Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 22:37

ParticipantsFufu, Guigui, Jibé, Jihem, Petitdragon999


Petitdragon nous avait proposé une rando en forêt de Sénart, mais on avait refusé, surtout moi, car Sénart c'est plat ... et plein de boue ! Evil or Very Mad . Là-dessus, Fufu a lancé l'idée de la carrière de Ferrière sur laquelle j'ai rebondi, en disant qu'il n'y aurait pas de boue, même Guigui pouvait venir, pas de crainte pour sa transmission.

C'est donc vers 8h40 que l'on se retrouve tous les 5 au RV de Bry, avec un froid de canard, pour aller faire découvrir à Guigui et Jibé, la fameuse carrière de Ferrière, absolument praticable à cette saison Rolling Eyes . Je me suis bien couvert ce matin avec sous-casque et tour de cou, sous-gants et gants d'hiver, sous-vêtement technique, gilet et veste d'hiver. Il fallait bien cela, car il a gelé cette nuit et le sol est recouvert d'une petite couche de givre. Avec le soleil qui se lève, cela donne lieu à des jolies petites brumes qui s'élèvent au-dessus de la Marne.





Après la piste cyclable, on traverse le parc de Champs, puis après avoir évité les passerelles glissantes de Nestlé, on poursuit le long de la Marne avant de rejoindre la base de Torcy par les sous-bois, où Jibé fête son anniversaire avec une petite chute en contournant un arbre en travers. On fait une petite pause au-dessus du lac, avec toujours ces brumes omniprésentes.



Avant Gouvernes, on fait un petit détour par la grimpette des Pierris, qui passe plutôt bien, avec moins de ronces que la dernière fois et un terrain praticable. Le palpitant travaille un peu car ça monte pas mal. On reste ensuite sur la crête, avant de prendre le petit chemin qui descend tout droit sur Deuil. Ensuite, après la montée de Conche, c'est faux-plat montant jusqu'à Jossigny, dans un brouillard bien épais où l'on ne voit plus bien le paysage (une fois de plus, ce village montre son micro-climat peu sympathique).

C'est l'heure de la pause à la boulangerie pour la tournée de Jibé qui fête son anniversaire comme promis. Wikigaby, fallait pas rester au lit, on te l'avait dit ! Wink .

Il fait vraiment pas chaud et on repart dans les roues d'un petit peloton de routards qui ne roulent pas trop vite, tant mieux. Cela nous permet d'arriver tranquillement dans la forêt de Ferrière et au croisement avec le GR14. Je préviens que cela risque d'être gras sur le premier tronçon, lieu de test idéal pour les Medusa ... que je n'ai pas, étant toujours en Racing Ralph à l'arrière (oui, je sais va falloir que je me bouge un peu ...). Le début est correct mais cela se gâte assez vite, sans que ce soit dramatique non plus, la preuve, je passe avec les Racing Ralph. Guigui et Jibé font un peu la tête, mais je leur promets qu'après c'est bon.

Le temps de remonter un peu et on descend jusqu'à un fossé, qui peut potentiellement être rempli d'eau ... ce qui est le cas. Il faut passer sur le bord pour ne pas rester coincer dedans. Juste après, au carrefour suivant, on voit passer un traîneau à roues tiré par une petite meute de chiens. J'allume la caméra et me rapproche. Alors que je prends le petit chemin descendant sur la droite, en dévers, l'équipage tourne aussi sur sa droite, sur le chemin plus roulant. On descend au coude à coude, je passe devant ou derrière, au gré des aspérités ou des nids de boue du terrain. J'arrive en bas, juste à temps pour les voir prendre une chicane devant moi, sympa !

Il est temps d'aller faire un tour à la carrière. On y accède par la montée impossible qui porte toujours bien son nom. Non seulement, la pente est raide, les ornières sont profondes, le terrain argileux est hyper glissant, mais en plus, il y a des arbres au milieu du chemin à différentes hauteurs. On monte, ou tout au moins on essaye, à pied, certains n'ayant visiblement pas le pied montagnard Razz.

Après une petite pause barre/pipi (et oui, on optimise), on tente la descente vers le centre de la carrière. C'est bien gras et glissant, et pas de bol, il y a encore l'énorme arbre au milieu du chemin, empêchant tout passage. Il y a bien un contournement par la gauche, en contrebas du chemin, mais quand on voit la tête du bourbier, on décide de remonter et de suivre le chemin qui fait le tour dans l'autre sens. Au bas de la première descente, c'est finalement très gras, plein de flotte, un vrai bourbier, quoi ! ... exactement ce que j'avais prédit, non ? Razz 

Pour éviter le désastre, on essaye différents bouts de chemin, sans succès. Finalement, je décide de monter une côte en freeride, dans le style caractéristique de la Horde, droit dans le sous-bois, avec portage bien galère, dans une pente bien raide, avec des branches qui gênent bien, et un sol qui glisse, rendant les appuis et donc la progression difficile.

Bizarrement Guigui ne dit trop rien, mais Jibé commence à regretter de m'avoir écouté Rolling Eyes  et commence à bien râler. Tandis, qu'il galère dans les différentes montées abruptes et glissantes, je lui souhaite un bon anniversaire. Beau cadeau, Jihem, y a pas tu sais y faire ! Laughing 

Guigui et Jibé, à la peine en montée, ne sont pas mieux en descente. Il faut dire que c'est hyperglissant, plein d'ornières et un peu pentu par endroit. Moi, je m'amuse, ça glisse, c'est marrant ... tant qu'on reste sur le vélo.

Après avoir subit une petite averse de pluie/grésille, on finit par retrouver le chemin qui mène au centre de la carrière. Un vrai massacre, une fois de plus, la boue marron jaune est collante et glissante, et il faut avoir des talents d'équilibriste pour arriver en bas sans encombre. Jibé a renoncé depuis quelques descentes et préfère assurer à pied. Dans ses stats, il faudra donc lui compter 2 km de rando à pied, en poussant son vélo !

En bas, toujours le même paysage étonnant, entre le jaune du sol, les bouleaux blancs et les branchages rouges (des cornouillers ?). Une moto de cross passe devant nous et on se salue. Le gars s'arrête pour nous dire qu'il va prévenir ses collègues que l'on entend tourner depuis un moment de notre passage, pour qu'on puisse y aller en toute sécurité.

Il faut encore passer entre les flaques de boue, quand on le peut, dedans, quand on n'a pas le choix, puis on remonte. Dommage la piste où Mar2kfait nous avait fait mourir de rire avec sa succession de gamelles toutes plus marrantes les unes que les autres, est maintenant complètement condamnée et impraticable. Il faut donc prendre le chemin pour monter, mais c'est un tas de boue et une succession de flaques, impossible de monter sur le vélo.

En haut, au lieu d'aller rejoindre tout de suite le moulin, je décide de prendre un chemin déjà pris dans l'autre sens. Cela monte bien, avant de redescendre pour arriver encore dans un énorme bourbier ... qu'on m'apporte le crétin qui avait dit qu'il n'y aurait pas de boue ! lol! Impossible de prendre le chemin habituel à droite, c'est complètement impraticable. Jibé, anticipe pour aller rejoindre un chemin sur la gauche. Je connais, mais j'ai envie d'aller rejoindre le moulin, aussi, j'improvise une nouvelle session de freeride dans la pente en face, où un petit sentier se dessine. Malheureusement, assez vite, il se perd et cette fois c'est vraiment l'aventure dans les grandes herbes, avant d'être complètement bloqués par des branches dans tous les sens. Demi-tour, merci Jihem, encore une fois !

En bas, je cède, de toute façon, il n'y a plus d'autres alternatives, pour rejoindre le chemin visé précédemment par Jibé, qui me bénit une nouvelle fois. Comme prévu, cela rejoint ensuite la route de Jossigny, mais on traverse et je choisis de rentrer par les chemins jusqu'au château de Ferrière, plutôt que de reprendre la route (cette fois, c'est Petitdragon qui en a eu assez à l'aller), puis on rejoint Bussy St George pour se faire la descente des étangs. Fufu, en profite pour se prendre une petite gamelle dans un virage (à voir sur la vidéo), sans gravité.

Le retour commence à être difficile pour Jibé, puis plus loin pour Petitdragon qui s'économise un peu car il vient de loin ... et doit y retourner. En plus, un sale petit vent, vicelard et bien glacial, s'est levé et il n'y a plus du tout de soleil maintenant. Le retour se fait donc à allure modérée, histoire de rentrer groupés, en économisant les uns et les autres. Vers Noisy, on laisse Fufu qui va rendre visite à son pote l'éléphant bleu, qui va avoir un peu de travail car les vélos sont dans un état déplorable. A Bry, on laisse Pettidragon qui a encore de la route à faire et une bonne montée, le pauvre (en espérant qu'il n'ait pas eu droit à la pluie qui est tombée à Bry 5' après mon arrivée), tandis que Guigui décide de rentrer avec Jibé en RER (en espérant qu'on les aura laissé monter dans le RER avec leurs tas de boue, sans compter les fringues bien crades !).

De mon côté, j'ai faim et plus très chaud, donc une fois de plus, je zappe le lavage du vélo, je vire mes fringues sales au sous-sol, me change et vais vite manger tant que c'est encore chaud, avant de me taper le nettoyage de la cuisine et un peu d'électricité.


Mes statistiques :

Distance : 59 km
Moyenne : 16,3 km/h
D+ : 280 m
Chutes : 1 pour Fufu, 1 pour Jibé

 

Caméra embarquée Jihem

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 22:55

Participants : Akrilite, Jihem, Petitdragon999, Raph, Wikigaby

Après le beau temps de la veille, j'espérais un peu de soleil ce matin pour notre sortie dominicale, mais malheureusement, c'est à un brouillard bien humide et pénétrant, ainsi qu'à des températures frisquettes que nous avons eu droit. Déjà que j'étais un peu patraque depuis hier soir, manquait plus cela !

Le temps de faire un achat sur Véloflash dès 7h et de me préparer un peu à la bourre, et déjà il était l'heure de partir. MMarc ayant eu un souci de vélo et s'étant désisté hier soir, c'est donc seul que j'attaquais la côte de Ste Camille, enfin pas tout à fait seul car un routard me suivait pas trop loin derrière. Pas les jambes pour faire la course ce matin, je me suis fais une montée correcte à 17 km/h, sans forcer, mais bizarrement, le routard ne m'a rejoint qu'au sommet. Le parcours en solo jusqu'à la borne des 3 départements s'est fait tranquilou car j'étais un peu en avance, mais comme je me suis pris tous les feux, finalement, je n'avais plus tant d'avance que cela au point de RV. Mais pas de Wikigaby, normal, j'avais 5 à 10' d'avance. J'ai donc fait un petit tour en attendant l'arrivée de Wikigaby, qui enfin a surgi, à donf, car finalement, il était un peu à la bourre, après avoir oublié son sac à dos ! Tant que ce n'était pas le vélo ...

Près du bois, le brouillard était plus dense, et il ne faisait franchement pas chaud, et encore moins quand on a rejoint et traversé la forêt de Notre-Dame. Là, on s'est carrément pelé, et les extrémités étaient carrément gelées. Il faut dire que je n'avais pas pris les gants d'hiver, fatale erreur comme aurait dit mon ordinateur après un beau plantage.

On a coupé au plus court, mais cela ne nous a pas empêché d'arriver 15' en retard au RV suivant, où seul Petitdragon était présent. Il était arrivé à l'heure, lui, sauf qu'il était à côté de la boulangerie ... et il n'a même pas pensé aux pains au chocolat ! Pas de Philing01 non plus. Tant pis, c'est donc toujours frigorifiés que l'on repart sans tarder en direction du Griffon, car là encore on va être en retard pour le RV avec Akrilite ... enfin s'il vient car il avait une raclette hier soir et a posté sur le forum vers 3h30 du matin.

Avec ce temps, la vessie est bien sollicitée et l'on multiplie les arrêts pipi histoire de bien marquer le territoire de la Horde !

On arrive enfin au Griffon, où Petitdragon, bien en jambe, a fait l'allée Royale avec détermination, pour essayer d'améliorer son temps (visiblement d'après Strava c'est réussi), tandis qu'avec Wikigaby, on montait tranquillement. Au sommet, comme imaginé, pas d'Akrilite. On mange une barre en discutant, il fait moins froid ici et on commence tout juste à se réchauffer quand arrive une fusée : Akrilite en personne, visiblement pas affaibli par la raclette et les bières ingurgitées hier soir. Et nous qui espérions avoir l'espoir qu'il soit HS et qu'on puisse le suivre un tout petit peu ...

Il y a beaucoup de monde au Griffon ce matin, que ce soit à vélo (avec quelques beaux vélos de descente dont deux bien jaunes, qui, forcément, ont tapé dans l'oeil de Wikigaby, l'homme au vélo rose fluo faut-il le rappeler), à pied, ou les deux avec un groupe qui faisait du run & bike (en gros un vélo pour deux et chacun son tour de pédaler ou de courir).

C'est entre deux troupeaux qu'on s'est élancé pour la première descente, la diagonale. Rien à signaler, parfait pour s'échauffer et s'apercevoir que les feuilles au sol étaient très nombreuses maintenant, masquant les pierres et les racines, et rendant les courbes glissantes. Méfiance donc pour la suite.

Wikigaby m'avait prévenu, Akrilite ne remonte jamais par l'allée Royale, trop facile, et effectivement on a pris un chemin à flanc de côteau, celui qui passe près de la cabane où Raph avait cabré et fini dans la cabane. On évoque ce souvenir, qui nous fait penser à quelques autres chutes de Raph, qui nous fait défaut ces derniers temps. Au sommet de cette côte, au lieu de prendre la descente avec le tronc d'arbre, on prend celle tout droit, où la présence des feuilles n'est pas très rassurante, du coup, avec Wikigaby, on contourne le petit mur vertical, pour assurer, puis on enchaîne sur les virages relevés. Akrilite et Petitdragon sont en bas depuis longtemps quand nous arrivons, mais oui, avec les feuilles, je suis moyennement à l'aise ce matin.

Akrilite confirme sa réputation et nous entraîne dans une autre longue montée qui revient presque au sommet de la descente que l'on vient d'emprunter pour finir à l'Allée Royale. On poursuit par la descente à K1000 et la belle remontée qui suit. Alors qu'on souffle un peu au sommet, qui voit-on débouler de la montée d'à côté ? L'ami Raph dont on venait juste de parler précédemment. Bonne surprise, on ne s'attendait pas à le voir là.

Akrilite nous entraîne alors dans sa descente un peu free-ride en face depuis le sommet du Griffon, enfin en face au début car après, ça tournicote dans la pente raide, sans qu'on ne voit de chemin et devant moi, sur un beau mur en dévers avec plein de pierres sous les feuilles, je vois Petitdragon partir complètement en crabe ... pour se rattraper en bas. Oups, je bloque et n'ose pas y aller de suite. Je laisse passer Wikigaby et Raph qui passent aussi en crabe, mais une fois arrêté, je n'arrive pas à repartir, et je préfère assurer à pied (c'est mieux que de se recasser une côte).

On décide alors de poursuivre vers le Réveillon, sauf Raph et Wikigaby qui préfèrent rentrer directement car il est déjà 11h. On prend alors un chemin que je n'avais jamais pris, dans les bois, assez sympa, jusqu'à reprendre le chemin habituel pour se faire la descente du PQ, que l'on monte d'habitude quand on fait le circuit à l'envers (ben forcément, Jihem, si dans un sens tu descends, dans l'autre, tu montes !  Razz ). C'est un peu gras et j'y vais pas trop vite tandis que les deux autres lâchent davantage les freins.

En bas, comme prévu, le long du Réveillon, c'est assez gras. Ce n'est pas tant la boue, mais le fait qu'elle colle qui rend la progression difficile, et avec mon Racing Ralph à l'arrière, je ne suis pas à la fête. Akrilite, de son côté, trouve que les relances, avec ses 29" bien boueux, sont un peu plus dures que d'habitude. Le pire, pour la boue, c'est la remontée jusqu'à la voie ferrée. Akrilite nous enfûme, comme d'hab, alors qu'avec Petitdragon nous restons scotchés dans la boue, avec en plus, la roue arrière qui patine et le vélo qui chasse. C'est donc péniblement que nous atteignons le haut, avant de rejoindre la Nationale où Akrilite passe entre le fossé et la barrière pour escalader le talus abrupt et redescendre de l'autre côté comme si de rien n'était Shocked . On traverse la Nationale et passons les glissières  pour une descente épique également, dans la fange, avec des arbres renversés sous lesquels il faut se glisser sans glisser.

On traverse ensuite Santheny et Servon (je ne sais plus lequel est avant l'autre), avant de rejoindre la forêt de Notre-Dame et ses singles bien boueux. Akrilite nous laisse avant les 8 routes pour repartir dans sa direction, et je laisse Petitdragon après les 8 routes, pour finir seul les 14 derniers km qui seront bien longs car, d'une part, le début de coup de froid de la veille m'a coupé les jambes, tout comme la boue collante, mais en plus, j'ai un début de coup de fringale (hé oui, il est déjà 13h, j'ai les crocs).

Je rentre donc bien crevé à la maison, pas mal gelé et avec un début d'hypoglycémie. Je zappe donc le lavage du vélo et temporairement du bonhomme pour aller reprendre des forces à la cuisine, avant de me laver pour me réchauffer et finir par une petite sieste pour récupérer. Par contre, depuis, j'ai mal à la tête, et la gorge commence à picoter, donc va vite falloir enrayer çà.

Mes statistiques :

Distance : 63,3 km
Moyenne : 12,3 km/h
Vitesse maxi : 40 km/h
D+: 532 m (GeoRando)

Repost 0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 14:54

ParticipantsJihem, Steve-o

Déjà qu'il y avait peu de participants prévus ce matin, c'est finalement au minimum syndical de deux que s'est retrouvé la Horde, Wikigaby ayant cassé son dérailleur hier soir. C'est dommage, il faisait beau et bon, ce matin, un temps d'automne idéal pour aller rouler.

Pourtant, dès le matin, et même dès le coucher, c'est un gros mal de crâne qui me tient compagnie et je démarre le petit déj' avec un aspirine. Je commence fort, en déclenchant l'alarme en sortant de chez moi, ça faisait longtemps ! Heureusement, tout le monde était déjà debout.

Je poursuis en fanfare avec la côte de Ste Camille, que je monte à un assez bon rythme, mais sans échauffement, tout juste 500 m dans les pattes, ce qui me me donne un bon coup de mou, ensuite, pour traverser Villiers. Je m'aperçois que je vais être très en avance pour le RV, donc je prends mon temps et récupère, mais malgré tout, j'ai 20' d'avance à la borne des 3 départements. Je pousse donc jusqu'au Bois de Célie, histoire de voir le terrain, assez gras, et je reviens à la borne. 
 


Là, je retrouve Steve-o qui arrive à l'opposé de ce à quoi je m'attendais. En fait, il était en avance, comme moi, et était parti faire un tour.

Il m'indique qu'il doit être rentré vers 11h30 à Pontault. Je lui explique que je compte faire une sortie de rattrapage pour la semaine dernière qu'il avait ratée, en retournant aux étangs. Mais vu la contrainte horaire, je me dis qu'on n'a peut-être pas trop le temps de faire le single du bois de Célie, donc on prend direct le chemin descendant le long du Bois St Martin. C'est gras, mais praticable. Dans la descente, je rattrape et double 2 gars et récupère Steve-o en bas, juste avant le bourbier. On s'en sort pas trop mal et on rejoint alors l'étang de la Maison Haute, avec de belles couleurs sous ce soleil chaleureux.



On fait le tour de l'étang, puis on rejoint Noisiel et le Bois de la Grange puis le chemin plutôt gras, jusqu'aux totems. De là, on redescend jusqu'au bord de Marne, pour passer la Chocolaterie et on suit les bords de Marne sur la promenade. Cette fois, je décide d'éviter la base de Torcy et ses énormes flaques où l'on s'est bien sali la semaine dernière et privilégie la piste cyclable, ce qui nous permet de rejoindre les étangs de Bussy, pas trop sales.

On fait le tour habituel, avec la pause officielle au sommet, puis la descente, comme d'hab', en restant prudent car il y a plein de feuilles glissantes.

Pour le retour, je prends une variante par la base de Torcy, côté bitumé, puis on rejoint la piste cyclable et le bord de Marne où des pompiers s'entraînent à descendre en rappel du pont. A la Chocolaterie, il y a foule, entre les cyclistes, les joggeurs et les promeneurs, sans compter les chiens et les enfants. Bref, on doit s'arrêter souvent, c'est pas la meilleure heure pour y passer.

Après les passerelles, on remonte au sommet du parc par le chemin en courbe qui arrive à la grille. Steve-o tire un peu la langue, il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit si longue. On rejoint alors les totems et le bois de la Grange dans le sens inverse de l'aller, puis le Bois St Martin, moins agréable en montée avec la boue qu'en descente et on arrive pile poil à 11h30 à la borne des 3 départements. Timing parfait.

Le temps de se dire au revoir et de manger un petit Gerblé, et je rentre sur Bry, à un bon train.

Très belle journée pour rouler, et franchement, c'était pas si gras que cela, on est revenu nettement moins sale que la semaine dernière.

Mes statistiques :

Distance : 55,2 km
Moyenne : 17,6 km/h
Vitesse maxi : 50,4 km/h
D+ : 410m (GeoRando)

 

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 14:38

Participants : Jihem, Petitdragon999, Wikigaby

Normalement, il ne devait pas pleuvoir ce matin, ben c'est raté, en tout cas à Pontault Combault pour Wikigaby qui hésite tandis que Steve-O renonce, et à Noiseau pour Petitdragon qui m'appelle. Il ne pleut pas à Bry, je confirme la sortie.

Je retrouve donc Petitdragon à Bry, tandis que Wikigaby va tenter un raccourci depuis Célie pour rejoindre le parc de Noisiel et nous retrouver à la chocolaterie. C'est bien gris et humide sur la piste cyclable, mais pas de pluie. A l'entrée du parc de Champs, on appelle wikigaby pour savoir où il en est. Visiblement, il est en haut du parc de Noisiel, à la grille. On lui donne les indications pour le RV et 5' plus tard, je découvre enfin la panthère rose (à cause de son nouveau vélo, pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu) ... à défaut du fameux tigre en liberté, qui n'en serait pas un, et heureusement, car Steve-O avait prévu d'amener les croquettes pour amadouer le gros matou, mais comme il est resté sous la couette ...

On prend prudemment les passerelles complètement détrempées avant de suivre les bords de Marne jusqu'à la base de Torcy, complètement sous les eaux et envahie de roms (ça faisait longtemps ...). C'est à ce moment que le ciel décide de nous arroser, comme si la boue qui nous maculait n'était pas suffisante. Très vite, les lunettes se couvrent de gouttes et heureusement que la panthère rose est d'un rose bien fluo, cela me permet de me guider Razz.

On arrive aux étangs de Bussy où le terrain n'est pas mieux, de la boue partout. Heureusement, il ne pleut plus. On se fait tout le tour pour monter jusqu'à la pause officielle Gerblé, puis on attaque la descente en restant prudent. Lors d'un des premiers virages, Wikigaby voit ses 2 roues partir en dérapage ... affraid , il se rattrape de justesse, mais reste prudent pour la suite car il découvre le coin.

On finit le single et on reprend la route direction la chocolaterie, mais avant, Petitdragon nous propose un intermède dans le petit bois après le temple, histoire de faire un peu plus de D+. En fait, c'est surtout de la boue qu'on se mange, c'est même tellement gras que les roues arrières patinent et qu'il n'y a pas moyen de monter sur les vélos. Hé bien, même à pied ça glisse. On profite de la descente, en restant prudent quand même, puis on revient sur la route, au grand plaisir de Wikigaby, pour rejoindre le parc de Noisiel et remonter jusqu'à la grille.

J'abandonne là les deux lascars et redescend par l'allée (visiblement, j'ai pas mal roulé, 9ème temps sur Strava), puis je reviens sur la piste en roulant pas mal non plus (28,5 km/h de moyenne d'après Strava).

Petite sortie qui me permet de rentrer tôt et d'avoir le temps de laver le vélo avant de manger.

Statistiques :

Distance : 44 km
Moyenne : 18,2 km/h
D+ : 254 m

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 22:30

Participants : Jibé, Jihem

Peu de monde ce matin pour venir rouler, dommage, le temps, bien qu'un peu frais au départ, était magnifique.

Vu les températures autour de 5-6°, j'avais mis une tenue d'hiver, et quand Jibé m'a envoyé un message me disant qu'il avait raté son RER, je suis vite rentré me remettre au chaud. Un 11 novembre, les RER sont rares et finalement, Jibé est arrivé vers 9h moins 10. Sachant qu'il devait être chez lui à midi, la sortie ne s'annonçait pas trop longue.

On a donc attaqué à froid la côte de Ste Camille, en papotant, avant de rejoindre le Bois de Célie, avec comme objectif d'aller essayer de détrôner sieur Wikigaby de son piédestal. Il nous avait prévenu qu'il avait mis des pièges partout, hé bien il n'avait pas tout à fait tort. Déjà, c'était un peu gras par endroit, il y avait plein de feuilles si bien que le chemin n'était pas toujours visible, puis effectivement, il y avait bien un arbre en travers, et pire encore, il avait réellement lâché les loups !

J'étais parti devant assez vite, après m'être assuré que Jibé connaissait le parcours (il a un peu jardiné, mais il a réussi à me retrouver à la fin Laughing). Le début passe bien, mais à la bifurcation, paf, 2 loups ... euh, 2 chiens, plantés comme des cons (désolé pour ce pléonasme) en plein milieu du creux. Pas moyen de passer, aucun des deux qui bougent et le maître à côté qui ne dit rien Evil or Very Mad. J'ai du mettre pied à terre et passer doucement en surveillant mes mollets. Damned, quelques secondes envolées !

Sur la fin de la première partie, je suis resté prudent, car avec les feuilles et les racines, ça glissait un peu, surtout que, étant sur mon mulet, ce dernier était moins gonflé que d'habitude, si bien que je devais être proche de vos pressions habituelles, ce qui m'a complètement perturbé, j'avais l'impression d'être crevé et que l'arrière se dérobait sans cesse. Le secteur suivant, le long du ruisseau, n'a pas amélioré les choses, ce dernier étant très gras, j'avais l'impression d'être scotché au sol et de dépenser une énergie folle pour ne pas avancer très vite. Je commençais à ne plus le sentir ce kom.

Arrivé le long de l'étang, sur les bosses, cette fois c'est carrément 3 bergers allemands qui se sont pointés, argghhh, Wikigaby n'avait pas fait les choses à moitié ! Heureusement, les maîtres ont été plus réactifs et ont vite rappelé leurs molosses. De mon côté, je commençais à fatiguer sérieusement, et j'ai fini à l'arrache ... sans battre le kom. Je passe à la deuxième place à 6". Bon, c'est clair que par temps sec et sans les loups, celui là, je peux aller le chercher ! J'ai une revanche à prendre, maintenant.

Jibé me rejoint et nous descendons sur Emerainville, puis l'A4 et le bois de la Grange un peu gras aussi par endroit, avant de redescendre sur Noisiel et le parc de Noisiel, jusqu'à la Marne.

On va faire un tour ensuite du côte des étangs de Torcy, où Jibé montre qu'il a bien progressé en montée. Au sommet (ou presque car on a raté un embranchement), il me propose d'aller aux étangs de Bussy, si je sais y aller. J'y suis allé une fois depuis là, pas sûr de me souvenir, mais j'ai un flash en voyant un pont ... et surtout en regardant le GPS sur mon smartphone Laughing .

Vers Croissy Beaubourg, Jibé prend la roue de 3 routards, ce qui nous fait accélérer d'un coup, mais trop dur de les suivre et en plus on bifurque pour passer sous l'A4 et rejoindre l'étang de la Brosse. On monte jusque la mare à Bussy, pour la pause Gerblé habituelle. Jibé, se rend compte que l'on n'est finalement plus très en avance (et comme en plus, on a allongé le parcours et que son RER était très en retard, c'est encore pire) et me dit qu'il va falloir allumer sur le retour, en prenant au plus direct. Ok, chef, c'est parti !

On se fait tous les singles des étangs, et je suis toujours moyennement à l'aise avec cet arrière train fuyant, puis on rejoint la route et là, je passe la vitesse supérieure pour le retour. Jibé s'accroche dans la roue, mais me dit ne pas pouvoir prendre de relais. Tant pis, je ferai la loco tout seul ! On traverse le parc de Champs, tout droit, puis on enchaîne sur la piste cyclable, à bonne allure. Sur la fin, cela devient dur pour tous les deux, et Jibé prend finalement un relais dans la dernière ligne droite, mais je suis tellement cuit, que j'ai du mal à le suivre.

Nous voilà donc à Bry à 12h, c'est bien pour moi, mais pas pour lui, qui aurait dû être à Nation à cette heure. Oui, mais voilà, c'est à cause du RER tout cela, sinon, c'était bon.

Finalement, on aura fait 51,4 km, en moins de 3h, soit 17,9 km/h. Pour une petite sortie, c'était pas mal !

Statistiques :

Distance : 51,4 km

Moyenne : 17,9 km/h

D+ : 360 m

Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories