Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 08:32

Participants : Hugolocko, Jihem, Markitos, Pitufo

CR de Markitos :

Bipbipbip bipbipbip bipbipbip .... c'est quoi ce boucan ? j'ouvre un oeil, je me souviens : on est dimanche matin et j'ai RDV à 8h10 pour aller rouler avec la Horde à Fontainebleau, mais je me dis que j'ai encore un peu de temps et je repousse mon réveil. Finalement je n'arriverai pas à 8h10 mais presque 10 minutes plus tard ... et pourtant je n'étais qu'à 5mn du départ.   

Sur place tous sont déjà là, Jihem, Pitufo et Hugolocko. Jihem était déjà prêt à dégainer le smartphone pour m'appeler quand je suis arrivé   Donc au lieu de me téléphoner, il m'offre plutôt une chocolatine ... merci Jihem pour cette délicate attention.

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/dsc_0029.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/dsc_0030.jpg

On se prépare et finalement on part rouler à 8h30. On attaque par le petit single qui est juste en face des voitures mais cette fois dans le sens de la montée, histoire de se mettre direct dans le rouge   et on rejoint la piscine de la forêt pour récupérer le bleu qui monte juste au-dessus et qui nous mène aux réservoirs d'eau. En fait la première partie de la sortie est identique à celle du samedi précédent que j'avais fait avec Pitufo. D'ailleurs il a une bonne mémoire le bougre car je n'ai pas besoin de dire où tourner il le fait automatiquement   

Le petit groupe roule bien, on a un bon rythme et un grand sourire aux lèvres. Hugolocko est étonné par le parcours et la beauté des singles, il n'est habitué à Bleau que par les grandes allées. Bref ça le change grandement.

A la Tour Dénecourt, Pitufo sans réfléchir passe les grosses marches du single qui va nous mener à la Tour de Samois. Chapeau, car il faut ne pas hésiter : c'est pentu, cassant et franchement je n'ai pas encore assez débranché le cerveau pour les franchir ... un jour peut-être.

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_210.jpg

Donc on arrive à la Table du Grand Maître où nous faisons une petite pause comme à chaque fois. C'est ici que nous allons attaquer la deuxième partie du parcours que nous n'avions pas eu le temps de faire il y a 8 jours. On va se rendre jusqu'au point de vue du Camp de Chailly. On en profite pour admirer le paysage et on repart toujours bon train. Je veux aller jusqu'à Belle Croix en suivant le GR1, une option que je n'ai pas encore tentée. D'habitude, on retourne à Belle Croix par la route du Luxembourg et sa montée pénible en pavés et j'ai dans l'idée que ça va être plus fun de passer par les singles du Cuvier Châtillon ... et pour être fun ça va être fun.

Tout d'abord, on a jardiné un petit moment dans un dédale de chemins, l'homme de tête ayant oublié de suivre la signalétique rouge et blanche du GR ... heureusement que Markitos était là, sinon on aurait retrouvé 3 Hordeux en train de sécher dans les rochers.

Ensuite le chemin est devenu impraticable en vélo, et c'était séance de poussage, un tout petit peu de roulage re-poussage, re-roulage ... jusqu'à LE portage du jour. Pas moyen d'y échapper. 3 Hordeux font un peu la tête, mais moi, perso, je me marre bien, j'ai l'habitude, à Bleau, on a souvent ce genre de surprise et de plus je peaufine la technique pour la Trans-V. On quitte enfin ce single de malade et on arrive à la Mare à Piat. Là c'est un ravissement, la mare est pleine de nénuphars en fleurs. C'est tellement beau que l'on décide de faire la pause casse-croûte ici. Ça tombe bien certains demandaient depuis un moment la pause déjeuner (note de Jihem : ah, bon ? Je ne vois pas de qui tu parles !) ... non mais oh, on est ici pour faire du VTT, pas pour manger ! Avec Jihem, on va prendre quelques photos pendant que Pitufo et Hugo entament leur repas. D'ailleurs Hugo nous a gratifié d'une superbe technique d'étalage de pâté sur le pain avec une branchette.

 http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_213.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_216.jpg

On fait la photo de groupe et zou on repart direction l'hippodrome de la Solle. Je m'étonne à envoyer encore du lourd alors qu'on a déjà franchi la barre de 25km, chose qu'il m'était impossible de faire il y a un mois   On s'amuse un peu dans les singles de la Solle jusqu'à ce que Pitufo s'accroche je ne sais comment à une petite branche et chute en se cognant le genou sur le cadre du vélo. Il a assez mal, mais il peu quand même continuer à rouler.

L'heure tourne et Jihem n'a déjà plus d'eau, il faut dire qu'il est venu roulé avec juste un bidon (note de Jihem : la prochaine fois, promis, je prends le sac à flotte ... si je le retrouve !). En plus à l'Auberge de la Croix d'Augas, on lui a refusé un peu d'eau (note de Jihem : soit disant qu'ils n'avaient pas d'eau potable) ... du coup ils ne sont pas prêts de me voir venir m'attabler chez eux (note de jihem : moi non plus).

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_221.jpg

On passe les whoops et on redescend fissa vers Avon par un single super avec quelques marches dont une bien haute que je passe sans réfléchir dans un style pas très académique ... mais ça passe quand même.  

On se tire encore la bourre dans le dernier kilomètre et à 14h01 on est aux voitures. Je sors 4 bières bien fraîches de la glacière (note de Jihem : moi qui n'en boit pas souvent, je n'ai rarement autant apprécié une binouze) et il est temps de se dire au revoir. Encore une superbe sortie sur Bleau avec un groupe bien homogène.

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_211.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_212.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_214.jpg 

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_215.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_217.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_218.jpg 

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_219.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/c360_220.jpg

Statistiques (Markitos) :

Distance : 42 km

D+ : 515 m

Moyenne : 10,2 km/h

Roulage : 4h04

Temps total : 5h32

Photos Markitos :

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2031.jpg  http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2110.jpg

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2032.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2033.jpg 

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2034.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2111.jpg 

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2035.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2036.jpg

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2037.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2116.jpg

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2117.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2118.jpg

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2112.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2114.jpg

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2113.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2115.jpg 

 

Video caméra embarquée Jihem :

Video caméra embarquée Markitos :

Video caméra embarquée Pitufo :

Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 12:10

Participants : Markitos, Pitufo

Samedi 23 juin, j'ai RDV avec Pitufo à 14h devant le garage VW d'Avon pour une sortie bellifontaine. Jihem devait dans un premier temps nous accompagner mais finalement le RDV étant trop tôt, il a décliné l'invitation. 

Pitufo en tongue ... au départ 

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2027.jpg

 

On se prépare et on part pour la Butte Montceau, j'ai RDV à 14h30 avec 2 forumeurs d'Uttagawa avec qui j'ai convenu de rouler aussi. Comme son nom l'indique, la Butte Montceau, est sur une Butte. C'est donc par une ascension à travers les bois que l'on débute notre roulage. On arrive au point de RDV juste à l'heure mais il n'y a personne   et pour cause, le RDV a été annulé, c'est ce que m'annonce Christian B. au téléphone. J'ai été avisé par un SMS, et un message vocal ... mais je ne l'ai pas reçu.   Bizarre... plus tard j'apprendrais, qu'en fait il s'est trompé en composant mon numéro de téléphone et c'est un illustre inconnu qui a reçu les instructions qui m'ont été envoyées.

Du coup, avec Pitufo, on file direct vers la piscine de la Forêt à travers la ville d'Avon. Là on récupère un premier single qui grimpe d'entrée de jeu sévèrement. Arrivé en haut du sentier on en récupère un autre , qui n'est autre que le sentier des Fontaines qui va nous mener tout droit à la Tour Dénecourt. Pitufo s'éclate sur ce single joueur et technique. Il m'avoue que la semaine précédente il est passé au même endroit mais étant très fatigué et en fin de sortie, il ne l'avait pas du tout apprécier, il en avait ch..r même. Moi-même je me sens bien, et butte assez peu sur les obstacles, seules quelques erreurs de pilotage font que je dois poser pied à terre de temps à autre.

On atteint la Tour Dénecourt assez rapidement et je propose à Pitufo d'y monter pour profiter du paysage et du superbe point de vue. Bien nous en a pris, il fait super beau, le ciel est dégagé et on voit des kilomètres à la ronde.

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2028.jpg 

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2029.jpg http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/dscf2030.jpg

De là on récupère le single qui redescend avec les marches au début, on va les descendre à pied, on ne les sent pas et on ne veut pas tenter le diable. Mais une fois ces difficultés passées, on s'amuse dans ce single lui aussi joueur et agrémenter de quelques petits passages technico-ludiques comme je les aime. Après le Rocher Cassepot, le single devient plus roulant sans plus aucun obstacle et difficultés, mais il n'en reste pas moins joueur. Il ne demande qu'à envoyer et mettre les watts. On le suit ainsi jusqu'à la Butte Saint-Louis en passant par la Tour de Samois. A un moment notre chemin croise celui du fer, et on doit le franchir sous un pont. J'attaque l'entrée du tunnel assez rapidement via un virage à gauche à la corde. Je me sens bien, je me couche bien dans le virage .... mais ma roue avant part en glissade et je ne peux retenir le vélo qui m'envoie au tapis. Je glisse sur un ou deux mètres. Je ressent alors une douleur à l'épaule gauche, elle a tapé de la caillasse. Je regarde ce qui m'a fait mal, et me rend compte que j'ai été taper dans du ballast qui avait descendu le talus SNCF. Bref je n'ai jamais eu de soucis avec le caillou noir au boulot, et voilà qu'il faut que je m'étale dessus en faisant du VTT.

Je me relève et on repart, la douleur disparaissant assez rapidement, ce n'est que sous la douche que je me rappellerai que j'ai un bobo là ... ça pique.

On grimpe la Butte Saint-Louis ... enfin on le tente, deux racines à mi-chemin du sommet nous arrête dans notre élan... je l'aurai un jour cette grimpette ! Il faut dire qu'elle a de sacrés pourcentages, et quelques racines bien piégeuses qui la rende bien dure.

On arrive enfin au rocher Saint-Germain jusqu'à la Table du Grand Maître où l'on fait une pause. Je regarde vite fait la carte, il est déjà tard, et Pitufo voudrait être retourné aux voitures pour 18h. Je vais donc couper et éviter une boucle que je voulais faire mais qui nous aurait encore éloigner et retarder. On file donc vers Belle Croix d'où on a récupéré le bleu qui va nous mener à la Fontaine Sanguinède et la Mare aux Ligueurs. J'en profite pour faire un cours d'histoire à Pitufo en lui montrant les ruines Gallo-Romaines du Menpehous. 

A partir de là on va tracer vers Fontainebleau où on va emprunter le dernier single du jour, celui qui longe la ville jusqu'à la piscine de la Forêt. On finira par le single qui descend en épingles juste en face des voitures, il est alors 17h55.

Une bien belle sortie sous le soleil et la chaleur, avec Pitufo on l'aurait bien continué s'il n'y avait pas eu cet impératif horaire. La prochaine fois on partira plus tôt.

 

Statistiques :

Distance : 34km

Moyenne : 11,7 km/h

45,2 km/h maxi

2h54 de roulage

3h43 au total (avec une grosse pause à la Butte Montceau)

465m de D+

Video caméra embarquée Pitufo :

Video caméra embarquée Markitos :
Repost 0
Published by Markitos - dans VTT 2012 Ile de France
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 14:56

Participants : Flocycle, Jihem, Raph

 

Ce matin RV à 7h30 avec Flocycle et Raph, sous un temps finalement gris et avec un petit vent pas très chaud. 

 

On finalise vite l'installation de mon vélo sur la Raphmobile et on part vite fait par l'A4 jusqu'à Mortcerf, notre point de départ pour une rando repérée par Raph sur Internet. J'ai chargé la trace sur le GPS, normalement, tout est bon.

 

On s'élance assez vite avec Flo, prêt à en découdre. Très vite, on se rend compte que cela va être humide, voir même très humide. En plus de la trace GPS, le circuit est visiblement fléché, c'est un parcours officiel. Avec tout cela, pas moyen de se perdre ... euh, en théorie, parce que dans les faits, on s'est planté sans le savoir très près du début quand Flo, au pied d'une côte, comme d'habitude, a mis les gaz. Avec Raph, on a essayé de s'accrocher, le nez dans le guidon ... et on a raté un fléchage indiquant de tourner à droite. C'est là que vous me dites, oui, mais toi, GPSman, avec ton GPS, tu ne peux pas t'être planté quand même ? Ben si ! Il faut dire que je me suis fait piéger car j'avais la trace à suivre en violet ... et dans le coin il y avait le GR14, lui aussi en violet sur la carte et qui était commun avec le début du parcours. Du coup, je pensais être toujours sur le chemin, ce qui n'était pas le cas. Du coup, nous avons suivi le GR14 dans le secteur de Mortcerf, ce qui fût une erreur fatale car d'après ce qu'on avait lu, c'est un coin hyper boueux l'hiver. Oui, mais on est en été, me rétorquerez-vous ... certes mais vu la flotte en avril/mai, les conditions étaient vraiment pourries, et il a fallu affronter non seulement de la boue mais carrément des mares profondes, à l'eau stagnante, occupant tout le passage.

 

Dès le début, dans un virage en dévers bien boueux, Flo est parti à la faute avec une glissade latérale des 2 roues pour finir sur le flanc (du côté du dérailleur, heureusement sans dégâts). Dommage, je n'avais pas pris la caméra car avec le GPS et le compteur, il n'y avait plus trop de place sur le guidon. Plus loin, avec les énormes flaques et puis les mares, il a fallu passer de nombreux passages à pied et même plusieurs fois, dans les bois, au milieu des branches. Même à pied c'était dur, difficile de trouver des fois où poser les pieds et on a tous fini les pieds trempés (voir petite video avec mon téléphone). Avec toute cette eau croupie, le coin était infecté de moustiques énormes et entre les moustiques et les orties, les jambes ont souffert. Nous étions tellement occupés par la recherche de passages à peu près praticables que nous avons oublié de nous inquiéter des panneaux. J'y ai repensé en sortant du bois, près d'une ferme, juste après qu'une biche se soit enfuie juste à côté de nous dans un champ. Non seulement, il n'y avait plus de panneaux depuis un bout de temps, mais en plus mon GPS m'indiquait un grand trait vers la droite, signe que la trace était plus à droite, même beaucoup plus à droite, car il a fallu scroller un max à droite pour retrouver la trace, très très loin.

http://i40.servimg.com/u/f40/17/10/14/79/dsc_0122.jpg

On a donc décidé de rejoindre une route pour repartir dans la bonne direction et là on s'est aperçu de l'ampleur de notre erreur quand on est repassé à Villeneuve Le Comte ... où nous étions déjà passé, mais en voiture, en nous rendant à Mortcerf ! Malgré le vent de face, on a bien roulé, à plus de 30 km/h, avec une pointe à 38-40 km/h, en prenant des relais, jusqu'au carrefour de l'Obélisque où nous étions déjà passés à Vélo une demi-heure ou une heure avant. Nous nous sommes rapprochés de la trace en empruntant une longue descente défoncée avec beaucoup de caillasse et cela tabassait fort. Raph a reconnu, à l'envers, cette longue côte où Flo avait filé au départ, lequel Flo, en mode poursuite derrière un petit peloton de vététistes, ratait une deuxième fois le bon embranchement que cette fois je repérais à temps (entre temps, j'avais changé la couleur de la trace en bleu fluo pour ne pas me refaire avoir). Après un petit moment Flo est revenu sur ses pas et cette fois nous avons enfin pris le bon chemin, en nous disant, que là, sur un chemin balisé, ce serait certainement moins boueux. Et une nouvelle fois, on avait tout faux car 100 m plus loin au pied d'une montée, il a fallu passer à pied dans un champ pour éviter une mare, puis au sommet de la côte, étonnament, nous avons été confrontés à une nouvelle mare. Le sentier dans les bois qui suivait doit être agréable par temps sec, mais là, il fallait être prudent car cela chassait dans tous les sens.

 

A Dammartin sur Tigeaux, un anglais un peu paumé s'est joint à nous. Il était seul, sans carte, juste avec son téléphone, et découvrait comme nous le coin. Courageux, d'autant qu'il ne parlait pas français. 

 

Après un petit pont, nous avons pris le GR1, bien boueux, qui longe un ruisseau avant d'attaquer une bonne côte, longue et caillouteuse, où nous avons été encouragés par deux heunes filles à cheval, admiratives. Arrivés au sommet, à Montbrieux, nous avions à nouveau perdu le fléchage mais d'après le GPS la trace passait une rue à côté partant vers Guérard, mais vu l'heure et la boucle de 20 km faite par erreur, nous n'avions plus le temps de faire le circuit et en plus, la pluie commençait à faire son apparition. Nous avons donc décidé d'abréger et de couper. Nous avons donc prévenu notre anglais pour qu'il ne nous suive pas jusqu'à Mortcerf, tout en essayant de le guider vers son camping, mais pas évident de guider quelqu'un dans un coin que l'on ne connait pas. On a alors pris tout droit par une bonne descente, très caillouteuse et défoncée. Flo a alors eu un problème avec son dérailleur, la gaine étant endommagée, ce qui lui interdisait tout changement de vitesse. Flo a donc fini en single speed mais avec un développement un peu trop gros. La suite a donc été difficile pour lui, surtout la côte bien raide et longue qui a suivi le passage d'un petit pont au dessus d'un ruisseau, où il a du mettre pied à terre (seul un ennui mécanique pouvait arrêter notre chamois). Nous avons fini par la route, avec encore une longue montée avec le vent dans le nez, juste avant d'arriver à Mortcerf sous une pluie nettement plus forte.

 

A refaire par temps sec, mais en partant directement de la vallée du Grand Morin, pour éviter le secteur de Mortcerf et attaquer directement par le secteur où nous arrivions avant de faire demi-tour et qui avait l'air plus intéressant et valonné.

 

Statistiques :

 

Distance : 38 km

Moyenne : 17,3 km/h

D+ : 357 m

Chute : 1 pour Flocycle    

 

Video téléphone Jihem :

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 13:07

Participants : Bbanpc, Flocycle, Ned, Pitufo, Roro1 et 

Pas de CR de la Horde en mon absence pour cette belle sortie à Fontainebleau, bien appréciée par les participants, guidés par Roro1 avec un de ses potes.

Les commentaires :

Bbanpc : De retour de bleau vers 15h... et que du bonheur...  

ROBERT le cousin de flocycle nous avait concocté un parcours superbe avec des petits singles merveilleux, des descentes techniques "pour certaines assez cassantes" ...

La plus belle sortie effectuée sur bleau pour ma part ... 

Un grand merci à  ROBERT.....  "alias Rémy Absalon, il lui ressemble et roule presque aussi bien " 

Ned : Une sortie sur bleau comme je les aime avec du ludico-technique à souhait....des jumps, du trialisant, de la bonne descente et des bonnes montées   ..il faut dire que l'on avait un guide au top qui nous a fait découvrir des nouvelles parties de Bleau et d'autre que l'on connaissait déjà (la Croix d'Augas, la Tour de Denecourt ...) par notre guide de la horde, j'ai nommé MARKITOS

38 kms et 600 m  D+

notre pitufo doit dormir à cette heure là vu que sur la fin il était cuit   .....Bleau c'est trés exigeant.....

2 chutes dont un bel otb et une patte de dérailleur pour flocycle

1 chute pour pitufo

1 chute pour moi, un bel otb... ça faisait longtemps hihihihihihihihi....

Merci beaucoup roro

Pitufo : Un grand merci à Robert pour ce parcours, même si j'ai eu beaucoup de mal, l'entrainement de muay thaï de 2h30 de vendredi m'a laissé des traces, depuis samedi j'avais des grosses douleurs aux cuisses.

Mais une sortie sur Bleau, impossible pour moi de refuser ça.

J'aime vraiment ce terrain de jeu avec les descentes techniques, les phases trialisantes sur les rochers.

Pour ma part, j'ai vraiment adoré les 20/25 premiers kilomètres mais après j'ai eu énormément de mal, je n'étais plus lucide et je buttais au moindre obstacle, pour preuve j'ai chuté dans une des dernières descentes.

Puis y'a pas à dire, un semi rigide ça fait mal surtout sur un terrain comme bleau. Ah vivement septembre pour un TS gamme 2013   

On a eu un temps magnifique avec un grand soleil, j'ai pu inaugurer mes Oakley salit jacket, j'en sui très content. A noter que Ned a perdu sa paire de lunette.  

 

Le parcours :

http://i49.servimg.com/u/f49/15/69/26/01/17061210.jpg

 

Photos de Pitufo :

http://i46.servimg.com/u/f46/14/66/94/52/gopr0110.jpg http://i46.servimg.com/u/f46/14/66/94/52/gopr0112.jpg

http://i46.servimg.com/u/f46/14/66/94/52/gopr0113.jpg http://i46.servimg.com/u/f46/14/66/94/52/gopr0114.jpg

Video caméra embarquée Pitufo :

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 07:08

Avec un peu de retard, voici une compilation des divers CR des participants de la Horde aux 24h de Buthiers 2012, avec des membres dans 3 équipes différentes.

Le parcours :

Parcours

CR de Markitos

 

Nous sommes samedi matin, il est 6h30 je suis réveillé, avant que mon réveil ne sonne. Après une semaine à me lever à 3h du matin, c'est une grasse mat' pour moi  Je me lève donc, petit déj copieux, préparation du bonhomme et je charge la voiture. Il est environ 8h quand je termine ... que faire ? On a RDV à 10h à Buthiers ... allez je pars, pas grave si j'arrive en avance. Je suis sur place vers 9h donc, j'ai bien fait car je peux récupérer les emplacements de camping, mon doigt électronique et commencer à décharger mes affaires. Un peu avant 10h les autres participants commencent à arriver : les VTT BTT COSEG, Flo, Lasouque, Zilb, P'tit Canard et enfin Ub!k ... mais qu'est-ce qu'il a ? ... Ub!k porte une minerve   il a mal aux cervicales, ça commence fort   

Bon c'est pas tout, il faut installer le campement : un grand barnum apporté par les VTT BTT, le petit barnum de Flo, les tentes individuelles. Entre temps arrivent Seb91, Marmotte et Hug, voilà on est au complet.

Il y a sur notre petit village-vacances:

- une équipe de 4 : les Moissonneuses Batteuses Enflammées Krù V2-SR Style'z (Ub!k, Leflo, Lasouque81 et Zilb)

- une équipe de 2 : la Horde Sauvage du Val-de-Marne ( P'tit Canard et Hug)

- une équipe de 6 : VTT BTT COSEG 2 (5 VTT BTT COSEG et Markitos)

- et 3 solos : VTT BTT COSEG 1 (Christophe)

La Marmotte

Tajine (Seb91)

Voilà 15 bonhommes qui sont là pour faire du VTT pendant 24h et passer un bon moment entre potes.   

Vers 13h, après s'être restaurés et changés, on part tous les 15 pour faire les photos de groupes, et faire le tour de reconnaissance du circuit. Il est très sympa, tout en relance avec quelques coups de cul, des singles pleins de virages, des faux-plats que je déteste ... bref on est tous d'accord : on va bien s'amuser. 

http://i48.servimg.com/u/f48/11/78/88/03/_24h7110.jpg

A 15h c'est le départ de la course. Comme l'an dernier c'est un départ lancé, Zilb manque le holeshot de peu, mon co-équipier, Olivier est bien placé aussi dans les 20 premiers, les autres suivent de près. C'est parti pour 24h de folie. Il fait beau, ça s'annonce bien. 

Je ne pars pour ma part qu'en 4ème position, mes co-équipiers tournent en 30mn environ, moins pour certains. Ça y est, c'est mon tour je pars pleine balle, il faut dire que tout le monde me regarde, et pendant 300m environ on longe le camping et il y a tout plein de paires d'yeux qui nous surveillent   Les 800 premiers mètres sont tranquille, et soudain on attaque une petite descente dans un jardin privé ... attention il y a des piquets en bois à l'entrée du jardin et ça passe tout juste, ce sont de véritables pièges. La première difficulté est une montée avec 2 grosses marches que tout le monde passe à pied (mais mon petit doigt m'a dit qu'un hordeux se vante de les avoir passées sur le vélo).

Le circuit est donné pour 9,3 km selon les organisateurs et 145m de D+. Mon GPS me donnera 3 fois un total de 8,4km ... presque 1km de différence ...

La suite de mon circuit se passe bien entre les raidars, les virolos et tout à coup je rattrape un solo qui a une crampe, il me bloque le passage et je pose donc pied à terre et là c'est le drame : moi aussi j'ai un début de crampe, je l'étire immédiatement ... plus de peur que de mal mais c'est une sacrée alerte. Est-ce le froid, la fatigue, un départ trop rapide ??? Quoi qu'il en soit j'apprends plus tard que l'on est nombreux à avoir eu ce problème dans les 2 premiers tours, étrange.   

Je continue mon parcours, je me fais doubler par de véritables avions mais je m'en fiche, je vais à mon rythme, tant est si bien que je termine mon tour en 41mn. Je passe mon relais et rentre au campement. Je dois attendre 2h30 au moins avant de repartir. J'en profite pour me restaurer et tout à coup on entend le tonnerre,  et voilà c'est parti, il pleut. Ce n'est pas une pluie d'orage violente mais une pluie discontinue. On est tous dégoûtés. On revoit les participants qui ont fini leur tour rentrer trempés. Heureusement qu'on à tous apporter suffisamment de change.

Je repars pour mon deuxième tour à 20h, il se passe bien mais il pleut encore, le mental est entamé. Le terrain devient boueux par endroits mais il reste praticable. Je commence cependant à regretter de ne pas avoir changer mon pneu arrière pour un plus cramponné ...  il patine le Crossmark ...

Je termine mon tour en 43mn même si j'avais l'impression d'avoir été mieux et plus rapide sur celui-ci. J'en termine et m'aperçoit que la nuit commence à poindre le bout de son nez, dans moins d'une heure il fera nuit. Il est temps de préparer mon éclairage pour mes runs de nuit.

Quand j'arrive au campement je me rends compte que pour certains la motivation n'y est plus. La pluie les a refroidis, surtout au sein de mon équipe. Certains m'annoncent même qu'ils abandonnent ... bref c'est la loose. Que faire ???? Un seul, Olivier veut vraiment continuer, et il part pour un tour de nuit. Personne ne veut y aller pour le relever, il est presque minuit et c'est moi qui me dévoue. Il termine son tour en 41mn (de jour il est en 30mn) et me passe le relais. C'est parti pour une nocturne forestière à Buthiers.

Très vite je me rends compte que mon éclairage (Sigma Mirage EVO) est dépassé face aux Magicshine, mais bon il est suffisant. Dès le départ je me fais une grosse frayeur. Je suis arrivé trop vite dans l'entré du jardin privé que l'on traverse et avec la pluie le terrain est devenu très glissant. Je freine trop tard et je pars à la faute. Je glisse et m'empale dans 2 des fameux piquets en bois. Je me fais bien mal aux 2 cuisses mais c'est supportable. D'ailleurs la douleur va très vite s'estomper et se faire oublier. Mais voilà je suis averti, c'est devenu très très glissant, l'alerte a été sévère.

Je fais tant bien que mal mon tour de nuit, il pleut mais ne fait pas froid ... ça patine, ça glisse sévère par endroits mais ça reste très fun. Les sensations sont complètement différentes et j'arrive quand même à me faire plaisir par moments. Mais le mental est assez bas à cause de la pluie omniprésente depuis 18h.

Je termine mon tour en 58mn éreinté, passe le relais à Olivier (toujours lui) et l'avise que je ne le relèverai pas, je pars me coucher. Au campement mes autres co-équipiers me confirment leur abandon définitifs ... du coup je pars dormir dans l'optique de remballer mes affaires le lendemain matin.

Dimanche matin, il est 6h45 lorsque je me réveille. Je retire mes boules-quies et là je rend compte qu'il pleut abondamment. Je prend mon petit déj offert par l'orga et file préparer mes affaires pour les charger dans la voiture. Entre temps il y a Olivier qui est sur le circuit depuis 7h. Dans la nuit il a fait 2 ou 3 tours supplémentaires.
 
Je m'engouffre dans ma tente et soudain je me mets à cogiter... je ne suis pas venu ici pour bâcher. Ce sont mes premières 24h et je ne veux pas en rester à 3 tours seulement.
Et c'est décidé je repars, je me change fissa et annonce à tous que j'y retourne, je vais relever Olivier. C'est sous les encouragements bruyants de la Horde que je file à l'aire de relais. J'attends un petit moment qu'Olivier revienne et je pars rouler. Dans la nuit le parcours a été amputé d'une portion qui était devenue dangereuse sur la toute fin du circuit. Ça tombe bien on évite ainsi la dernière côte qui faisait bien mal aux pattes juste avant le pointage final. Je fais mon tour en 45mn, j'accuse un peu la fatigue et le manque de sommeil cumulé de la semaine. Sur l'aire de relais je cri le nom de mon équipe, mais personne ne répond, je ne réfléchis pas et je repars pour un second tour. Ce n'étais pas prévu. D'ailleurs sur les 200 premiers mètres je me demande si je ne vais pas quitter le circuit au niveau de notre emplacement ... mais non machinalement je continue. Le rythme ne baisse pas dans ce deuxième tour, je roule même mieux. Je le finirai tout de même en 45mn comme le premier mais c'est parce que je me suis arrêté 3 ou 4 fois à cause de remontéesr de chaîne qui ont entamé ma base droite sérieusement. La chaîne venant se coincer entre la base et le grand plateau. La transmission est dans un sale état, la boue et le sable font des dégâts. J'ai les jambes pour faire un 3ème tour mais je préfère arrêter à la fin du second pour éviter de casser la transmission. Dans mon esprit, je vais la nettoyer et refaire un tour ou deux. Mais à mon retour mes co-équipiers ont commencé à ranger leurs affaires, ils rentrent. La mauvaise nouvelle pour moi, s'ils partent ils vont rendre leur pointeur électronique et moi aussi je vais devoir aussi le faire.
C'en est fini de mes 24h ...
 
Les VTT BTT COSEG sont hors courses et s'en vont chez eux. Je décide de rester pour encourager la Horde, enfin ce qu'il en reste car Hug et P'tit Coin Coin ont abandonné dans la nuit sur blessure de P'tit Coin Coin .
  
J'encourage aussi Seb91 et Marmotte qui nous font un véritable marathon de VTT. D'ailleurs Seb91 finira 2ème des solos et Marmotte 4ème   Les Moissonneuses... finiront 4ème des 4H.
  
A 15h dimanche c'est la fin. On remballe les tentes, les vélos, et nos affaires. On assiste à la remise des récompenses, enfin surtout celle de Seb91. Et il est temps de se dire au revoir.
J'ai fait donc 5 tours (plus un 6ème de reconnaissance), ce qui me fait un total d'environ 50km au total et 800m de D+.
Ce qui est sûr c'est que pour l'an prochain je veux en être encore avec une équipe de 6 mais motivée cette fois, et en espérant que le soleil soit de la partie comme en 2011. 
Markitos
Markitos-copie-1.JPG Markitos2.JPG
Markitos3.JPG Markitos4.JPG
Markitos5.JPG Markitos6.JPG
Video du 1er tour avec une petite chute et P'tit Coin Coin
Video Markitos 
CR de P'tit Canard

Tout commence il y a environ un an, l'équipe des Moissonneuses Batteuses Enflammées vient de terminer les 24 heures de Buthiers 2011. En lisant le CR de Lasouque et voyant les vidéos de la course, l'envie me pousse à participer à l'édition de 2012. L'idée reste en sommeil jusqu'en décembre, les inscriptions pour l'édition 2012 vont bientôt commencer. J'essaie de motiver les gars de La Horde Sauvage mais peu sont motivés pour monter une équipe. Fin décembre, je reçois la réponse positive d'Hugolocko pour les faire en duo. La préparation peut commencer...
Le 5 janvier 2012 à 15 heures, les inscriptions ouvrent enfin, à 15h30 j'ai l'inscription en poche. La motivation est déjà bien présente quatre mois avant l'épreuve. Nous roulons quelques fois ensemble. Mi-février, je me fais une entorse au pouce droit, ma participation devient plus qu'incertaine. Après un mois et demi d'arrêt, je peux enfin remonter sur le vélo. Les premières sorties sont douloureuses, j'ai énormément perdu en force musculaire pendant cette interruption, après 20-25km je commence à avoir des courbatures, mais je ne lâche pas. Maintenant que le pouce va mieux, je ne peux pas lâcher comme ça. Le mois d'avril pluvieux ne motive vraiment pas à sortir s'entraîner. Plus le temps passe et plus je me dis que la course va être dure pour le physique.
5 mai 2012, jour J.
Pendant le trajet jusqu'à Buthiers nous nous organisons pour les relais. Nous décidons de partir sur deux tours jusqu'à minuit et ensuite 3 ou 4 tours pour la nuit, histoire qu'on ait le temps de se reposer un peu. 11h30, nous arrivons sur le campement après être passé récupérer nos plaques et nos doigts électroniques pour le chronométrage. Nous retrouvons donc la célèbre équipe des Moissonneuses Batteuses Enflammées (avec Lasouque, Leflo, Ubik et Zilb) et celle de Markitos (VTT BTT COSEG), ainsi que 3 coureurs solos.
Après avoir pris notre repas du midi, nous partons poser pour la photo d'avant course et faire le tour de reconnaissance du circuit. Le début est assez roulant, jusqu'à la première difficulté, un passage de deux marches coup sur coup. La petite troupe pose pied à terre. Ensuite, c'est un enchaînement de montées et descentes, en passant par des singles avec pleins de relances, très plaisant à rouler. La deuxième difficulté n'est pas une, mais deux montées, nous avons le choix de passer à gauche ou à droite, voyant des gens à pied à gauche et à droite, je choisis de prendre à gauche car ça me paraît plus court et moins dur. Ensuite, nous avons le droit à une longue montée le long d'un champ et d'un château d'eau, cette montée est coupée dans le milieu par une petite route. Ça monte mais ça reste roulant. Le terrain est bon, c'est bien sec. Qui dit montée, dit ensuite descente qui nous replonge dans la forêt par encore et toujours des singles. Sur la fin du circuit, nous avons une dernière grosse côte, ça monte pas mal mais là aussi ça passe à vélo. Je me dis déjà que j'ai bien fait de changer mon plateau de 28 par un de 26. Roulant en double, le choix de la transmission était primordial. Avant d'arriver sur la fin de boucle, ce sont encore quelques singles bien roulants. A la fin de ce tour de reco', nous rentrons au campement. Avec Hug, nous tirons au sort qui de nous deux partira en premier. Le hasard me désigne.
Il est 14h30. Le briefing d'avant course va commencer. L'orga nous explique comment utiliser les doigts électroniques pour pointer aux deux endroits du circuit. Un premier pointage est à mi-course et l'autre est juste avant le passage de relais. 
15h. Le départ est donné, afin d'étirer un peu les concurrents, nous faisons une petite boucle de 2 km qui contourne la base de Buthiers par la route. Flo m'a prévenu de ne pas me mettre dans le rouge dès la première côte du parcours, avant de passer la ligne de départ. Je ne pars donc pas trop fort, je me fais doubler mais en redouble aussi pas mal. En arrivant en haut de la côte avant la ligne de départ, deux guidons se touchent, un des deux coureurs tombe à un mètre de moi, j'ai eu bien chaud, ça met direct dans l'ambiance. Je passe la ligne de départ avec une minute de retard sur les premiers l'ayant passée. Lors du premier tour, je double pas mal de monde, je le boucle en 33 minutes. Le second, je ne relâche pas mon effort pour le finir dans le même temps. Je passe le relais à Hug et part souffler un peu. Le temps passe et j'me dis que j'ai pas mal de temps devant moi, je me le dis tellement que j'en loupe le relais.   Hug part donc pour un troisième tour d'affilé... Afin de ne pas le louper une seconde fois, je rejoins la ligne de passage de relais. Je patiente en voyant le ciel changer de plus en plus. J'espère que la pluie attendra un peu avant de tomber, je suis en simple maillot, j'ai laissé mon coupe pluie au fond du sac. Sur la fin du premier tour, je sens quelques gouttes. Je ne peux pas m'arrêter pour mettre de coupe pluie, tant pis j'attendrai de finir le tour suivant pour m'abriter... J'enchaîne mes deux tours en 33 et 34 minutes. Le terrain devient glissant sur la fin et je pense que mon pneu arrière pour terrain sec ne va pas le faire. De toutes façons, je n'ai que ça, il faudra faire avec. Sur la fin du deuxième tour, je pense à Flo et son Niner, le nom du bike est "Mange ma poussière", je me dis que comme il pleut, il n'y aura pas trop de poussière à avaler.   Une centaine de mètres plus tard, j'entends mon prénom derrière moi et c'est Leflo qui me suit, drôle de coïncidence, je continue à mon rythme, il me double après la montée pas loin du champ de colza et me souhaite bon courage. Je finis mon tour et passe le relais à Hugolocko qui repart pour deux tours. Je peux aller me reposer un peu.
Il est 20h15, je me suis changé et ai passé mon coupe pluie car les averses ne s'arrêtent pas. Je pars sans mon éclairage en espérant finir avant la nuit noire. Le terrain est devenu bien glissant depuis mes derniers tours, j'essaie de gérer comme je peux l'adhérence sans partir à la faute. Je finis mes deux tours en 37 et 39 minutes. Malgré le terrain glissant et le manque de luminosité sur la fin de mon deuxième tour, j'arrive à ne pas perdre trop de temps. 21h30, je pars donc manger le repas de l'orga, c'est salvateur, je commençais un peu à puiser sur la fin. j'essaie de ne pas oublier de boire. Je monte mon éclairage pour la nuit et repars sur la zone de relais. 
Il est 22h50, je pars pour mes deux premiers tours de nuit. Le repas m'a fait du bien, je me sens un peu mieux sur le vélo, je peux appuyer un peu plus. Par contre ça glisse énormément, je n'ai aucune adhérence de l'arrière, le Nobby Nic monté à l'avant fait son travail mais le Racing Ralph arrière me montre ses limites. Dans la montée du château d'eau, je plaisante avec un mec de l'orga en lui disant qu'il a du courage d'être là avec cette pluie, il me répond qu'il en a quand même beaucoup moins que nous!! (D'ailleurs, j'en profite pour remercier les personnes d'Esprit Raid placées à cet endroit car ils nous encourageaient un peu plus fort à chaque tour et dans ces moments là, ça nous redonnait de la force  ). Malgré la douleur j'arrive à déconner, ça me rassure. Le moral est toujours là après un tiers de la course. Dans la dernière partie du circuit, au passage de la descente en dévers je manque de taper un arbre à bonne vitesse, saleté de boue!! Cette frayeur m'oblige à appuyer un peu plus sur les freins sur la fin du circuit. Je boucle mes deux tours en 43 et 46 minutes. Je passe le relais à Hug qui part pour 3 tours. J'ai un peu moins de 2 heures pour essayer de dormir un peu. Il est 00h30.
Je rentre au campement, je mange, je bois. Je me déshabille et essaie de trouver le sommeil. Le temps de redescendre en température, je jette un coup d'oeil au site de la course, on est toujours deuxième au classement par équipe, les premiers roulent très forts. Même sous la pluie et de nuit ils roulent en moins de 40 minutes par tour. Je me dis qu'aller les chercher va être très très dur. Avec les troisièmes, on garde toujours à peu près le même écart, environ 20 minutes. J'arrive à "dormir" enfin vers 1h45, à 2h15, le réveil sonne. Je me rhabille en tenue de nuit un peu plus chaude. Hug fini plus tôt que mes prévisions et arrive au campement au moment où je sors de ma tente.
Il est environ 2h30, je pars donc pour trois tours pendant que lui va dormir. Les premiers kilomètres sont bons, je suis dans un bon rythme, ce mini sommeil m'a fait du bien, j'ai du jus dans les jambes. Je me sens mieux que lors de mes tours précédents. J'arrive dans la montée avec les deux marches, je me cale à gauche et descend du vélo pour les passer comme d'hab' à pied. Je vois alors une fusée qui prend la montée par la droite et passe les marches avec deux bons gros coups de reins.   Je l'éclaire pour essayer de voir qui c'est et j'aperçois le Niner de Flo qui part déjà bien loin. Impressionnant de voir ça après pratiquement 12 heures de course. Je continue mon tour à mon rythme en évitant de trop glisser, il pleut par intermittence mais le sol est bien trempé. C'est alors que je sens un point à l'extérieur du genou gauche, une douleur qui s'active à chaque fois que je tourne les jambes. Je sers les dents en évitant de trop y penser mais la douleur est trop forte, je me demande comment je vais faire pour finir le tour, la douleur ne s'estompe même pas un peu si je pédale moins fort. La circuit a été raccourci sur la fin pour éviter la partie qui devenait trop dangereuse, c'est bien pour moi, ce sera moins long. Les derniers mètres sont vraiment éprouvants, j'hésite encore un peu à continuer ou à rentrer et je me résigne à sortir du circuit après le dernier pointage. Je rejoins le campement, j'essaie de réveiller Hug pour le prévenir que j'envisage de jeter l'éponge mais sans succès, il dormait déjà bien.
 
Je vais m'asseoir sous le barnum et je constate que j'ai vraiment du mal à plier la jambe. En attendant qu'Hugolocko se réveille, je me tâte à repartir mais je ne peux plus remonter sur le vélo. Je crois bien que ma course est terminée. 4h15, Hug se réveille, je lui fait part que mon corps m'a dit stop, je le sens aussi soulager, il va pouvoir se rendormir...
Je retourne à ma tente, je mange encore et cogite encore et encore. J'ai bien envie de repartir pour voir si mon genou va tenir mais la raison m'oblige à rester sage. Je ne veux pas non plus aggraver mon cas. Je quitte enfin ma tenue de vélo et essaie de dormir un peu. Il est 5h30, je ferme enfin les yeux. 
A 8h15, je me réveille et vais prendre le petit déj avec Hug. Je peux à peine marcher, je me dis que j'ai bien fait de ne pas repartir malgré les douleurs. Le classement n'a pas beaucoup bougé pendant la nuit, on vient juste de se faire doubler au classement par équipe. On finira troisième sur les 4 équipes de duo engagées. On se décide à officiellement bâcher. Nous plions bagage, après un lavage des bikes, nous chargeons la voiture et allons rendre les doigts électroniques. Il est 11h30, nous disons au revoir au reste de notre campement et rentrons sur Paris. 
Bilan mitigé pour moi personnellement, je m'attendais à mieux. Le mental a tenu mais pas le corps, je pensais à ce que ce soit l'inverse en fait. J'ai sans doute payé la mauvaise préparation et la blessure de février. Assez déçu quand même, avec le recul j'essaie de relativiser mais ça reste toujours dur d'abandonner...
Malgré ça, ce fût un bon week-end, une belle expérience à vivre. Aujourd'hui, j'ai bien envie de me réinscrire pour l'édition 2013 et aller un peu plus loin cette fois-ci. 
Nous avons quand même parcouru plus de 170km en un peu plus de 12 heures de course, en 19 tours, c'est pas si mal après tout. 
Pour finir, j'aimerais remercier l'organisation des 24 heures, car ils ont su bien gérer les aléas de la météo en changeant le circuit en pleine nuit, en balisant bien comme il fallait le tracer, orga au top. Les 2701 photos des 24 heures dispo moins d'une semaine après. 
Merci aussi aux p'tits mots de certains coureurs qui en pleine nuit te disaient merci et courage lorsque je les laissais passer. Merci à ceux qui m'ont soutenu pendant les semaines précédentes alors que je doutais encore de participer aux 24 heures. Merci à Hugolocko également sans qui ce duo n'aurait pas été possible. Félicitations à Markitos pour son acharnement à ne pas bâcher et aussi aux MBE Krù pour votre belle course malgré les problèmes mécaniques.
 
A l'année prochaine Buthiers.
P'tit Canard
P-tit-Canard.JPG P-tit-Canard2.JPG
P-tit-Canard3.JPG P-tit-Canard4.JPG
Hugolocko (la dernière avec Seb91)
Hugolocko.JPG Hugolocko2.JPG
Hugolocko3.JPG Hugolocko4.JPG
Hugolocko5.JPG Seb91 et Hugolocko
CR de Lasouque
Les Moissonneuses Batteuses Enflammées Krù V2-SR Style’z aux 24h de Buthiers.
Après une belle 2ème place en 4H et la 4ème au général des Moissonneuses Batteuses Enflammées Crew aux 24h de Buthier 2011, il a été décidé à l’unanimité de repartir en 2012 avec un nom d’équipe encore plus pourri ! Etant donné qu’il ne faut pas changer une équipe qui gagne, LeFlo (ou LeYak ou Flo94), Lasouque81, Ubik et le captain Zilb sont donc repartis à l’assaut des 24h de Buthiers 2012, avec pour objectif de faire mieux que l’année dernière, et tous en SR (mais 4 types de vélo différent : Acier, Alu, Titane et 29).
Ayant fait le rodage l’an dernier et en mode à l’arrache, cette année la préparation sera assez sommaire. Chacun sa merde et on se retrouve sur place à 10h ! J’arrive à Buthiers, Flo et Zilb sont déjà là, ils ont retiré les plaques, on se dirige donc directement vers l’aire de déchargement des véhicules où l’on retrouve Seb91 (engagé en solo) et Markitos (dans une équipe de 6, VTT-BTT-COSEG 2 avec olivier) avec son diable ! On sera tous réunis sur le même campement avec Marmotte et Christophe (VTT-BTT-COSEG1) en solo, la Horde Sauvage du Val de Marne (Hugo et
petitcanard), les moissonneuses en équipe de 4 et VTT-BTT-COSEG2 en équipe de 6.
En redescendant la voiture au parking, je croiserai Ubik qui arrive … avec une minerve autour du cou ! Avec Zilb ils ont eu, malgré nos recommandations, la bonne idée de faire un stage de trail de 4 jours, 4 jours avant. Bref, le bonhomme comme le vélo ont besoin d’une bonne révision. Pour le vélo on le met sur le pied d’atelier pour régler les vitesses, mais Culture vélo est là pour changer les gaines (qui chantaient pourtant très bien). Pour le bonhomme pas d’osteo aujourd’hui, donc personne pour lui débloquer les cervicales, on sera donc 3.5 pour rouler, ça commence pas très bien. On fini de s’installer, planter les tentes, monter les deux barnums … puis on se restaure avant de partir pour le tour de chauffe/reconnaissance tous ensemble sous le soleil.
Le circuit a pas mal changé depuis l’an dernier, on tourne à l’envers, il n’y a plus le passage sur la route ni la longue allée sableuse au travers du camping et quelques petites variantes. Le circuit est un poil plus court (9km) avec un peu plus de D+ (150m) mais toujours joueur, technique, physique, plein de sable…du vrai VTT !
14h30 : C’est bientôt le départ, on rejoint le départ pour le briefing d’avant course.
15h : Après un tour de parking pour lancer la course, puis la remontée vers le camping, c’est parti pour 24h ! Zilb attaque fort dès le départ pour passer en 2ème position derrière l’équipe de la base de loisirs de Buthiers.
15h30 : Alors que je suis prêt à prendre le relais, les concurrents arrivent les un après les autres, mais toujours pas de Zilb en vu … On se demande ce qu’il lui arrive, on s’apprête à partir à sa recherche et alors que les premiers ont déjà fait deux tours il arrive enfin. Je prends le relais, ne sais pas du tout ce qu’il lui est arrivé et pars à l’assaut du
chrono, il va falloir rattraper le temps perdu. J’apprendrais plus tard qu’il a coincé la chaine entre le petit et le moyen plateau et a fini par démonter les plateaux pour la ressortir…
16h : je fais mon premier tour, je vais un peu vite et je vais rapidement me retrouver par terre. Du sable, un petit rocher à descendre et un virage à droite en bas. Je vais mettre la roue en travers et boum c’est la chute. Je me relève vite et repart sans dégât. Plus loin après avoir manqué de faire plusieurs tout droit je me rends compte que j’ai la roue avant à plat. J’essaie alors de rallier l’arrivée pour réparer. Je n’ai plus de frein sur l’avant, je tourne à vitesse réduite et relance à fond en sortie de virage. J’arriverai finalement à finir le tour sur un temps pas trop mauvais. Au moment de réparer, je vois que le pneu s’est décollé de la jante, j’ai perdu toute la pression (je roule en tubeless) et la jante a ramassé pas mal de sable (surement lors de ma chute où je devais être sous gonflé) !
Bon au bout de 2 tours, deux problèmes, Ubik n’est pas bien, on est mal parti ! Pas grave on continue pour se faire plaisir sans objectif de classement.
En fin d’après midi, la pluie (annoncé) va faire son apparition et donner des envies de bâchage à certain. Les VTT-BTT-COSEG s’arrêtent de rouler les uns après les autres…la motivation n’est plus là. Le terrain devient très glissant et en fin de soirée suite à la chute d’un concurrent devant moi, dans la partie du parcours la plus glissante où le vélo est difficilement contrôlable, en tentant de l’éviter je vais m’éjecter du vélo, retomber sur mes pieds mais faire un faux mouvement et me blesser à l’épaule… Je souffre pour rejoindre l’arrivée.
Une fois au campement, on se pose alors la question de continuer, Ubik ne roule plus, on est trois et j’ai mal. Je demande à Zilb d’attendre un peu avant de prendre une décision pour voir si la douleur passe… Ayant envie de faire au moins un tour de nuit, je repars tranquillement pour voir ce que ça donne. Ce n’est pas terrible mais j’arrive à rouler. On est remonté à la deuxième place des 4h, il ne faut pas lâcher et malgré la douleur j’arriverai à relancer mes coéquipiers qui commençaient déjà à penser boire un verre avant d’aller se coucher !
On fera la nuit à trois, Zilb et Flo le début de nuit pendant que moi je dors et moi la fin de nuit au réveil. N’étant que trois on décide alors de doubler les relais. Lorsque mes deux coéquipiers vont se coucher on a pris la 1ère place de la catégorie, l’espoir est revenu ! Je me lève, il tombe des cordes, dur de se motiver à repartir mais il faut y aller ! Je jette un œil au classement, on est 3ème, je pars pour deux tours. Mais Zilb n’étant pas là et étant en forme je pars pour un 3ème tour… durant lequel je ferai une fringale, je m’arrache pour finir sans perdre trop de temps et passe le relais. On est 4ème avec un tour de retard. 
Après analyse des classements on se rendra compte que l’on a fait une erreur de stratégie, ils ont fait moins de tours que prévu, je me suis levé trop tard et on a perdu pas mal de temps… c’est le tournant de la course !
Pendant que je retrouve mes esprits suite à ma fringale (j’ai bien tiré dans les réserves), Ubik est reparti rouler, il va mieux et va pouvoir enchainer les chronos. Après avoir loupé quelques relais, on repart à 4. On est trop loin pour rentrer sur le podium, mais on continue d’espérer et on se fait surtout plaisir ! La pluie a cessé, le terrain s’améliore, une partie du circuit a été coupée dans la nuit car trop dangereuse…on se régale et on fera tomber les chronos jusqu’à la fin malgré les problèmes récurrent sur le vélo du hobbit (qui finira par courir dans les cotes plutôt que de prendre le risque de changer les vitesses).
On encouragera aussi jusqu’à la fin Seb (2ème) et Marmotte (4ème) qui finiront la course ensemble pour tenter de
conforter sa place pour Seb et d’en gagner une pour marmotte.
15h, il reste encore quelques minutes, on se rend compte que l’on peut tenter de faire un tour supplémentaire. Markitos appelle le stand, Flo me ramène rapidement casque et gant et je me place sur la ligne. Mais finalement Ubik arrivera 1 minute trop tard malgré un très bon temps dans le dernier tour !
Il est alors temps de faire le bilan et de ranger les affaires… On est 4ème en 4H, 15 au général mais c’est une édition à oublier rapidement. Entre les problèmes physiques, mécaniques et stratégiques, le podium était à notre portée … on reviendra l’an prochain avec une meilleure préparation ! Et en espérant que le temps sera meilleur…
Photos des Moissonneuses Batteuses Enflammées Krù V2-SR Style’z 
Flo94
Flo94.JPG Flo942.JPG
Flo943.JPG Flo944.JPG
Lasouque
Lasouque.JPG Lasouque2.JPG
Lasouque3.JPG Lasouque4.JPG
Lasouque6.JPG 
Lasouque et Zilb au relais
Lasouque-et-Zilb.JPG Lasouque-et-Zilb2.JPG
Zilb
Zilb.JPG Zilb2.JPG
Zilb3.JPG Zilb4.JPG
Ubik (la dernière avec Markitos)
Ubik.JPG Ubik2.JPG
Ubik3.JPG Ubik4.JPG
Ubik6.JPG Ubik7.JPG
Ubik8.JPG Ubik-et-Markitos.JPG
Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories