Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 13:55
Participant : Jihem
 
Contrairement à d'autres qui sont allés rouler pendant le confinement, moi, j'ai fait l'ermite, j'ai pas mis le nez dans l'espace public depuis plus de 2 mois, juste un peu de home trainer dans le sous-sol (pas autant que j'aurais voulu, mais c'est gonflant) et de la marche chez moi, autour de la maison, tous les jours.
 
Avec ce beau temps et la fin du déconfinement, j'ai envie de sortir rouler, évidemment, mais pas du tout de me retrouver dans la foule, ça m'a rendu un peu parano ce truc.
 
D'office, j'élimine les bords de Marne, ça va être la cohue, et je choisis comme itinéraire, le GR14, dans la forêt de Ferrière, qui est très peu emprunté, je devrais donc éviter les rencontres, en principe. Et en même temps, je reprends là où l'on s'était arrêté avec Petitdragon, puisque notre dernière sortie de fin février était justement le GR14.
 
Dès la préparation, je sens que j'ai perdu les réflexes, j'oublie mes papiers, puis mon GPS, bon, enfin, quand j'ai tout, et après avoir regonflé le Rocky qui est à plat, c'est parti. Il est 8h30, il n'y a personne dehors pour l'instant, ça me va bien. Pas le temps d'être chaud que voilà déjà la côte de Sainte Camille, ah oui, dans le vrai vélo, contrairement au home trainer, ça monte. On va pas s'exciter, surtout ne pas démarrer dans le rouge. Finalement, je suis surpris, je monte plutôt bien, sans forcer ... et c'est là que je suis content d'avoir perdu 4 kg pendant le confinement, ça va nettement mieux en étant allégé.
 
Pas grand monde sur la route, juste un routard qui m'a doublé dans la côte. En arrivant le long du bois St Martin, j'ai plus de doutes, si je dois rencontrer du monde, c'est là. Au début, c'est espacé et il y a la place pour doubler ou croiser au large, mais assez vite, surtout avant la borne des 3 départements, ça se resserre et il y a de plus en plus de monde, et visiblement, en une semaine certains ont déjà oublié le virus et le respect des distances. Je remonte le tour de cou sur le nez, car c'est impossible d'être à plus d'1 mètre des gens qu'on double ou qu'on croise, côte à côte pour certains et qui ne se rangent même pas. Et le gouvernement qui compte sur le sens des responsabilités des gens ! Ouais, comme je dis, c'est toujours la loi du plus con qui l'emporte, et là y en a du con au m² ! Le virus peut se réjouir, il a encore de beaux jours devant lui. J'aurais du prendre la route pour éviter ce passage de n'importe quoi.
 
Dès la borne des 3 départements, ça se calme, idem dans le bois de Célie. C'est bien sec, c'est vert, c'est beau, c'est la nature, quoi, mais qu'est-ce que ça fait du bien de la retrouver (et encore j'habite en maison avec beaucoup de verdure, je ne suis pas à plaindre). Sympa aussi de retrouver des sensations de pilotage, avec des virages, des bosses, enfin un peu de vie comparé au home trainer.
 
A nouveau un peu de monde, mais plus facile à gérer en arrivant sur Pontault Combault. Là, je découvre une nouvelle piste cyclable sous la Francilienne, que je ne prends pas, tous les routards y vont (j'ai un petit peloton devant moi, que je garde à distance raisonnable), mais moi, je prends le tunnel habituel pour entrer dans la forêt de Ferrières. En deux mois, la nature a repris ses droits et il ne reste plus beaucoup de place pour passer et évidemment, c'est là que je croise un joggeur. La bifurcation vers le GR est maintenant là, enfin, je devrais être vraiment tranquille. Effectivement, c'est super calme, y a plus un chat, j'espère juste ne pas rencontrer un sanglier ou un autre animal que je dérangerais ... C'est hyper sec, par rapport à la dernière fois avec Petitdragon. Par contre, les dégâts occasionnés par les bûcherons sur le chemin sont toujours là. Ce n'est plus le bourbier infranchissable de la dernière fois, mais tout a séché, durci ... et c'est un véritable tape cul, pas roulant pour un sou, avec les ornières, les grosses rainures de pneus de tracteur, bref, ça avance pas des masses là-dedans.
 
Après ce passage dévasté, en voilà un deuxième, par les sangliers cette fois. Tout a été retourné, ça ne roule donc pas mieux. Au moins, ça n'attire pas les gens en balade dans la forêt, je suis tout seul, peinard, bien tranquille, avec la forêt pour moi, ça fait du bien. Je m'arrête pour une pause technique et là, voilà un groupe de 10 vététistes qui arrive. Pas de problème pour les croiser, je suis à pied, à l'écart du chemin. Bon, visiblement, je ne suis pas le seul a avoir eu cette idée ...
 
Un peu plus loin, avec les coupes, je rate un embranchement, je m'en aperçois assez vite, je fais donc demi-tour et rattrape mon erreur. Je passe alors sur la passerelle à Raph (celle où il a failli finir dans le ruisseau et s'était repris miraculeusement)... mais je la passe à pied, elle est tout effondrée, toute en dévers avec des planches en moins, ce n'est pas le moment d'aller faire des cascades. Le GR se poursuit, je croise un joggeur et un couple de randonneurs. Quand je coupe des allées, là, je vois pas mal de monde, même dans cette grande forêt, c'est dingue, tout le monde est sorti aujourd'hui. Un peu plus loin, ce sont des arbres qui coupent le chemin, obliger de les passer à pied. Encore un promeneur avec son chien, et enfin, j'arrive au bout, à Pontcarré. Je rejoints les bosses via les allées, bien peuplées, avec des randonneurs masqués, quand même, et des joggeurs.
 
Il est temps de prendre le chemin du retour, ça me fera un peu plus de 40 km, bien suffisant pour une reprise, surtout sur ce chemin pas du tout roulant. Assez vite, je recroise le promeneur avec son chien, puis 3 cyclistes à l'arrêt dans un virage large, à une bifurcation (donc les distances sont bonnes). J'ai un peu mal au genou droit pendant 2-3 km, ça m'énerve un peu, je ne ressentais plus rien ces derniers temps. Ce que je ressens aussi maintenant, c'est le postérieur. Hé oui, je retrouve toutes les sensations du VTT, mais celle là, c'est pas la meilleure ! C'est pas comme ma barre de Gerblé amande, ça faisait longtemps et ça c'est une bonne sensation VTT !
 
Un peu plus loin, je manque de me rater une nouvelle fois à une bifurcation, la forêt a changé, j'ai un peu perdu mes repères. Peu après, je me retrouve derrière 2 cavalières sur leurs imposantes montures, je ne peux pas passer. Je tousse un peu pour signaler ma présence (oups, c'est plus le truc à faire ça maintenant, avec ce connard de virus, et en plus, j'ai oublié de tousser dans ma manche !) et les chevaux s'écartent un peu. C'est pas très large, je passe au ras, en espérant ne pas leur faire peur et qu'ils ne fassent pas un écart. Ca va, ça passe.
 
Je sors enfin du GR, je rejoints le bois de Célie où un joggeur avec des écouteurs me déboule sous le nez, sans me voir et m'entendre, je suis obligé de sortir du chemin, dans l'herbe retournée par les sangliers pour le passer. Après la borne des 3 départements, j'ai décidé de prendre la route pour éviter la foule, mais rien que pour la rejoindre, c'est déjà la cohue. J'essaye de garder les distances, mais un couple court côte à côte, sans se mettre l'un derrière l'autre pour croiser, résultat, le gars passe à 30 cm de moi, mais quel con ! 
 
Ouf, me voilà enfin sur la route, loin de ces gens irrespectueux qui me font presque regretter d'être sorti. Le retour est plus calme, j'ai les cuisses qui chauffent sur les derniers kilomètres, la côte de Villiers est dure à passer, mais la fin est en descente, ça finit bien.
40 km pour une reprise, en étant crevé (j'ai bossé 10-11 h tous les jours de la semaine et j'ai mal dormi), c'est encourageant. A part la foule par endroits, heureusement assez limités avec l'itinéraire choisi, ce fût un bon moment de retour à la nature, bien agréable par les temps qui courent. 
 
Statistiques
Distance : 41,6 km
D+ : 170 m
Moyenne : 16,1 km/h
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories