Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 14:51

Participants : Akrilite, Alexis, Guillaume, Jihem, Lomax, Ned, Petitdragon, Raph

En ce jour de fête des mères, je dois l'avouer, en me levant et en voyant le temps gris et le fort vent, j'avais plus envie de faire une grasse mat' que d'aller rouler. En plus, j'avais mal au bide, du même style que le lendemain du Ventoux, si bien que j'ai cru que j'allais passer la matinée aux toilettes, au lieu d'aller rouler Rolling Eyes.

C'est donc peu motivé que je pars, en manches courte ... Oups, il fait pas bien chaud, en fait, le vent de face est froid et il faut la montée jusqu'à l'entrée de l'A4 pour me réchauffer un peu. Je retrouve, un peu en avance, Ned et Lomax qui sont déjà au RV, bien plus habillés que moi. On suit les bords de Marne. A un moment, vous connaissez Ned, il ne peut pas s'empêcher de monter sur des petits rebords, en équilibre et de sauter (en fait, il est atteint du syndrome du kangourou Laughing), il monte donc sur un premier rebord, puis arrive une rupture et une reprise du petit rebord ... Ned saute de l'un à l'autre, mais ne lève pas assez l'arrière. L'atterrissage sur le deuxième rebord est un peu rude et ça sent le gars qui a pincé à plein nez ... mais non, il s'en sort bien !

Au pont de Chennevière, on prend la route pour arriver au pied du Piple, où j'abandonne mes condisciples pour un premier arrêt pipi, de rigueur, avec ce vent froid qui titille la vessie. Je démarre donc la côte, alors que les 2 zigs sont à mi-hauteur. En passant le chemin qui vient de la droite, je vois un type au loin, peut-être Raph vu qu'il doit arriver de ce secteur ? Devant, ça monte tranquille en m'attendant. Je ne m'excite pas pour autant, j'ai prévu une sortie calme de préparation au trip, et je me retourne en me disant que si le gars que j'ai vu est Raph, il ne devrait pas tarder à me rattraper, mais non, personne ne me rattrape. Je me dis que ce doit être un vieux, alors ... comme moi Laughing !

Je rejoints les deux autres, juste avant d'arriver au RV à la boulangerie approuvée par mes soins Wink, où l'on retrouve Akrilite, tandis que derrière, finalement, c'est bien Raph qui arrive et que j'avais vu derrière moi, sans le reconnaître. Il doit être en mode calmos, comme moi ce matin.

Ca papote en attendant Petitdragon, le local, mais comme nous sommes un peu en avance, pour une fois, il est excusé. Il finit par arriver et c'est l'occasion de montrer le Troy à ceux qui ne l'ont pas encore vu.

Le ciel est toujours aussi menaçant quand nous repartons pour le Griffon. Avant le pont de la voie ferrée, juste quand les autres veulent faire la boucle sur le petit single, je suis obligé de m'arrêter une deuxième fois, la vessie appelant au secours une nouvelle fois. Du coup, je prends le chemin habituel tout droit, mais même pas le temps d'arriver au pont que je vois Akrilite suivi de Petitdragon qui déboulent déjà de la boucle. Alors soit ma vessie était vraiment pleine, soit ils ont envoyé du lourd ! En fait, ce doit être les deux, car les autres tardent à arriver, on pense même qu'ils se sont trompés à un embranchement, mais non, les voilà enfin.

Lomax et Akrilite décident de nous faire prendre tout de suite à droite après la voie de chemin de fer. En fait, c'est le chemin emprunté, au moins au début, la première fois que nous étions allés au Griffon avec Azimut, il y a bien longtemps maintenant, chemin qui, à l'époque, était barré d'innombrables troncs, nous le faisant éviter par la suite.

Là, on est parti beaucoup plus loin, et heureusement que c'était bien sec, car par temps de boue, ça a l'air terrible Suspect. Tout le monde se suivait de près et ça roulait bien, jusqu'à ce que Raph, collant son prédécesseur, se prenne un gros trou qu'il n'avait pas vu et pince sa chambre avec pour effet une crevaison immédiate. Atelier réparation/entraînement pour le trip. Pendant ce temps, Lomax lui fait la pub pour le tubeless et l'invite même à passer chez lui, pour une soirée spéciale ... bricolage (what did you expect, comme dirait la belle Pénélope Razz), juste avant le trip. Raph ne tombe pas dans le panneau et évite le traquenard, en disant qu'il tient à ... euh, ses chambres à air Laughing ! Dommage, Lomax, bien tenté Wink.

On repart, le chemin se fait de plus en plus sinueux et joueur, c'est bien sympa. Par contre, la végétation a poussé et on se prend de nombreuses branches en pleine figure. A un moment, c'est carrément une petite ronce qui s'agrippe au visage, plus particulièrement à ma lèvre inférieure, ça saigne un peu, j'ai peur d'avoir des croûtes, mais bon, avec un peu d'eau, ça va se calmer.

On arrive enfin au Griffon où Akrilite doit retrouver deux de ses potes, Alexis et Guillaume, mais après échange téléphonique, il s'avère qu'ils ne sont pas encore prêts et donc, on va commencer les hostilités sans les attendre, d'autant que les moustiques, eux, nous attendent, et les ont déjà démarrées, les hostilités ! On attaque comme d'habitude, par la DH diago 2 où j'ouvre la route avec les furieux derrière. Je baisse ma selle dans la première partie, et prends un peu mon temps dans la remontée ... pour la remonter, justement, du coup je bouchonne un peu Petitdragon et ses poursuivants par la même occasion. La deuxième partie est sèche et va bien, et finalement, je vais faire mon meilleur temps sur ce segment.

On remonte l'Allée Royale. En haut, Ned passe la marche, alors que Petitdragon tenté, renonce juste avant de sauter, ce n'est pas le moment de se faire mal avant le trip. Pendant que Raph regonfle son pneu, on se fait une petite descente sympathique, descente mg tec 1, que je ne connaissais pas, avant de remonter retrouver Raph.

Ceux qui ne voient pas où Bbanpc s'est fracturé le bassin veulent voir de quelle bosse il s'agit, on descend donc la descente avec les gros cailloux, mais en suivant Akrilite sur la piste parallèle avec les bosses et les virolos. A un moment, les premiers partent à gauche et s'éloignent de la bosse de Bbanpc, en plus pour aller sur la partie que je n'aime pas trop, donc je rejoints la descente des cailloux pour aller prendre, gentiment, la bosse, sans vraiment sauter, pas envie de me faire mal aujourd'hui ... et même les autres jours, d'ailleurs Razz. Finalement, les autres reviennent après avoir fait un détour et tout le monde se recueille devant le monument aux morts ... enfin, la bosse à Bbanpc ! On décide de faire une photo souvenir, spéciale dédicace, avec tous les vélos et nous avec, par terre.

Ned veut nous prouver que les Spé, ça grimpe partout, et donc il s'attaque à la descente des cailloux ... à l'envers, en montée. Il monte bien jusqu'aux premiers cailloux. Un caillou le bloque un peu et il part un peu de côté, déséquilibré. On croit qu'il va foirer, mais hop, d'un petit coup de cul dont lui seul à le secret, Ned Dorcel repart dans le bon sens et finit l'ascension sur le vélo :bravo2:

Pour notre part, on va suivre Akrilite sur la montée des marches, pour retrouver Ned au sommet. C'est à ce moment qu'arrivent Alexis sur son Kona et Guillaume sur son Zesty. La moyenne d'âge chute d'un coup, les deux n'étant pas bien vieux, surtout comparés à nous Laughing ! Mon Rocky fait un envieux en la personne d'Alexis, qui visiblement rêvait de ce modèle. Je te confirme, il est très bien Razz.

On descend le début de la diago 2, avant le piège d'Akrilite, la forte remontée à gauche dans le virage où tous ceux qui ne connaissent pas se font piéger et mettent pied à terre, faute d'avoir eu le temps de mettre le bon rapport. On remonte sur les vélos pour finir l'ascension et enchaîner sur une descente très sympa, juste au-dessus de la Diago 2 mais avec des bons virages, des cassures, des petites bosses. Rien de dangereux, juste ce qu'il faut pour se faire plaisir.

On remonte par le single le long de l'Allée Royale, qui passe bien, et on poursuit par une nouvelle descente, la DH des 6 sauts. Bon, les sauts, c'est pour les pros, là, on évite la plupart, mais il y a quand même de quoi s'amuser. Juste en bas, au moment de repartir, je déraille et coince la chaine entre le petit plateau et le cadre, mais surtout, je ne déclipse pas, et sans vitesse, je tombe comme une merde sur le côté, heureusement sur un tas de sable Laughing. Des chutes comme cela, je signe tout de suite pour ne pas en avoir de plus grave Razz. J'ai beaucoup de mal, par contre, à décoincer la chaîne et c'est avec l'aide de Lomax et Petitdragon que j'y parviens.

On reprend la grande montée au milieu, avant de se faire une nouvelle descente, pas mal du tout, mais bien chaude sur la fin. En fait, avec Lomax et Raph, on avait un peu été largués par les autres, et on s'est retrouvé sur une partie qu'ils ont évitée, avec d'abord une grosse marche où je n'ai pas voulu sauter mais où ma roue avant à plonger... vers un big trou, juste sous la marche, heureusement que j'avais la selle baissée, ça m'a permis de passer en crapaud sans me vautrer, et ensuite il a fallu affronter un empilement de troncs que nous avons passé à pied car ça semblait trop casse-gueule.

On remonte jusqu'à l'endroit où l'on fait parfois des petits sauts, ce qui est le cas de Ned, qui fait vraiment ... un petit saut Razz.

Alexis aimerait bien essayer le Rocky, mais en fait, nous n'avons pas les mêmes pédales autos et il ne peut pas. Guillaume souligne que c'est mieux pour mon vélo, ouf, je l'ai échappé belle EmbarassedLaughing.

Comme à chaque arrêt, les moustiques nous dévorent, il est temps de repartir. On remonte l'allée Royale et on décide de rentrer par le même petit chemin qu'à l'aller. Avec Raph, nous sommes un peu à la traîne sur le sommet de la montée et nous sommes à peine au sommet que les autres ont déjà enquillé la descente et mis les watts. J'accélère pour combler le trou, ce que je vais finir par faire (ce qui me permet au passage de prendre le 4ème temps sur ce segment), mais pas Raph, que j'aperçois au loin, puis plus du tout. Devant, ça attaque toujours, et quand on rejoint le bord de la voie ferrée, Akrilite et Petitdragon se tirent la bourre. Je suis en queue de peloton et ne vois pas tout, mais à un moment, j'en vois un à terre, je reconnais le maillot jaune, c'est Akrilite. Visiblement, il n'arrive pas à se relever. J'arrive à son niveau et il a le pied coincé dans son cadre, sous le guidon. Il arrive enfin à se décoincer, mais le guidon et la selle sont de travers, les manettes sont tordues et surtout, le tibia et le genou ont morflé. Au niveau du tibia, il y a un trou blanc qui ne va pas tarder à bien saigner et au niveau du genou, ça ne saigne pas trop, mais il risque d'y avoir un bel hématome et à froid, ça risque de gonfler et d'être douloureux. Espérons que cela ne l'handicape pas pour le trip. Décidément, le coin du Griffon est maudit pour ceux qui partent au trip.

Pendant ce temps, Raph qu'on ne voyait toujours pas apparaître fait son retour après un énième gonflage de sa roue arrière.

Akrilite remet son vélo en état, et c'est à ce moment là que pervers pépére ... enfin Lomax Razz, recommence avec ses propositions douteuses (enfin, pour nous qui avons l'esprit mal placé Laughing) : passes un soir à la maison, j'ai tout ce qu'il faut Suspect. Encore raté, Lomax, Akrilite a tout ce qu'il faut chez lui Razz.

Akrilite essuie son tibia qui saigne bien, maintenant. Visiblement, il filmait au moment de la chute, mais la caméra était sous la selle et filmait derrière, alors qu'il est tombé en dépassant Petitdragon. On ne verra donc jamais si ce dernier lui a mis un coup de coude pour l'empêcher de passer Twisted Evil ou si Akrilite est tombé à la régulière !

On repart, cela a l'air de rouler pour Akrilite, tant que c'est chaud, même si ça pique un peu. On prend la boucle puis on revient à Boissy où l'on prend le single jusqu'à ma boulangerie où on laisse Akrilite, Alexis et Guillaume, pour redescendre par le Piple, mais par le single dans l'herbe, où Ned frôle les 60 km/h. Au pied du Piple, c'est Raph qui nous quitte et à la demande de Ned et de Lomax, pour éviter 150 m de route, on retourne dans le bois du Piple, sur un petit chemin un peu merdique (Ned trouvait que c'était un chemin pouvant servir de toilettes pour les roms, ce qui n'est pas le cas, mais, il se termine en jus de boudin, avant de rejoindre le champ de bosses à l'abandon, pour un cheminement peu aisé entre les bosses). On finit par rejoindre le bas du Piple ce qui nous permet de faire les 50 derniers mètres de la descente du Piple, Ned est content, tout va bien Razz !

Le retour se fait ensuite par la route, en ville, ce qui n'est pas des plus agréables, surtout qu'il y a de la voiture. Les 3 compères grillent tous les feux tandis que j'essaye de respecter le code de la route, on n'est pas des sauvages quand même ... ah si, c'est notre nom, la Horde Sauvage, oui, bon, ok, ben, moi, ce matin, je n'étais pas en mode sauvage, donc j'ai respecté les feux rouges. Du coup, les autres m'ont un peu attendu Rolling Eyes et au pont de Chennevières, on a laissé Petitdragon.

Ned s'est alors mis à rouler au bord de Marne, jusqu'au pont où je les ai laissés pour une traversée de Champigny franchement pas agréable, avec plein de voitures, tous les feux au rouge et un début de pluie. La pluie s'est mise à bien tomber quand je suis arrivé sur Bry et j'ai pris la sauce, le temps de traverser Bry.

Mes statistiques

Distance : 47,5 km

Moyenne : 16,7 km/h

Vitesse maxi : 50 km/h

D+ : 506 m (GeoRando)

Chutes : 1 pour moi, 1 pour Akrilite

Chute d'Akrilite en vue arrière

Repost 0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 23:15

Participants : Flocycle, Jihem, Ned, Petitdragon999

Bon allez, je sens Bbanpc un peu frustré d'avoir lu un CR d'une ligne, lui qui n'a plus que le forum pour occuper ses longues journées.
 
Je vais donc être magnanime et t'offrir quelques lignes supplémentaires, histoire que tu tiennes jusqu'au prochain épisode de Derrick !  :lol:
 
Ce soir, pour retrouver les copains, je me barre du bureau vers 17h30, et arrive avec une bonne marge pour me préparer, la RATP marchant parfaitement bien ce soir (ça c'est pour soigner nos amis cotripiers Wink). 
 
Ma fille me raconte sa journée de stage à l'hôpital et quand elle est lancée, c'est comme Jihem dans un CR de la Horde, on sait quand ça commence, mais on ne sait jamais quand ça s'arrête ! Bref, l'heure tourne et en pleine phrase, je la plante pour aller me préparer. Je prends le temps de choisir le maillot vert (à manches courtes celui là, vu le beau temps) et les gants verts, le tout assorti au vélo, et c'est donc déguisé en Géant Vert que je m'apprête à vérifier la pression de mes pneus tubeless que j'ai monté moi même, avec mes petites mains, si, si, c'est d'ailleurs expliqué en large et en travers sur le topic qui va bien pour ceux qui n'y croient pas et qui aurait raté les épisodes des jours précédents (voir forum de la Horde).
 
Ca va Patrice, t'es bien installé, le coussin péteur est en place, je peux continuer ?
 
Donc, je dévisse le bouchon de la valve et ... pan ! l'obus de la valve part avec !!! et tout l'air qui était dans le pneu Suspect. Quel blaireau, j'ai du mal le serrer hier soir, il est venu avec le capuchon ! Et pire, il est carrément bloqué dans le capuchon, plus moyen de le sortir. Là, je sens le plan galère, surtout que je n'ai pas de cierge sous la main pour implorer Saint Patrice, notre sauveur à tous. Non, faut que je me démerde tout seul. Je pense à l'appel à un ami, Petitdragon pour ne pas le nommer, vu qu'il doit passer devant chez moi, mais je ne sais pas s'il va le rester longtemps, vu qu'il ne répond pas. Je m'excite sur ce foutu bouchon et miracle, enfin l'obus se dévisse, ouf ! Je le remets en place, en le serrant, cette fois, je sors ma pompe magique de la mort qui tue et en trois coups de cuillère à pôt, c'est regonflé, et je me magne de partir, car je vais finir par arriver après Petitdragon, censé arriver en retard.
 
Patrice, si tu as soif, n'hésites pas à demander à ta doudou d'aller te chercher un petit pastis, je sais que cela te fait du bien d'habitude, et comme on est parti pour quelques temps, faut que tu sois bien à ton aise.
 
En fait, j'arrive au RV pile poil en même temps que Petitdragon, mais en venant d'une autre rue, car j'étais allé voir au gymnase si mon prof de gym était là, histoire de le saluer, vu qu'il ne m'a pas vu beaucoup ces derniers temps.
 
Ned, à l'initiative de cette virée est là évidemment, mais il y a aussi Flocycle, notre serial kom killer  ;)
 
Patrice, c'est l'heure de la pub, tu peux aller te soulager la vessie, je reviens dans un instant ...
... 
Fin de la pub .. et début de la sortie.
 
Enfin presque car, déjà, on découvre le nouveau destrier de Petitdragon, et quel destrier, il a vraiment de la gueule, avec de jolies couleurs, une belle bête assurément !
 
On papote, Ned nous dit qu'il va bientôt déménager à Tours et on se retient de pleurer. On est content pour lui, mais c'est un élément majeur de la Horde qui va nous quitter. On espère qu'on aura l'occasion de se revoir, en tout cas, faudra se faire un truc avant son départ.
 
Sur le bord du canal, on ne papote plus, Petitdragon teste son engin (Guigui, je parle de son vélo, du calme !) et prend quelques longueurs d'avance. Ca roule pas mal derrière, mais Flo est coincé derrière Ned et aimerait bien passer, je le sens qui trépigne, mais c'est trop étroit, on finira donc dans le même ordre au bout du canal.
 
Au parc de Champs, on se prend le petit single à flanc de côteau. Comme prévu c'est le seul endroit où subsistent quelques traces d'humidité, histoire de salir un peu les vélos (à peine) et inaugurer le Troy. Il roulait bien sur le plat tout à l'heure, là il monte bien et juste derrière dans la descente, c'est pas mal non plus. Petitdragon est content de la polyvalence de son vélo qui va pouvoir en remplacer deux d'un coup (c'est pas aussi bien que le petit tailleur, mais bon lui c'est juste un petit dragon, alors deux, c'est déjà pas mal, non ?).
 
On se dirige vers Nestlé et c'est à ce moment que Flo applique la stratégie qu'il avait dû murir tout l'après-midi, à savoir accélérer fortement entre les 2 passerelles pour prendre la tête, accélérer sur la passerelle pour prendre de l'avance et avoiner ensuite comme un ouf pour prendre le kom ... qu'il va rater de 6 secondes, dommage, le coup était bien préparé !
 
Pendant ce temps, derrière, Petitdragon, survolté sur son Troy essaye aussi de faire un temps, en plus juste derrière lui, il sent une présence. Il croit que c'est moi, mais non, moi je suis tranquillement installé en queue de peloton, pas enclin à me battre sur ce segment ce soir. Mais alors c'est qui si ce n'est pas moi ? Serait-ce Ned ?
 
Vous le saurez après la pub ..

...

Fin de la pub
 
Nous avions laissé notre Petitdragon avec le feu aux fesses, ou plutôt une présence mystérieuse dans sa roue. Ce ne pouvait être Flo, bien devant en train de bourriner, ni moi, à l'arrière, en train de traîner, restait Ned, mais non ce n'était pas lui, vu qu'il était juste devant moi. Ce mystère a-t-il une solution ? Qui de l'oeuf ou la poule est arrivé en premier ? Et Dieu dans tout cela ? Hé bien rien de tout cela, moi j'ai tout vu, depuis l'arrière, en fait, il y avait un mec d'AJP qui nous avait rejoint juste avant la dernière passerelle, mais Ned et Petitdragon ne l'avaient pas vu, et c'est lui qui collait au train de Papadrag et qui a finit par le dépasser et le laisser sur place, Papadrag refusant de dépenser plus de calories pour un mec d'AJP alors que si ç'avait été moi qui lui tirait la bourre ... Bon, là, faudra m'expliquer pourquoi, les mecs d'AJP, il les laisse passer sans rien dire, mais moi, il s'arrache les tripes pour pas que je le gratte. Il y a là un vrai sujet de réflexion, qui je pense devrait occuper la journée de Patrice demain, attention, je ramasse les copies demain soir !
 
Patrice, là, tu te dis, ça craint, cet idiot, s'il continue avec sa diarrhée verbale, je vais finir par rater Derrick. Bon, ok, je vais accélérer un peu.
 
Après le single, on se rend dans le petit bois de Torcy avec la grosse montée qui fait mal aux cuisses. Tout le monde part, sauf Flo qui n'a pas réussi à prendre la tête avant d'entrer dans le bois et qui se dit qu'il va se faire pourrir son kom avec les 3 boulets qui vont lui boucher le chemin dans la montée. Très vite, il analyse la situation et décide de passer sur le plan B, la stratégie du lièvre et de la tortue. Il attend donc sagement en bas, que nous soyons bien avancés dans la montée, proches du dernier secteur en herbe, celui qui est bien raide et fait vraiment chauffer les cuissots, mais qui présente l'avantage d'être large, permettant ainsi les dépassements. Pas bête le Flo !
 
C'est ainsi que nous autres, pauvres boulets perdus dans cette montée impossible, ahanant sur nos machines, la langue pendante, le coeur montant en fréquence, nous voyons débouler le chasseur de kom céleste, franchissant l'obstacle, en danseuse, dans un style aérien nous laissant pantois ... et surtout sur place, pour se faire coiffer sur le haut de la côte, avec en prime, un super kom pour Flo qui explose tout le monde sur ce segment. Bravo, bel exploit, et beau choix stratégique !
 
Après toutes ces émotions, un nouveau break s'impose, histoire de se recoiffer un peu, hein les filles ?
 
Pub ...
...
Fin de la pub !
 
On fait le tour du bois, puis Ned, très joueur, nous fait passer par le chemin des barrières (il y en a au moins 6 à la suite), histoire de voir si on maîtrise bien nos machines, merci Ned !
 
On rejoint ensuite les étangs de Bussy que l'on fait à un bon rythme, avec la pause habituelle en haut où l'on essaye à tour de rôle le Troy. En ce qui me concerne, avec la taille S, c'est un peu petit, et j'ai les pieds qui touchent par terre sans pédaler Laughing.
 
 
 
Flo, prend les vélos en photo, nous on prend une barre et hop, on repart, car il se fait tard et on doit rentrer avant la nuit. Descente rapide, sans histoire cette fois, mais normal, il n'y a personne, c'est cool. En plus la météo est parfaite, c'est l'idéal pour rouler. Ah si, j'oublais, à un moment je dis à Petitdragon à droite, juste sur le chemin qu'il avait déjà pris par erreur la dernière fois, et boum, rebelote, il part dans la mauvaise direction. J'en profite pour prendre le large (non, mais, il n'y a pas que Flo a avoir des stratégies pour le kom). En fait, je ne cherchais pas à battre mon kom, mais au moins, cela aura évité à Petitdragon d'essayer de le faire :diablotin:.
 
Retour rapide aussi par la base de Vaires, puis on enchaîne sur la piste cyclable où Flo se met en position locomotive. Je m'empresse de me positionner dans sa roue, en tant que premier wagon, mais dès le début, les deux autres wagons ratent le coche, il y avait un chien qui est venu perturber la formation du convoi, et ils ne pourront plus revenir par la suite.
 
Flo roule à un bon rythme et bien collé dans sa roue, je suis facilement, nettement mieux que la dernière fois, les sorties répétées commencent à porter leur fruit. Flo va accélérer progressivement sur toute la piste cyclable pour finir à 35 km/h. J'ai un peu plus de mal sur le dernier km, mais je resterai dans sa roue jusqu'au bout, bien content, la forme semble revenir.
 
Flo poursuit car la nuit approche. J'attends les 2 loustics qui ont roulé à leur rythme et qui arrivent quelques minutes plus tard. Derniers échanges puis chacun rentre chez soi, bien content de ce moment bien sympa passé ensemble, avec un temps parfait pour rouler.
 
Patrice, je pense que c'est bon pour Derrick, sinon, tu finiras de lire demain, après la sieste  :P
 
Statistiques :
Distance : 43 km pour moi, 55,5 km pour Flo et 62,7 km pour Petitdragon
Moyenne : 20,2 km/h pour moi et Petitdragon, 23 km/h pour Flo
Repost 0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 08:01
Participants : Fufu, Jihem, Raph
 
Tout démarre samedi d'une suggestion de Raph : et si nous prenions le RER jusqu'à Euro Disney pour aller enfin découvrir la vallée du Morin ? Il y avait bien déjà eu une tentative avec Raph et Flocycle, il y a quelques années, du côté de Mortcerf, mais les conditions pluvieuses et très boueuses avaient eu raison de notre motivation et l'on restait sur un sentiment de frustration.
 
Le terrain étant sec, et surtout saturant un peu des chemins habituels, je sautais sur l'occasion pour soutenir cette initiative bien venue. Fufu était également intéressé, tandis que les autres préféreraient perfectionner leurs trajectoires et leur technique au Griffon.
 
L'idée était bonne, mais quelle trace suivre ? Raph proposait une trace, j'en avais une autre mais avec des bouts de chemins foireux et finalement, je tombais sur une trace dénommée Pays Crécien Enduro qui avait pas l'air mal, une cinquantaine de borne et de 700 à 1000 m de d+ selon les estimations de la police et des syndicats.
 
Restait à savoir quoi faire de la trace, Raph qui avait lancé l'idée m'informant qu'il n'avait pas de GPS, alors que Fufu qui avait bien un GPS indiquait qu'il avait perdu la cartographie. Bravo les gars, elle commençait à partir en sucette cette sortie ! Heureusement, j'ai retrouvé mon vieil Evadeo de l'IGN ... avec les cartes 1/25 de l'IGN (y a pas mieux quand même pour s'orienter qu'une bonne carte) et son grand écran. Par contre, contrairement aux GPS récents, il n'est pas étanche, donc il faut le fixer au cintre avec sa housse étanche et des velcros. Il a fallu recharger la batterie en catastrophe, mais ouf, j'ai réussi à charger la trace et à finir de charger la batterie avant le départ.
 
Double inquiétude hier soir, d'une part pour Fufu, victime d'un incident mécanique suite à un bricolage la veille d'une sortie (à éviter en général ... et pour moi en particulier), et d'autre part pour mon dos après quelques heures de bricolage et de jardinage. Heureusement un bon massage au Synthol puis à l'Arnican, et une bonne nuit, ont eu raison des douleurs lombaires.
 
C'est donc plein de motivation que ce matin, j'ouvre les volets, espérant voir le soleil annoncé ... mais à la place, que des nuages et un temps pas si frais. Je change donc le maillot manches courtes prévu pour un maillot manches longues, plus adapté et me dirige vers le RER avec mon passe Navigo (ça fait bizarre de prendre le RER à VTT) et je fais bien attention à ne pas prendre mon quai habituel ... pour Paris. Personne sur le quai. J'attends Fufu qui tarde un peu. Le RER est annoncé sur les horaires à 7h54, mais pas de RER, et toujours pas de Fufu. Raph m'appelle pour me dire qu'il a merdu à Vincennes dans sa correspondance, il a sauté dans le RER à quai qui allait partir, sauf qu'il partait côté Bussy ... d'où il venait. Il lui a donc fallu faire demi-tour ...
Pendant ce temps, à Bry, Fufu est enfin arrivé, me disant qu'en fait le RER est à 7h59. N'importe quoi ces horaires, mais bon, on ne va pas trop critiquer la RATP, y en a qui partent avec nous au trip Razz. On se dit que Raph a peut-être une chance de l'avoir attraper du coup ... mais non, il n'est pas dans le RER. Pas de bol ensuite, le RER suivant n'est arrivé que vers 8h20, donc avant de partir, on avait déjà perdu pas mal de temps.
 
Enfin, on retrouve Raph et à 3 VTT dans le RER, et avec nos tenues, on se fait un peu remarquer (et encore, personne n'a le maillot de la Horde). Le trajet est un peu long jusqu'à Eurodisney, où l'on met un peu de temps à s'orienter pour prendre le bon chemin, mais enfin, c'est parti. Il nous faut 7 km de route pour rejoindre Couilly le Pont des Dames, tout un programme (n'est-ce pas Guigui ? :lol: ), avec comme l'avait prédit Flo, une belle descente pour y arriver (qu'il faudra remonter au retour, on y pense déjà ...).
 
Je trouve le début de la trace dans le village et c'est parti pour l'aventure. Il fait bon maintenant et le soleil perce de plus en plus entre les nuages. On démarre par un petit chemin sympa dans les champs, avec un profil montant. A un moment, la trace passe sous l'autoroute ... sauf que là, il y a des grands grillages, aucun chemin et que des grandes herbes, plus un ruisseau qu'on devine, plus bas, à traverser. On cherche, mais pas moyen de passer. Ca commence fort ! Je regarde la carte sur le GPS, on peut rejoindre un village et il y a un pont pas loin pour traverser l'autoroute, sauf que cela nous fait faire un grand détour, mais pas trop le choix, de toute façon. On continue donc de monter via un chemin en bord de champs, puis on rejoint la route. On fait donc un grand détour sur le bitume, et à un moment, en tête d'un peloton de routards, je reconnais Flo (je scrutais les gars qu'on croisait car je savais que Flo venait rouler dans le coin). Nous montions et lui descendait, et vu la vitesse, pas le temps de s'arrêter, on s'est juste fait un signe rapide ! Là, on s'est dit que Flo allait se marrer en racontant que nous faisions une sortie route.
 
Enfin, avant Bouleurs, on a pu regagner la trace et retrouver des chemins bien secs, comme sur l'essentiel du parcours. Certes, il y a eu quelques ornières humides dans quelques sous-bois, mais on pouvait les éviter sans problème, c'était donc les conditions idéales, on ne s'est absolument pas sali. Dans le même temps, les nuages ont disparu et le soleil a commencé à taper un peu.
 
On a rattrapé un groupe, avec à l'arrière, un rasta qui souffrait en montée. En plus, il n'avait pas de casque, mais bon, vu les cheveux, pas possible que cela tienne sous le casque ... à moins qu'il existe des modèles spécifiques rasta, comme les bonnets, mais je ne pense pas Razz.
 
On a ensuite pris une descente dans les grandes herbes pour rejoindre Crécy la Chapelle, joli petit village qu'on a vu en large et en travers, avec une boucle au centre suite à une erreur de chemin de ma part au départ, puis à une succession de sens interdits derrière, puis du fait de notre traceur qui avait décidé de nous faire visiter le tour, avec une petite promenade au bord de la rivière, fort jolie au demeurant, ainsi que le clocher que l'on pouvait apercevoir. A signaler, une gamelle à la noix, de Raph, en plein centre ville, à cause d'une pédale qui n'a pas déclipsé, lors d'un de nos nombreux arrêts pour regarder le GPS de plus près. Car, s'il faut avouer que les cartes 1/25 en grand, c'est bien, côté lisibilité, en plein soleil, et avec la housse, c'était franchement pas top. Il fallait donc chercher l'ombre pour arriver à lire le GPS.
 
La suite consistait en une boucle à flanc de côteau, le tout étant de la prendre dans le bon sens. En regardant la carte et les courbes de niveau, j'ai pressenti un sens qui s'est avéré être le bon. On commence par une grosse montée, mais sur un chemin roulant, ça va.
 
Après une petite traversée, on a pris une bonne descente, bien raide, où l'on s'est fait plaisir. Le Rocky a montré ses talents de descendeur, et c'est vrai que cela me change la vie. Le terrain étant bien sec aujourd'hui, et mes pneus adaptés, ayant bien pensé à baisser la selle avant chaque descente, je me suis bien éclaté, étant vraiment en confiance sur ce vélo.
 
Retour à la périphérie de Crécy la Chapelle, sur une route où l'on venait de passer, avant de prendre à droite un gros et long raidillon, avec de nombreuses caillasses, en direction de Voulangis. A un moment Raph reste bloqué et coince aussi Fufu, tandis que je passe tout sur le vélo et arrive au sommet bien essouflé, car la pente était raide et les pierres bien gênantes, mais le Rocky a démontré ses talents, de grimpeur cette fois.
 
Après Voulangis, on a eu droit à un super secteur, justifiant la dénomination de la trace (en ce qui concerne l'enduro). Il s'agit d'un bois à flanc de côteau, avec une multitude de chemins, avec des virolos, des bosses, des racines, des marches, des grosses pentes, des compressions et 2 gros pierriers bien pentus avec des pierres énormes (genre le début de notre descente du Ventoux). C'est assez chaud pour nous par endroit, surtout en mode découverte, on n'ose pas trop lâcher les gaz (pas le moment de se blesser non plus, avant le trip). On croit que Fufu se prend à son tour une gamelle, toujours avec les pédales auto, à cause d'une remontée avec un élan insuffisant, mais il nous affirme que non, soit, on ne la comptera pas Wink.
 
Le final par compte est merdique, la trace nous amenant dans un marais en bordure de champs, avec des grillages là encore. On remonte donc se prendre un autre chemin un peu plus haut, bien sympa, à flanc de côteau, qui finit par rejoindre la trace et on rejoint une route, pas longtemps, juste le temps de traverser le Grand Morin et de repartir pour une longue montée dans les champs, en plein soleil.
 
Au milieu des champs, à un carrefour, j'hésite car il y a encore une boucle et un croisement de trace, laquelle prendre ?
Je regarde à nouveau les courbes de niveau, et fais à nouveau le bon choix car on va se prendre un petit chemin pas piqué des vers dans un bois avec des virolos et des cassures, on a la banane ! A un moment, on hésite, on discute et un cycliste local très sympa, comme tous les gens du coin qu'on a vu, très polis et cools, nous donne des tuyaux sur le bas du chemin qui arrive un peu nulle part, en plein champ, en free ride. Comme c'était annoncé dans le topo, les parties free-ride, on se dit qu'on va quand même y aller. Le dessus est toujours aussi bien, par contre, le bas est moins tracé, plein de branches et surtout arrive dans un amas de verdure infranchissable ... même pour la Horde en mode exploration Laughing.
 
On remonte donc un peu pour reprendre un autre chemin, qui passe et nous permet de remonter à nouveau, pour boucler la boucle. La montée se poursuit, au milieu des champs, en plein soleil. Je ne me souviens plus bien du secteur suivant, qui est une jonction pour rejoindre un bois au-dessus de Guérard, où l'on tourne un peu dans tous les sens, avec des descentes à nouveau bien raides et sympas, des bonnes montées également, le tout dans les bois ou les herbes hautes.
 
On retraverse le Grand Morin, et je ne me souviens plus trop du secteur suivant. Il commence à se faire tard, on a bien chaud, on boit régulièrement et il commence à faire faim, d'autant que vu le beau temps, tout le monde fait des grillades. On fait une pause près d'un village, pour manger un coup et voir où l'on en est globalement de la trace.
 
 
L'heure tourne, et on est loin d'être arrivé. On décide donc de zapper une boucle dans les bois, dommage elle avait l'air sympa aussi, mais bon plus le temps, et de prendre une route jusqu'à Dammartin sur Tigeaux où l'on doit croiser la trace. Pas facile à trouver d'ailleurs cette trace, je la loupe à la montée, qu'on poursuit quand même jusqu'en haut pour rejoindre la route, redescendre, et manquer de louper le minuscule chemin entre les maisons.
 
 
Le single rejoint un bois et devient très joueur en descendant, enchaînant les virolos à flanc de côteau. Une fois de plus, on se fait plaisir, avec cette trace vraiment sympa qui montre bien le potentiel qu'il y a dans le coin. On arrive ensuite à Tigeaux, avec toujours la banane.
 
La remontée qui suit, sur le bitume heureusement, est bien raide, et on se croirait en montagne, avec les lacets. On bifurque à droite pour un long chemin dans les champs. On aperçoit au loin la mongolfière d'EuroDisney, c'est bon signe. On hésite à quitter la trace pour rejoindre un grand axe de circulation que l'on voit au loin, mais en fait, la trace étant parallèle et dans les bois, on se dit que la distance ne sera guère supérieure mais qu'on se fera plus plaisir dans le bois, donc direction le bois !
 
C'est plus sympa, mais à un moment on déboule en plein champs, pour une nouvelle séance free ride, avec de l'herbe jusque sous les bras ou presque. Heureusement que les 2 nains n'étaient pas là, ils auraient eu droit aux chatouilles Razz. Raph me laisse l'honneur d'ouvrir la trace, merci bien Wink. Finalement, ça passe bien et on rejoint un bois avec une bonne descente, à nouveau, où l'on peut envoyer. 
 
On passe au-dessus de Villiers sur Morin, puis vient la partie descendante la plus chaude du côté du Ru de misère. Dommage pour la vidéo, je n'avais pas pris beaucoup de batteries, ne devant pas faire de vidéo au départ, et la dernière a rendu l'âme juste avant ce passage épique. La pente était très raide, il y avait pas mal de racines formant des marches, et par endroit des gros dévers lisses laissant augurer d'une adhérence aléatoire, avec, en bas des dévers, des ornières piégeuses. Attention donc à la trajectoire. J'ai baissé la selle à mort, je me suis calé bien en arrière et c'est parti mon quiqui pour la séance émotion, mains sur les freins pour éviter de trop prendre de la vitesse. Je suis arrivé en bas sans encombre, mais j'ai un peu serré les fesses par moment, je l'avoue. Les deux loustics étaient encore assez haut quand je suis arrivé en bas, et je me suis dit que vu la pente, cela devait être difficile pour eux, sans pouvoir baisser la selle. Raph est arrivé le premier sur la dernière partie très chaude. Dès que je l'ai vu arrivé, j'ai vu qu'il était limite, et surtout limite en freinage, arrivant un peu vite pour le dernier obstacle ... qu'il a franchi sur sa lancée, en croisant les doigts (ne surtout plus freiner) ... et c'est passé, mais c'était chaud :oops: . Derrière, Fufu arrivait à son tour, mais là, c'était plus que limite, c'était carrément la dérive, avec aussi une vitesse trop élevée, un vélo qui chassait dans tous les sens et le passage du mur final avec les marches de racine, en perdition, assis sur le cadre, pour une arrivée miraculeuse sans chute (là, le voyant arriver, j'étais persuadé que cela allait être la mega gamelle Shocked. Ouf, tout le monde a évité la chute, mais ce passage, on s'en souviendra. Par temps gras, je pense que ce n'est même pas la peine d'y penser.
 
On a repris un minuscule chemin de l'autre côté du ru, tout aussi pentu, où l'on a poussé pour monter des pentes impossibles (servant visiblement aussi de descentes pour les casses-cous !), avant de suivre un beau single, bien escarpé, à flanc de coteau. On a fini par rejoindre un pont passant l'A4, puis des routes pour rejoindre le début de la trace à Couilly. Restaient donc 7 km, dont la longue montée, et la faim de plus en plus présente. Je me suis fait lâcher dès le début de la côte, préférant mouliner, et très vite, j'ai perdu énormément de terrain. Je n'avançais plus, avec cette fois une vraie fringale (faut dire qu'il devait être 15h et que j'avais mangé vers 6h30). Les autres m'avaient attendu à un rond-point, hésitant sur le chemin, mais très vite à nouveau, je me suis retrouvé à la traîne, manquant cruellement de carburant pour faire tourner les manivelles. Heureusement, c'était plat et rapidement, nous avons atteint la gare de Chessy, au milieu des touristes visitant Eurodisney et nous regardant avec curiosité, tellement notre présence ici leur semblait incongrue.
 
Alors que je commençais à croire que mon rêve de coca, et pourquoi pas de hamburger, se concrétise, il a fallu speeder, notre RER arrivant à quai. Le temps de passer les tourniquets et de descendre l'escalator, à pied, pas sur le vélo, et hop, on a réussi à sauter dans le train. Le trajet était un peu long jusqu'à Bry, mais j'ai pu m'asseoir, manger mon dernier Gerblé ... et reprendre mes esprits.
 
Au final, on a un peu perdu de temps dans la navigation, mais finalement pas tant que cela, par contre, la trace est longue et vu le terrain et le dénivelé, on a un peu sous-estimé le temps pour faire tout cela, pas aidé par le ratage de Raph avec le RER, mais bon, c'est la vie. En tout cas, on a vraiment bien aimé le coin, la trace est très sympa également, et fait passer par de bonnes descentes. A renouveler, par bonnes conditions.
 
Statistiques
Distance : 63,8 km
Moyenne : 12,9 km/h
D+ : 1161 m sur GeoRando
Chutes : 1 pour Raph
 
 

Caméra embarquée Jihem

Repost 0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 07:38
Participants: Akrilite, Alexis, Guillaume, Lomax, Wikigaby, Mickaël (si je ne me trompe pas :lol: ) et moi.
 
Comme à notre habitude en ce moment, la sortie du dimanche matin s'est faite au Griffon. Non, nous n'avons pas de forfait, ni d'actions au Griffon, c'est juste que l'autre partie de la Horde a décider d'explorer le fin fond du 77 vers Mickey :145:  et que au vu de la sortie, nous ne serions jamais rentrés pour midi. Et nous nous sommes pas trompés, il parait qu'ils sont rentrés pour le gouter :D .
 
L'heure du RDV était donnée à 9h00 au Piple. Wikigaby et moi sommes partis de Pontault vers 8h20 avec une certaine fraicheur. Quelques kilomètres plus tard, le chauffage c'est mis en route, et plus de sensation de froid.
 
Arrivés au Piple, Lomax était déjà là. Il nous montre son pouce tout neuf, mais nous prévient de suite que pour lui ce sera une sortie "soft". Il a bien raison, ce serait bête de se blesser de nouveau.
 
Arrivent Akrilite, Alexis et un copains à eux, Guillaume.
Petite discussion, et nous voilà partis les uns derrière les autres, à bonne allure. Première ligne droite et on manque de se faire attaquer par une "espèce" de pitbull. Une dame d'un certain âge avait du mal à le retenir alors que le chien ne voulait qu'une chose, gouter nos mollets :affraid: . J'ai vraiment cru qu'elle ne le tiendrait pas... Jihem, tu as encore échappé à une agression ;) .
 
Peu avant d'arriver au Griffon, on croise un groupe de VTT, surement une randonnée vu les rubalises et marquages au sol. On a roulé un peu avec eux, nous retardant légèrement. Au niveau du pont du chemin de fer, ils sont partis à droite. Nous revoilà entre nous.
 
Arrivés au Griffon par l'allée Royale, on grimpe jusqu'au sommet. On attaque rapidement les descentes car les moustiques eux aussi nous attaquent!!!
 
Première descente, on part un peu à l'arrache, Lomax ne voulant pas prendre de risque part sur une "soft", je le suis et remarque vite qu'il a toujours la forme.
On remonte et il nous quitte. Il nous avait dit que ce serait une sortie rapide.
 
Comme d'habitude, on attaque une série de descentes. Je me fait larguer sur une d'entre elle et me trompe de chemin. Je me suis retrouvé seul, et je suis donc retourné au sommet avant que le groupe ne revienne inquiet de mon absence. Non, je ne suis pas encore étalé derrière un arbre :lol: .
 
J'ai dernièrement changé ma potence, et la différence est flagrante. Lors des sauts, le vélo est bien à plat, et je n'ai plus tendance à retomber sur la roue avant. j'ai par ailleurs aussi gagné en maniabilité, mais je n'arrive toujours pas à tenir la Horde :pale: .
 
Alexis, Akrilite et Wikgaby décident de retenter des descentes de bonhomme. On va donc coté ouest du Griffon, là où les descente sont des vraies descentes.
 
La chute de la semaine dernière m'ayant un peu refroidi, je décide de descendre du même coté mais parallèlement au flanc. Il y a des petits chemins bien sympas.
 
J'arrive en bas et je regarde Wikigaby qui descend à bonne allure, on le voit bien sur la vidéo (à 3min 28 sec de la vidéo que wikigaby va mettre à la suite du CR), sur le coup je me suis dit qu'il n'allait pas s'arrêter en bas, en fait, il n'était pas à l'aise car il a déclipsé les deux pédales. Cela explique la fin de descente mouvementée. En tout cas, il progresse bien, les marches sont hautes et il les passe super bien.
 
On repart et on passe par la bosse à Bbanpc Wink,  on a encore le droit à quelques sauts des plus casses-cou.
 
On remonte par l'allé Royale, et on bifurque pour s'essayer à la montée des marches, enfin à coté des marches. Comme d'habitude, Akrilite, Alexis et Guillaume montent jusqu'en haut, moyennant quelques efforts d'équilibristes. Wikigaby monte et perd l'accroche à quelques mètres du sommet, pareil pour moi.
 
Arrivé en haut en plein soleil, on fait une petite pause, pipi, barre céréale et aussi bain de soleil. Il commence sérieusement à taper fort :sunny: .
 
On redescend vers l'allée Royale en direction des descentes des sauts (à gauche) là où il y a beaucoup de sable. Sauf que Alexis décide de se mettre seul au défi de sauter "le saut de la racine". Il nous a expliqué qu'un môme c'était bien arrangé sur ce saut, les pompiers étaient même venus le chercher. Rassurant ton saut Alexis. Le voilà partis vers le saut, mais avant, Akrilite et Wikigaby ont voulu immortaliser le saut, et se sont donc placés comme des réalisateurs avec leurs caméras. Moi, j'étais juste en bas à 3 mètres du saut. Et je peux vous dire que ça descend bien. (saut sur la vidéo à 0min 25sec)
Comme une fois ne suffit pas, il décide d'en remettre une couche et resaute. C'est un copier coller!!!
 
On redescend tous par un single les uns derrière les autres. Alexis et moi décidons de s'arrêter  pour voir un jeune s'envoyer en  l'air. Non ce n'est pas ce que vous pensez   :P  Plus sérieusement, il a bien envoyé. Il était bien protégé, casque intégral, dorsale, genouillères etc, c'est bien le jeune.
 
Du coup on c'est un peu éloigné du groupe, on retourne vers l'allée Royale. Le reste du groupe nous rejoint et c'est déjà l'heure de partir. Sur la ligne droite, deux mecs nous narguent gentiment "laissez passer ceux qui veulent rouler", et là, c'est le sprint jusqu'à la route. Bon, ils étaient sympas, c'était pas méchamment qu'ils nous ont dit ça. 
 
On repart tous jusqu'au Piple, encore une fois à bonne vitesse. La chaleur se fait ressentir. Je repars avec Wikigaby pour un bon bout de chemin. Arrivés sur la N4, un policier fait la circulation... Un mec en scooter au sol en mauvaise posture. L'hélicoptère est venu le chercher.
 
Arrivés sur Pontault, on a le vent de face, ça devient dur.
 
Encore une bonne sortie avec un beau soleil.
 
Statistiques :
Distance : 43.6 km
Moyenne : 12 km/h
D+ : 381m sur Runtastic et 359 sur Strava
 
Chute: 1 de Mickaël

Caméra embarquée Wikigaby

Repost 0
Published by Steve-O - dans VTT Ile de France 2015
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 21:36
Participants : Fufu, Jihem, Petitdragon999
 
Après m'être réveillé à 5h48 en pleine forme, je me recouche car c'était un peu tôt quand même pour le RV à 8h30 :D , et je me rendors. A 7h, le réveil sonne, mais cette fois en plein milieu d'un cycle de sommeil. Du coup, je me lève, mais je suis tout mou, pas top, alors qu'une bonne sortie nous attend.
 
Je regarde le forum et vois que Wikigaby et Steve-O nous lâchent, par crainte de ne pas être rentrés pour 12h pétantes ... et peut-être par peur de la boue aussi, comme Raph qui s'est désisté la veille. :206:
 
Vraiment pas d'énergie ce matin, je prends mon temps pour me préparer et suis un peu à la bourre, surtout que je m'aperçois dans la rue que mon pneu avant mérite un coup de gonflage ... il est redescendu sous les 3 bars ! Non, je déconne, en fait, il était à 1,5, un peu faible quand même, même en tubeless.
 
Le temps de regonfler et de ressortir et je vois passer Fufu qui n'avait pas bien lu le forum ... et était allé au RV habituel. C'est pas grave, on se retrouve et il arbore une magnifique tenue Giant bleu, blanc, noir, assortie à son vélo, la classe ! On monte Ste Camille en papotant, donc pas trop vite, ce qui me va bien, faut le temps que je me réveille.
 
A la borne des 3 départements, on retrouve Petitdragon seul, les cousins n'ont pas changé d'avis, tant pis pour eux, ils ne savent pas ce qu'ils perdent Razz. Petitdragon nous montre ses blessures de warrior et son pansement, il a bien morflé quand même jeudi ! Visiblement, il peut rouler et tant mieux car il fait beau, et c'est bien agréable.
 
Le bois de Célie est un peu gras, au début, donc on ne prend pas le single, mais le chemin le long de la voie ferrée que l'on n'avait pas fait depuis longtemps, bien sympa d'ailleurs, et pas trop gras, en fait. On se dit que finalement Raph a été médisant, surtout que cela se confirme sur le GR14, le sentier de la boue, et bien là, c'est plutôt sec et pas galère du tout. Il y a quand même 5-6 passages plein de flotte, histoire de ne pas donner entièrement tort à Raph, mais franchement, très praticable aujourd'hui ce GR. Je suis enfin réveillé et je sens que ça va mieux, en plus, je retrouve mes chemins d'avant la Horde, je me sens comme à l'écurie. 
 
A Pontcarré, on va faire un petit tour sur les bosses que découvre Fufu et qui permettent de varier un peu du relief du GR14 désespérément plat. Non seulement, il est plat, mais après Pontcarré, en plus, c'est un vrai tape-cul. Petitdragon et Fufu en SR souffrent un peu du train arrière, alors que je suis dans un fauteuil Very Happy.
 
Cela redevient plus sympa, dès que le GR redevient un single. On coupe la route entre Jossigny et Favière, pour aborder le secteur suivant qui très souvent est un énorme bourbier et ne passe, des fois, qu'en pneus boue. Là, à part un peu le bout, il y a une trace sèche, au milieu du bourbier, ça passe nickel. Le fossé suivant, est par contre, bien rempli et je prends la mauvaise option sur la droite, qui ne passe pas, alors qu'il y avait un petit passage à gauche.
 
On fait une pause à la croix au niveau de l'Allée de la Chasse, et on se fait dévorer par des moustiques en nombre et de bonne taille. Du coup, on repart vite, direction le petit single en dévers le long du petit ruisseau, sympa mais trop court, puis on va rejoindre la montée impossible qui mène à la carrière.
 
La montée impossible porte toujours bien son nom et même encore plus que jamais, les arbres en travers étant de plus en plus nombreux, l'ornière centrale de plus en plus profonde, et la glaise jaune, toujours aussi glissante. C'est non sans mal, que l'on arrive en haut, à pied, tellement c'est dur de tenir debout sans glisser.
 
Au sommet, optimistes, on prend le chemin qui mène directement à la carrière, sauf que, l'arbre en travers est toujours là et pas moyen de le contourner facilement. Il faut donc soit rebrousser chemin pour faire le tour complet dans l'autre sens, soit tenter la déviation sauvage ... dans une sorte de marais immonde, plein de gros moustiques voraces. Pas très engageant tout cela, mais cette fois, on se lance dans la déviation, qui démarre sur un petit mur boueux et glissant, bien raide à descendre, où l'on ne maîtrise pas la trajectoire, et en bas, on est vite arrêté dans la bouillasse collante. On se dit que cela aurait bien plu aux cousins  :P et que Raph va se bénir de ne pas nous avoir suivi dans cette galère Laughing.
 
Il faut porter les vélos, on patauge dans l'eau croupie, et c'est profond par endroit, comme on le voit quand les roues disparaissent à moitié dans les flaques. On finit par passer et réussir à remonter sur le chemin. C'est moins gras, mais quand même un peu glissant, et avec l'ornière centrale un peu étroite, un chouille casse gueule (un vrai truc pour le Mar2kfait de la grande époque Laughing), mais on finit par arriver enfin dans la partie sablonneuse et là, c'est sec, mou et ça colle aux pneus tout de suite. Pas facile d'avancer dans ces conditions. Par contre, avec ce soleil, il y a un bel éclairage et cela donne des couleurs chaudes, super sympas et surtout étonnantes en plein forêt.
 
Plus loin, on croise une autre bande à vélo, pas de motard aujourd'hui (on entendra juste un moteur plus tard, avant de repartir). Les grosses flaques refont leur apparition de l'autre côté et on décide d'aller du côté des descentes. Le chemin est bien détrempé, avec des grosses mares, et là, Raph, on ne peut que reconnaître que tu avais raison concernant la boue, mais bon, maintenant, un peu plus, un peu moins... On doit reconnaître aussi que pour les cousins, le retour à 12h chez maman, ce n'aurait pas été évident ... à moins de faire juste l'aller-retour jusqu'à la carrière, sans tourner dedans, ce qui aurait été dommage. Donc finalement, même si on vous a chambré à distance, vous avez bien fait de ne pas nous suivre Razz. Mais bon, de là à aller faire seulement 15 km au Griffon, quand même, vous avez été petits joueurs sur ce coup !  :114:
 
De notre côté, on n'en avait pas fini avec la boue. On a d'abord pris un chemin qui partait vers la droite, mais en fait, il nous a fait faire le tour du petit lac. C'était toujours humide mais ça passait, par contre, de l'autre côté du lac, on a retrouvé un beau chemin et on espérait revenir sur les descentes par derrière (enfin surtout moi, car les autres étaient un peu paumés), sauf qu'on est tombé sur un bourbier infranchissable et du côté où cela remontait et où je pressentais un chemin pour rejoindre nos descentes, le fossé était très marécageux lui aussi.
 
Fufu, dans un moment de folie, a imaginé passer le fossé, en équilibre sur une branche de rien du tout, tout en portant le vélo. Devant tant d'optimisme, je lui ai demandé de ne surtout pas y aller tout de suite, fallait que j'allume la caméra avant, pour ne pas rater ce grand moment Razz. Hé bien, il a réussi à faire 2 pas quand même ... avant d'avoir un éclair de lucidité et de se rendre compte que c'était une connerie. Dommage pour les images, qui à coup sûr auraient alimenter les bétisiers de la Horde, mais en fait, sans regret, car mon cadrage était pourri, et on ne voyait même pas ses pieds. Fufu, tu as bien fait de ne pas tomber pour rien Razz.
 
Par contre, en s'appuyant sur des branches posées sur le marais, on a réussi à passer le fossé, et là c'est parti pour une séquence Nicolas Hulot comme la Horde sait le faire, avec du portage free-ride dans les arbres, dans la pente, au milieu des moustiques, les pieds dans les orties. Là, je sens que Raph et les cousins sont en train de pousser un énorme soupir en s'auto-réjouissant de leur lâcheté ... ou de leur lucidité, selon où l'on se place Laughing. On a envoyé Petitdragon en éclaireur pour retrouver le chemin que j'imaginais en haut, mais il n'y avait rien, à part la jungle inextricable. 
 
Demi-tour donc, mais en longeant le fossé, on a réussi à dépasser l'horrible bourbier pour reprendre le chemin ... et arriver à un carrefour vers le chemin auquel je pensais (on n'était vraiment pas loin). Du coup, on s'est amusé sur 3-4 descentes, enfin surtout Petitdragon, car nous en avons zappé deux avec Fufu et on a bien fait.
 
Pour la première, bien raide et glissante, Petitdragon n'a jamais pu tourner en bas, et a fait un tout droit entre 2 arbres. Sur la seconde, après que sa roue avant (couverte de boue, il faut le préciser, donc avec plus aucun crampon pour tenir) soit partie en glissade, l'obligeant à s'éjecter, il a fini dans une position acrobatique, très en arrière derrière la selle, après avoir eu beaucoup de mal à remonter sur son vélo avec la pente ... et en l'absence de tige de selle téléscopique.
 
Les deux autres descentes étaient plus faciles et nous convenaient mieux.
 
Il était temps de rentrer, et après avoir retrouvé le chemin de la sortie, nous avons rejoint par la route Jossigny puis Bussy que nous avons traversé (que c'est long cette ligne droite, surtout avec le vent de face) pour attaquer la descente des étangs. On ne s'est pas attaqué au kom, mais pour ma part, je commençais à avoir les jambes lourdes et de moins en moins de pêche, comme cela s'est confirmé sur la suite du retour où les deux loustics se sont tirés la bourre, tandis que je rentrais en mode pilote automatique, un peu cramé.
 
Au final, pas trop de boue sur le GR14, par contre, grosse merdouille, comme souvent, à la carrière de Ferrières, mais bon, un peu de piment, de temps en temps, ça fait pas de mal et donne des sorties dont on se souvient ;) .
 
Statistiques :
Distance : 61 km pour moi et 67,6 km pour Petitdragon
Moyenne : 16,6 km/h
D+ : 242 m (GeoRando) pour moi et 345 m pour Petitdragon

Caméra embarquée Jihem

Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories