Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 14:56

Participants : Flocycle, Jihem, Raph

 

Ce matin RV à 7h30 avec Flocycle et Raph, sous un temps finalement gris et avec un petit vent pas très chaud. 

 

On finalise vite l'installation de mon vélo sur la Raphmobile et on part vite fait par l'A4 jusqu'à Mortcerf, notre point de départ pour une rando repérée par Raph sur Internet. J'ai chargé la trace sur le GPS, normalement, tout est bon.

 

On s'élance assez vite avec Flo, prêt à en découdre. Très vite, on se rend compte que cela va être humide, voir même très humide. En plus de la trace GPS, le circuit est visiblement fléché, c'est un parcours officiel. Avec tout cela, pas moyen de se perdre ... euh, en théorie, parce que dans les faits, on s'est planté sans le savoir très près du début quand Flo, au pied d'une côte, comme d'habitude, a mis les gaz. Avec Raph, on a essayé de s'accrocher, le nez dans le guidon ... et on a raté un fléchage indiquant de tourner à droite. C'est là que vous me dites, oui, mais toi, GPSman, avec ton GPS, tu ne peux pas t'être planté quand même ? Ben si ! Il faut dire que je me suis fait piéger car j'avais la trace à suivre en violet ... et dans le coin il y avait le GR14, lui aussi en violet sur la carte et qui était commun avec le début du parcours. Du coup, je pensais être toujours sur le chemin, ce qui n'était pas le cas. Du coup, nous avons suivi le GR14 dans le secteur de Mortcerf, ce qui fût une erreur fatale car d'après ce qu'on avait lu, c'est un coin hyper boueux l'hiver. Oui, mais on est en été, me rétorquerez-vous ... certes mais vu la flotte en avril/mai, les conditions étaient vraiment pourries, et il a fallu affronter non seulement de la boue mais carrément des mares profondes, à l'eau stagnante, occupant tout le passage.

 

Dès le début, dans un virage en dévers bien boueux, Flo est parti à la faute avec une glissade latérale des 2 roues pour finir sur le flanc (du côté du dérailleur, heureusement sans dégâts). Dommage, je n'avais pas pris la caméra car avec le GPS et le compteur, il n'y avait plus trop de place sur le guidon. Plus loin, avec les énormes flaques et puis les mares, il a fallu passer de nombreux passages à pied et même plusieurs fois, dans les bois, au milieu des branches. Même à pied c'était dur, difficile de trouver des fois où poser les pieds et on a tous fini les pieds trempés (voir petite video avec mon téléphone). Avec toute cette eau croupie, le coin était infecté de moustiques énormes et entre les moustiques et les orties, les jambes ont souffert. Nous étions tellement occupés par la recherche de passages à peu près praticables que nous avons oublié de nous inquiéter des panneaux. J'y ai repensé en sortant du bois, près d'une ferme, juste après qu'une biche se soit enfuie juste à côté de nous dans un champ. Non seulement, il n'y avait plus de panneaux depuis un bout de temps, mais en plus mon GPS m'indiquait un grand trait vers la droite, signe que la trace était plus à droite, même beaucoup plus à droite, car il a fallu scroller un max à droite pour retrouver la trace, très très loin.

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/dsc_0122.jpg

On a donc décidé de rejoindre une route pour repartir dans la bonne direction et là on s'est aperçu de l'ampleur de notre erreur quand on est repassé à Villeneuve Le Comte ... où nous étions déjà passé, mais en voiture, en nous rendant à Mortcerf ! Malgré le vent de face, on a bien roulé, à plus de 30 km/h, avec une pointe à 38-40 km/h, en prenant des relais, jusqu'au carrefour de l'Obélisque où nous étions déjà passés à Vélo une demi-heure ou une heure avant. Nous nous sommes rapprochés de la trace en empruntant une longue descente défoncée avec beaucoup de caillasse et cela tabassait fort. Raph a reconnu, à l'envers, cette longue côte où Flo avait filé au départ, lequel Flo, en mode poursuite derrière un petit peloton de vététistes, ratait une deuxième fois le bon embranchement que cette fois je repérais à temps (entre temps, j'avais changé la couleur de la trace en bleu fluo pour ne pas me refaire avoir). Après un petit moment Flo est revenu sur ses pas et cette fois nous avons enfin pris le bon chemin, en nous disant, que là, sur un chemin balisé, ce serait certainement moins boueux. Et une nouvelle fois, on avait tout faux car 100 m plus loin au pied d'une montée, il a fallu passer à pied dans un champ pour éviter une mare, puis au sommet de la côte, étonnament, nous avons été confrontés à une nouvelle mare. Le sentier dans les bois qui suivait doit être agréable par temps sec, mais là, il fallait être prudent car cela chassait dans tous les sens.

 

A Dammartin sur Tigeaux, un anglais un peu paumé s'est joint à nous. Il était seul, sans carte, juste avec son téléphone, et découvrait comme nous le coin. Courageux, d'autant qu'il ne parlait pas français. 

 

Après un petit pont, nous avons pris le GR1, bien boueux, qui longe un ruisseau avant d'attaquer une bonne côte, longue et caillouteuse, où nous avons été encouragés par deux heunes filles à cheval, admiratives. Arrivés au sommet, à Montbrieux, nous avions à nouveau perdu le fléchage mais d'après le GPS la trace passait une rue à côté partant vers Guérard, mais vu l'heure et la boucle de 20 km faite par erreur, nous n'avions plus le temps de faire le circuit et en plus, la pluie commençait à faire son apparition. Nous avons donc décidé d'abréger et de couper. Nous avons donc prévenu notre anglais pour qu'il ne nous suive pas jusqu'à Mortcerf, tout en essayant de le guider vers son camping, mais pas évident de guider quelqu'un dans un coin que l'on ne connait pas. On a alors pris tout droit par une bonne descente, très caillouteuse et défoncée. Flo a alors eu un problème avec son dérailleur, la gaine étant endommagée, ce qui lui interdisait tout changement de vitesse. Flo a donc fini en single speed mais avec un développement un peu trop gros. La suite a donc été difficile pour lui, surtout la côte bien raide et longue qui a suivi le passage d'un petit pont au dessus d'un ruisseau, où il a du mettre pied à terre (seul un ennui mécanique pouvait arrêter notre chamois). Nous avons fini par la route, avec encore une longue montée avec le vent dans le nez, juste avant d'arriver à Mortcerf sous une pluie nettement plus forte.

 

A refaire par temps sec, mais en partant directement de la vallée du Grand Morin, pour éviter le secteur de Mortcerf et attaquer directement par le secteur où nous arrivions avant de faire demi-tour et qui avait l'air plus intéressant et valonné.

 

Statistiques :

 

Distance : 38 km

Moyenne : 17,3 km/h

D+ : 357 m

Chute : 1 pour Flocycle    

 

Video téléphone Jihem :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories