du tronc, pend sur le chemin. Petitdragon est obligé de casser quelques branches à la main (en faisant gaffe à ne pas secouer trop fort, des fois que la branche lui tombe complètement dessus) pour dégager un petit passage pour se faufiler.
 
 
On remonte puis on se lance dans la descente du bois de Luzancy, à bonne vitesse, Petitdragon devant. Dès le premier virage, la roue avant se dérobe et je pars en glissade vers les arbustes qui bordent le chemin, juste avant de réussir à redresser le vélo. Je suis passé à deux doigts d'une nouvelle chute, je vais lever le pied. Pendant ce temps, Petitdragon file, mais il me dira en bas, avoir eu aussi de gros problème d'adhérence. La descente est assez grasse et c'est limite à chaque virage ou presque, je finis donc tranquillement, ce n'est pas le moment de se vautrer bêtement.
 
Après une petite barre bienvenue, on remonte sur Carnetin, à nouveau dans les grandes herbes, agrémentées de quelques orties que l'on va ensuite retrouver une bonne partie de la sortie. Après les herbes hautes trempées, le tas d'ordure sauvage, le bourbier vicieux, l'arbre bloquant le passage, la chute dans les ronces, voici maintenant les orties qui nous démangent comme pas permis (ça me gratte toujours terriblement cette après-midi), mais qu'est-ce qu'on a fait pour mériter tout cela ! Heureusement, il fait beau et il en faut plus pour nous arrêter.
 
A Carnetin, pas de pause, on descend directement. Petitdragon m'a laissé partir devant, en éclaireur, vu qu'il a le Merlin. Et bien, on n'est pas déçu par la partie haute. C'est un beau bourbier, au milieu des grosses pierres qui glissent, des ornières piégeuses et des dévers glissants, bref, c'est pas triste. Autant dire qu'on va jouer les équilibristes et que ce n'est pas aujourd'hui qu'on va prendre le kom !
 
La deuxième partie, après la route, par contre est nickel et on va pouvoir lâcher les freins et faire revenir la banane, trop bon, ce passage ! En bas, au bord de Marne, c'est étonnamment sec, du coup, joueurs, on décide de se risquer sur le petit single le long du grillage. Le dévers est vraiment piégeux aujourd'hui et j'ai beaucoup de mal à garder l'équilibre. Idem pour Petitdragon. Ca chasse à chaque virage, mais ça passe et nous voilà au pied du gros morceau de la sortie, la montée des ornières. On tire un peu la langue, mais on monte plutôt bien, malgré quelques ornières qui commencent à se recreuser à nouveau.
 
On arrive enfin à notre descente en lacets, où Petitdragon me laisse encore tester le terrain devant. Le début est rapide, puis ça se corse dans la partie avec les lacets car c'est plus gras, et à un moment, ma roue avant se dérobe dans un dévers, je pars donc au large vers la pente, juste avant le passage serré entre les deux arbres. Damned, ça sent le gars qui va se vautrer ou se prendre un des deux arbres, mais c'est à ce moment que sors ma botte secrète, ou plus exactement mon pied gauche de la pédale pour le lever en contrepoids, et miraculeusement, je me rattrape juste avant les arbres pour reprendre la bonne trajectoire :oops: . Petitdragon voyant la scène, derrière, a pu ralentir à temps pour ne pas reproduire la même figure que moi. Comme quoi, ça sert d'avoir un cobaye, devant  :P .
 
Au bout de la forêt, on a pris la montée du fond, passant devant deux gars qui démontaient une installation de pro pour prendre des photos (ils auraient attendu un peu, et ils avaient le gratin de la Horde dans la boite :lol: ), avec projo, réflecteur, tromboscope, boule disco et tout ... :lol:
 
Pour descendre, on ne va pas se creuser la tête longtemps, on décide de descendre ce que l'on vient de monter, et on a eu raison car on s'est bien fait plaisir sur cette descente, à bonne vitesse.
 
Il est l'heure du retour, et ce n'est pas la partie que je préfère avec le single le long du champ, vraiment pas très roulant. Je laisse filer Petitdragon devant car contrairement à moi qui suis un peu mou ce matin, lui a une caisse d'enfer et n'arrête pas de mettre des accélérations dans tous les sens, et ce sera comme cela jusqu'au bout. A Bry, il va même faire la course et dépasser un gars en vélo électrique qui nous a doublé (il est fou ce Petitdragon !). Heureusement pour lui, le gars a tourné peu après à gauche, car Petitdragon commençait à montrer des signes de fatigue.
 
Belle sortie sous un soleil radieux, malgré les différents obstacles qui n'ont pas réussi à nous retirer le plaisir de rouler.
 
NB : les photos ont été prises avec mes nouveaux gants Daikine Cross X ... enfin, pas directement avec les gants, ils n'ont pas encore inventé des gants appareils photos, mais en gardant les gants pour prendre les photos avec mon téléphone. J'ai donc pu valider sur le terrain qu'ils étaient bien compatibles avec les écrans tactiles.
 
Statistiques :
Distance : 58,8 km pour moi, 80 km pour Petitdragon
Moyenne : 16,5 km/h
D+ : 337 m pour moi, 714 m pour Petitdragon
Chute : 1 pour moi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories