Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 15:37
Participant : Jihem
 
Etant dans le Gers pour la semaine et ayant bien avancé dans les travaux de tonte et de taille (après avoir quitté Paris sous la neige et les températures glaciales, ici c'est le printemps et la nature est déjà repartie), je décide de profiter du beau temps pour aller rouler un peu pour de vrai. Ben oui, mon Rocky étant en rade et le temps pourri, depuis le début d'année, je n'ai fait que du home trainer dans mon sous-sol, pas très excitant, il faut bien le dire.
 
La question avant de partir : comment s'équiper ? J'ai fait du jardin en t-shirt les jours précédents, mais on est quand même en février, il faut faire attention à vélo à ne pas trop se découvrir. Je prends un cuissard long, un maillot technique manches longues mais je remplace la veste d'hiver par un maillot d'été manches courtes. Idem pour les gants, je troque mes gants d'hiver par les mitaines d'été.
 
Je regonfle les pneus et mets un peu de lubrifiant sur la chaîne et c'est parti vers 14h.
 
Oups, ça attaque direct avec une bonne côte vu que la maison est dans un creux, quelque soit le chemin emprunté, ça pique d'entrée. Cerise sur le gâteau, il y a en plus un fort vent défavorable. Ca je l'avais vu en faisant le jardin, au moins 50 km/h, venant de l'est. Cela a guidé mon choix de sortie, pour partir tout de suite plein est, manger mon pain noir d'abord, pour revenir avec le vent dans le dos.
 
Sachant que le Gers était en alerte rouge inondation il y a peu, j'hésite à prendre les chemins, les champs sont gorgés d'eau, ça déborde de partout. Je commence par une petite route, face au vent. Ca descend fort, mais la résistance du vent est telle que je n'arrive même pas à emmener mon gros développement, une première à cet endroit.
 
L'appel du GR, tout proche, se fait sentir, je vais tenter. Le début est juste un peu gras, défoncé par les sabots des chevaux (pas la saison pour les pélerins de St Jacques de Compostelle), vraiment pas roulant, surtout avec le vent dans le nez, mais c'est mieux que ce que je craignais.

Malheureusement, cela ne dure pas et en descendant vers l'Osse (la rivière locale), c'est complètement gorgé d'eau, je suis repeint avec le vélo en quelques secondes. Même pas la peine de tenter du côté de Larressingle, il y a un coin humide même en été, alors là, ce doit être l'enfer.

 
Au pont d'Artigues, je reprends donc la route puis la coulée verte où, pour une fois, il y a un peu de monde qui se balade (le parking est plein). Je prends ensuite la route de Cassaigne qui monte en serpentant sous les arbres, c'est joli. Juste avant le village, je me reprends le vent dans la poire, en quittant le bois, sur la partie exposée.
 
A l'aller, je décide de ne pas m'arrêter au château, car je dois encore monter jusqu'au château d'eau et ça monte fort. Avec le vent dans le nez, je fais du surplace, c'est décourageant, je regretterais presque mon home trainer, moins difficile.
J'entame la descente vers l'abbaye de Flaran, mais là aussi, sur les hauteurs, bien exposé au milieu des champs, le vent est terrible. Heureusement, c'est le dernier passage défavorable car après, je repartirai dans l'autre sens. Petite halte quand même devant l'abbaye, histoire de prendre une petite barre. Il y a quand même une dizaine de voitures, les visites doivent être ouvertes.
 

 

 
Je repars, pas bien loin, pour aller m'amuser dans le bois des Moines, que j'espère sec car assez sablonneux. C'est raté, dès le début, je dois traverser une grande flaque et même dans la montée, certains passages sont complètement détrempés. Je décide de faire une première descente sur la droite. Au départ, c'est sec et sympa, mais à la moitié, au niveau du replat, c'est plein d'eau partout, je peaufine donc mon bain de boue.
 
   
 
Je remonte à nouveau pour tester cette fois le single du milieu, avec les cuvettes ludiques. J'arrive prudent sur la première car la remontée repart fort à droite et en dévers, si c'est gras, ça va être infaisable ... mais c'est bon, tout comme la suivante. J'attaque alors la troisième cuvette en prenant mon élan pour remonter en face, car ça remonte fort ... mais je dois piler vite fait, le fond de la cuvette est plus qu'inondé, c'est carrément une mare maintenant, assez large et profonde, impossible de passer. Normalement, le chemin remonte juste en face ...
 

Je rebrousse chemin en prenant pour une fois les cuvettes à l'envers, et bien, ça monte fort, je dois mettre le triple plateau pour passer.

Au sommet, je décide cette fois de prendre le single tout à gauche. Celui là est praticable jusqu'en bas, j'enchaîne les petits virages, c'est sympa, vachement mieux que le home trainer, avant de rencontrer une nouvelle mare, tout en bas. Je décide de rentrer et reprends la route qui monte le long du bois. Ca monte bien, mais cette fois avec le vent dans le dos, je me sens soutenu. C'est encore plus vrai sur les hauteurs où je me sens pousser des ailes si bien que me voilà très vite de retour à Cassaigne où, cette fois, je passe par le château, empruntant même la cour et sortant par la porte arrière avant d'enchaîner par un escalier avec de bonnes marches (ça claque un peu de la roue arrière). 
Ruelle dans Cassaigne, sous le château.
 
 
J'enquille avec la descente, qui cette fois file vite, jusqu'à la route de Condom. Retour par la petite route le long de l'Osse, avec des champs encore pleins d'eau, puis la longue côte du château de Beaumont (c'est que je ne suis plus habitué aux montées, moi) avant d'arriver à la maison, bien content de ma petite sortie pour de vrai.
 
J'envisageais une autre sortie dimanche, avant de rentrer lundi, mais le vent va être encore pire, jusqu'à 90 km/h, donc c'est mort, dommage ! Il aurait fallu que je reste plus longtemps. Vivement la retraite !
 
Statistiques
Distance : 33,7 km
D+ : 387 m
Moyenne : 16,4 km/h
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories