Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 01:28
Participants : Bbanpc, Clément, Damien, Fred, Gilles, Jean One, Ilenyon, Jihem, Lilou, Lomax, Petitdragon
 
 
Dernier mois avant le trip dans le Cantal, il est temps d'accélérer un peu la préparation, aussi, aujourd'hui on remet le couvert au Griffon, histoire de faire un peu de D+ et de retravailler les descentes. Chacun y va comme il veut, à l'heure qu'il veut et on va essayer de se retrouver sur place (en même temps, vu comme c'est petit, ce n'est pas bien difficile).
 
On ne peut pas dire que la météo soit très favorable pour rouler en ce moment, et ce matin, ce n'est pas très encourageant, tout est gris et j'ai même droit à un petit crachin sur tout le trajet aller. Déjà que j'emprunte un parcours urbain pas excitant en terme de VTT pour aller au Griffon au plus court, alors si en plus il pleut, c'est pas la joie et faut vraiment que je me motive ce matin. La côte de Bry à Champigny va être l'occasion de me défouler un peu, les jambes sont pas mal, je suis frais, et j'améliore un peu mon temps, c'est toujours ça de pris.
 
Plus loin, je commence à monter le Piple, mais ma vessie me rappelle à l'ordre, j'ai raté la pause habituelle au pied du Piple, et surtout, j'ai le pneu arrière qui est un peu sous gonflé (j'ai eu la flemme de sortir la pompe ce matin). Je regonfle un peu et libère la vessie, puis repars, mais mon temps est mort maintenant. Tant pis, de toute façon, je n'avais pas envie de me cramer avant la séance du Griffon.
 
Dans le petit single après la boulangerie, dans le sous-bois, le temps est si pourri, qu'il fait très sombre, je ne vois pas grand chose. Enfin, je vois quand même les quelques flaques qui témoignent des dernières pluies.
 
J'arrive enfin au Griffon, c'est calme, il n'y a personne. Les autres qui devaient arriver tôt doivent déjà tourner, je vais bien les retrouver à un moment ou un autre. Comme je suis seul, je décide de commencer par Diago, au moins, j'embêterai personne avec ma descente de lopette. Parfait pour s'échauffer et voir l'état du terrain. C'est un peu humide par endroit, faudra quand même faire gaffe aux glissades dans certains virages. Je remonte sans croiser personne, donc j'enchaîne sur DH virages relevés où je lève le pied par rapport à la semaine dernière car c'est un peu gras. Je remonte, toujours personne, alors j'enchaîne sur mg tec 1 et en bas je vais me prendre The Junk. Je fais le tour le long de la route et remonte par derrière pour revenir au sommet, cela s'est un peu peuplé, mais je ne croise aucune tête connue, donc je poursuis, je ne sais plus trop ce que je fais, je me souviens du single le long de l'allée Royale, et à la remontée suivante, je retrouve enfin les copains. C'était sympa de rouler seul au Griffon, cela ne m'était jamais arrivé, par contre, ne connaissant pas assez les descentes, seul, je me méfie, on ne sait jamais sur quel piège on va tomber, c'est plus facile de se reposer sur les habitués des lieux.
 
Ce matin, il y a du monde dans le groupe, entre les départ et les arrivées séparées, à un moment on va quand même être 11 ou 12, et encore il manque deux habitués du Griffon, Akrilite et Wikigaby. Bon, pour Jean One, je tempère car il est avec son fils Clément donc on ne fait pas toujours les mêmes descentes,mais on va quand même se voir pas mal. Sympa la corde pour tirer le fiston dans les montées, le fiston, qui d'ailleurs, vu son jeune âge, se débrouille bien. En plus, il a la chance d'avoir un bon professeur et un terrain de jeu sympa. Ah si j'avais eu cela à son âge, j'aurais certainement été plus à l'aise dans les descentes aujourd'hui.
 
Je ne vais pas détailler l'enchaînement de descentes, mais pour une fois, on n'a pas fait trop de pauses et on a plutôt bien enchaîné. Je n'ai pas trop essayé de suivre les habitués, je ne connais pas assez les descentes et je n'ai surtout pas le niveau, mais même en les suivant à distance respectable, j'ai quand même battu  pas mal de mes meilleurs temps, surtout La complète (mg tec + 1 montée + Enduro), mais celle là, c'est normal, je ne l'avais jamais faite Razz .
 
Comme on n'avait pas fait les présentations, en discutant à un moment avec Lilou (qui, en passant, roule vachement bien ... j'aimerais bien que ma femme en fasse autant, mais la seule fois où je l'ai emmenée au Griffon en VTT, en partant de Notre-Dame, on a juste fait le tour, elle avait trop peur au-dessus des descentes), on parlait du plus agé et Petitdragon disait que c'était Jihem (alias mézigue) le plus vieux, et Lilou a embrayé en disant qu'on ne le voyait jamais ... alors que j'étais juste derrière, elle ne savait pas que c'était moi :lol: . Idem pour moi un peu plus tard avec Cyrus, enfin on me l'a présenté comme cela, sauf que sur notre forum, il s'appelle Ilenyon. Ah ben oui, pas facile de s'y retrouver avec ces pseudos tant qu'on ne s'est pas vu en vrai.
 
Du coup, on a parlé un peu de son futur trip avec Markitos, dans le même coin que nous, à une semaine d'intervalle, et de nos inquiétudes par rapport à la neige/pluie.
 
Vers 11h30, on a décidé d'en rester là et de rentrer avec Lomax et les deux nains, pour un retour urbain, avec le vent dans le pif, pas des plus passionnants. J'étais bien content d'arriver, les cuisses commençaient à chauffer et surtout le genou droit qui ne veut toujours pas se calmer celui là :79: (le gauche est aussi douloureux, mais nettement moins). Grosse pointe devant à chaque clipsage de la chaussure et belle douleur aussi en montant les escaliers. M'enfin, tant que j'arrive à rouler et à monter ...
 
Mes chiffres
Distance : 53,6 km
Moyenne 14,7 km/h
D+ : 667 m
Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 12:42

Participant : Petitdragon

Les autres fiottes ayant sournoisement déclarés forfaits, c'est donc tout seul que je ferai la Jean Racine 2017, mais ça tombe bien, je n'ai pas envie d'attendre les retardataires :)
 
Arrivé sur place avant 8h, je suis content de voir qu'il ne fait pas trop froid, pas comme l'année dernière où  je me gelais les mains en gants courts rien que pour aller au départ !
Cette année pour les 25  ans de la JR le village de départ est déplacé plus loin (domaine St Paul), du coup il y a plein de places le long de la route où l'on se gare d'habitude... Tant mieux.
Je prépare le Merlin et file retirer ma plaque, il y a bien 3-4 km pour arriver au village. Un peu avant d'arriver, ma chaîne se met à tourner dans le vide sur le petit pignon ! WTF !!! C'est ma roue libre qui s'est desserrée et le pignon vit sa vie :affraid:  Ça m'inquiète car je l'avais déjà resserrée hier après midi avant d'aller faire un petit tour en forêt pour chercher du muguet sauvage avec les filles, j'avais eu le même symptome en prenant le vélo. Sur le coup je n'avais pas trop réfléchi et juste resserré la roue libre. Là ça devient plus embêtant, surtout que je n'ai rien pour la resserer et je me vois mal faire la rando avec un pignon inutilisable, elle commence mal cette rando !! Je file donc sur le village avec un autre pignon et je vais tout de suite voir Neurone Bike pour faire resserrer ma roue libre.
 
Très gentillement Matt s'en occupe et revient en me disant qu'il y a un problème: Huu ? Il me montre le corps de roue libre qui est usiné sur l'extrémité et m'indique qu'il y a une rondelle qui n'a pas lieu d'être, ce qui fait que la roue libre ne peut pas être serrée correctement. Je me souviens alors quand l'amorto du Troy  était en révision, avoir remarqué du jeu dans la cassette du Merlin même en serrant la roule libre à fond. J'avais alors insérée dans la roue libre (DT 240) une rondelle en alu qui permet de la convertir de 11 en 10 vitesses (le Merlin est en 10 vitesses). Matt me dit que cette rondelle ne sert que pour les cassettes SRAM et moi je suis en cassette Shimano ... donc pas cette foutue rondelle alu ! Pour lui ma roue libre est morte  :(
Par chance, j'avais pris ma carte bleue avec moi et par une autre incroyable chance, il a une roue libre DT en stock ! Ouf ! Contre un prélèvement de 60 euros, je peux faire la JR, ouaaaaiiiiissss ! :cheers:
Bon j'en profite pour lui prendre du HUCK NORRIS qu'il a en solde ... j'en réserve un pour le récupérer à la fin de la rando. Le salon est très petit cette année, très peu de marques. Il y avait la marque OZIO qui présentait ces maillots ... j'en bien failli en prendre UN Mais le prix m'en a dissuadé  :shock:
 
Je pars donc tout content chercher ma plaque et je décolle vers 8h10, allez cette fois c'est la bonne, espérons que je n'aurai plus de merde de la sortie   :face:
Curieusement il y a assez peu de vélos sur les grands parcours: pas de bouchon, pas de boulet, pas de fusée.
Les premiers singles sont géniaux, pas piégeux et à profil descendant, le terrain est sec comme prévu, voir même parfois avec du sable fuyant, c'est un régal ! Assez rapidement je me retrouve avec un groupe que je ne quitterai plus jusqu'au 2e ravito, on a le même rythme et sans le vouloir on se retrouve en haut de chaque montée ou en bas de chaque descente. Au bout de quelques kilomètres, je retrouve donc le groupe en haut d'une montée et ils semblent hésiter sur le chemin à prendre, tout droit il y a un single qui part dans la forêt, à droite une jolie descente très prometteuse avec écrit dessus "Test vélo" ... je les suis ! Erreur: cette jolie descente nous ramènera au village du départ :suspect: C'est en fait la boucle de test pour les vélos de démo...
Demi-tour, on remonte donc la jolie descente qui s'est donc transformée dans la maneuvre en une montée à chier, bien raide et cassante où on doit pousser le vélo pour se retrouver au point de départ et prendre l'autre chemin ! En haut on retrouve un gars de l'orga qui nous confirme le chemin à prendre, ce sera le seul souci de balisage de la rando.
 
La suite est une succession de singles tous plus géniaux les uns que les autres, ça monte, ça descend mais c'est relativement facile, le rythme est élevé et surtout pas de boulet !!
 
1er ravito au 17ème km, je n'ai plus de D+ en tête mais il est faible, je suis bien (tu m'étonnes), la transmission marche bien, il ne fait pas froid ... tout va bien ! Bon si j'aurai un grincement sinistre pendant toute la rando  quand j'appuie sur la pédale gauche mais je pense que c'est le pédalier qui a un souci, j'avais pourtant graissé les vis cheminées et le boitier hier.
 
Après le 1er ravito ça commence à se corser un peu sur le d+ mais les jambes sont là et le Merlin réagit au quart de tour et filtre bien le terrain, enfin presque tout le temps ! On arrive dans le coin des Vaux de Cernay et j'espère qu'on va y aller pour les 25 ans de la JR ... mais non, pas cette fois encore :(
A un moment on passe dans une ornière sèche de tracteur (avec les empreintes de roue de tracteur bien marquées façon tôle ondulée) sur au moins 1 km en envoyant du bois et j'ai soudain des vibrations très curieuses dans le cadre, je ralentis en pensant avoir un souci mais ça s'arrête ! Je relance et paf, 30 m plus loin rebelote ! Je re-ralentis en cherchant ce qui peut bien faire ça et pareil, plus rien ! Cette fois je relance en regardant le cadre et ça recommence ...  et j'ai l'impression que le cadre est entré en résonance avec la tôle ondulée du sol :scratch: Je n'arrive pas à expliquer ce phénomène autrement et c'est la 1ere fois que ça me fait ça.... curieux non ?
 
Et puis en haut d'une lonnnnnnngue montée à la con dans les pierres comme la JR en a le secret, tandis que je reprends mon souffle après avoir fini à pied, un gars me fixe et je me rend compte que je le connais ... mais oui, c'est notre ami Faucor ! Il fait le Trail lui aussi avec un copain et a reconnu le maillot de la Horde (tu parles d'une horde, une horde de petites bites ouais !!) ... enfin là il attend plutôt son copain qui ne vient pas (et je ne sais pas s'il l'a retrouvé en fin de compte !). Moi je file pour ne pas me refroidir, il faut dire que j'ai rangé la veste au 1er rayon de soleil mais le soleil on ne le verra plus trop.
 
Plus loin un gars m'interpellera pour me dire qu'il lit souvent notre blog et qu'il se marre bien en le lisant. Il est de Noisy le Grand et roule sur Fontainebleau. Jihem, tu as un fan :face: et coucou à notre ami lecteur  :132:
Je croise au même moment un Seven Sola, ce sera le seul titane que je verrai en plus du mien.
 
2ème ravito au 43ème km: Là ça commence à chauffer avec 1000 de d+ dans les gambettes mais il reste encore 500 de d+ à venir sur les 22 km restants...
 
A partir de là, je commence à réduire le rythme en évitant de monter tous les raidars pour pouvoir finir, d'autant plus que j'ai un échauffement sur l'entre jambe qui est assez douloureux en statique sur les longues ascensions. Curieusement, si au 2ème ravito il y avait encore beaucoup de monde à se goinfrer façon Akrilite, je finirai la 3ème partie de la rando quasiment tout seul, parfois je retrouve un gars à la ramasse (enfin plus que moi quoi), parfois je me fais doubler par un autre mais le plus souvent je ne vois plus personne ni devant ni derrière. Heureusement le circuit est très bien balisé et je suis encore bien lucide, du coup c'est toujours un plaisir.
 
A un moment, il y a un panneau qui indique la direction du château de la Madeleine, là je me dis que ça va encore être une partie de (dé)-plaisir mais finalement c'est encore pire que çà, au lieu de la montée du château que je déteste, on se tapera une montée à la con dans la pierrasse ! A la base ce devait être un chemin goudronné du plus bel effet mais les éléments naturels en auront décidé autrement et finalement il y a quelques vagues plaques centrales de goudron entourées de ravines et parcourues par des ornières de ruissellement à espace régulier :silent:  Un vrai bonheur de monter ça à pied en fin de rando (impossible sur le vélo). Et après avoir tout remonté pour arriver dans la forêt de la Madeleine, on passera .... en haut du château de la Madeleine (ah ils avaient donc raison sur le panneau en bas !). Allezzz, il reste encore 100 m de d+ à faire ...
 
La fin se terminera sans encombre si ce n'est bien entendu encore quelques singles soient montants (donc nuls) soient descendants (donc extra) dans la forêt de la Madeleine, un grand classique pour finir en beauté. Malheureusement dans la dernière belle descente, 2 cons (oui 2 gros CONS même !) me snobent et partent juste devant moi .... ce ne serait pas grave si ce n'était pas 2 cons doublés de 2 froussards qui feront toute la descente debout sur les freins !! J'ai réussi à en doubler un mais le 2ème, un vieux con, refusera obstinément de se pousser et il n'y avait bien sur pas la place pour le doubler (et l'envoyer au tas ce sale vieux con de vieux) :suspect:
 
J'arrive donc à l'arrivée, pas super frais mais quand même moins cuit que d'habitude avant 14h. Il se mettra à flotter assez fort vers 14h30, juste le temps de plier les gaules, bon timing !
 
Statistiques
- 64 km
- 1500 d+ (Pile le d+ annoncé ... pas si mal que ça mon GPS hein Jibé  :tongue: )
- 4h40 déplacement
- Moyenne: 11.8 km/h
 
A noter une petite chute marrante : j'attendais que les 3 mecs devant passent un petit passage délicat et j'ai voulu me tenir à une branche au lieu de poser pied à terre, et craaaaccc la branche pourrie se casse et paaaaaf je tombe dans les ronces à l'arrêt et Hahaha tout le monde se fout de ma gueule :)

 

Repost 0
Published by Petitdragon - dans Ile de France Rando VTT 2017
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 19:35
Participants : Akrilite, Bbanpc, Fred, Jean One, Jihem, Lomax, Wikigaby
 
De gauche à droite : Jean One, Lomax, Akrilite (grimaces au fond), Wikigaby, Fred, Jihem, Bbanpc
 
Quand Bbanpc a lancé hier l'idée d'aller au Griffon, je me suis dis que dans l'optique de la préparation du trip, un peu de D+ et de descentes, ce serait pas mal, et en plus c'était une bonne occasion de voir les hordeux qui ne roulent que là-bas et que je n'ai pas vu depuis août 2016 pour la plupart, date de mon dernier passage là-bas (ah oui, quand même !).
 
Petit vent ce matin, mais pas de pluie, les conditions sont plutôt bonnes, il ne manque plus que Bbanpc qui doit me retrouver chez moi ... mais qui a oublié et m'attend au RV habituel (il ne s'autoproclame pas poisson rouge pour rien  Laughing ). On se croise quand je pars à sa rencontre, me doutant du truc.
 
On coupe au plus court pour aller au Griffon, mais la route en ville, ce n'est pas terrible quand même  No . On approche du Piple et de la montée que je déteste comme je le dis à Bbanpc. Le temps de faire la pause technique habituelle et on attaque la côte. Bbanpc veut voir ce que cela donne avec son Dartmoor donc il démarre fort, contrairement à moi, fatigué rien qu'à regarder la côte ! Cela dit, je monte pas trop mal et à mi-pente, je vois Bbanpc faiblir fortement, pris d'un bon coup de mou, là où cela se met le plus à monter. Bizarrement, je ne me sens pas trop mal pour une fois et je vois que je me rapproche, du coup, je m'accroche et essaye de garder un bon rythme ... enfin pour moi, car je ne m'appelle pas Flo la fusée. Et effectivement, ça roule pas mal, je rattrape Bbanpc juste après le passage de la barrière. Je poursuis mon effort car je sais qu'il y a deux segments et comme j'ai l'impression d'être pas mal, je me prends au jeu ... et bingo, je fais mon meilleur temps (je ne recherchais pas plus, les meilleurs temps étant de la science fiction pour moi). Bon, ben, finalement, mon séjour dans le Gers et ses nombreux raidars semble avoir été bénéfique Very Happy .
 
On se prend ensuite le single, très sec et agréable. Arrivée au Griffon où l'on retrouve Wikigaby en haut de l'Allée Royale qui vient d'arriver. Puis c'est le reste des ermites du Griffon qui débarque, avec Akrilite, Jean One, Lomax et Fred que je ne connaissais pas. Evidemment, ça se met tout de suite à papoter et évidemment matos vélo. Lomax se dit que c'est parti pour une réunion Vélo Vert et qu'on ne va pas rouler, alors il pousse à repartir sans traîner, ce que l'on fait avec une première descente, DH virages relevés. C'est bien sec et sablonneux, en plus, je trouve que tout s'est bien raviné et à chaque cassure il y a de plus en plus de pierres qui dépassent, j'y vais donc relativement prudemment.
 
Remontée par le single le long de l'allée, où je fais mon meilleur temps, mais à des années lumières de Flo qui a fait du 27 de moyenne  :lunette: . Vu la tête du single, avec pas mal d'embûches, cela m'étonne fortement. En fait, Flo a du bouriner en prenant l'allée, mais vu la précision de Strava, il a tout pris sur le même segment, comme aux étangs de Bussy. On poursuit par l'Allée Royale.
 
On descend par l'Empaleuse dont le nom n'est pas pour me rassurer, au départ. Il y a quelques troncs et je fais gaffe car je ne connais pas , mais finalement, elle semble pas mal et je pense qu'elle doit même être bien sympa quand on la connaît bien.
 
Remontée par l'Allée Royale pour la 3ème fois (ben oui, c'est petit le Griffon, c'est l'inconvénient), puis mg tec 1 puis The Junk où l'on croise des gars pile dans la remontée où du coup, on n'a plus aucun élan  :furieux: . Je m'aperçois qu'il n'y a plus la maison qui a été rasée ... il y a un an d'après les habitués. Bon, ben, ok, vous voyez, je viens pas souvent.
 
Pour éviter l'Allée Royale, Jean One nous fait monter par Griffon 2, qui monte bien plus, ce n'est pas un cadeau en fait  Wink .
Sur la descente suivante dont le titre ne me disait rien, je suis dernier au départ et à un embranchement, je ne vois plus personne devant et ne dois pas faire le bon choix car je me retrouve sur DH virage relevé tandis que sur ma droite je vois Bbanpc qui galère pour passer un arbre. Bon, finalement, j'ai bien fait de me tromper, ça sentait le plan foireux. Je retrouve tout le monde en bas où l'on part sur la droite pour faire la montée 1 où j'améliore mon temps, malgré le genou droit de plus en plus douloureux.
 
Je propose de faire Diago avant de partir, mais je ne rencontre pas un grand succès, trop facile pour les habitués du Griffon et trop de marcheurs. Du coup, on part du côté de la descente caillouteuse, initialement pour faire une descente d'Akrilite que je n'aime pas trop (je parle de la descente, pas d'Akrilite :P ), mais le début est sous les feuilles et on ne voit plus le sentier, du coup ça part dans tous les sens, et pour ma part, je suis Lomax, qui part du côté du tremplin à nain. Nous sommes tous éparpillés, ça siffle, ça crie, mais on finit quand même par tous se retrouver, au point de recueillement, là où Bbanpc, un jour, s'enflammant devant la gente féminine, pris son envol sans bien doser sa vitesse ... et finit au tapis avec un bassin pété. 
 
On remonte alors par montée marche 1 où je fais encore mon meilleur temps (ah ben, papy fait de la résistance Laughing ), avant de finir quand même par Diago, où l'on ne rencontrera personne finalement (ben alors, les gars ?) et où je me fais plaisir (moi, je l'aime bien cette petite descente).
 
Il est temps de rentrer et on repart donc avec Bbanpc et Lomax, en remontant l'Allée Royale ... ça faisait longtemps ... pour aller se faire le single du TGV, bien agréable avec un terrain aussi sec, surtout dans ce sens là, plus descendant. A un moment, comme j'avais prévenu, je m'arrête pour une nouvelle escale technique (ah ces vieux !), alors que les deux autres ne m'ont pas vu et filent devant. Je repars tranquillement car j'ai les deux genoux qui chauffent cette fois. A un moment, je sens une présence derrière moi, me retourne et découvre Bbanpc dans ma roue  scratch . Euh, mais il sort d'où lui ? Il était devant moi avant que je ne m'arrête et je ne l'ai pas doublé. En fait, il s'était perdu et avait pris un mauvais chemin (comme d'hab', quoi, de toute façon, dès qu'il y a un embranchement, on peut être sûr qu'il va choisir la mauvaise branche). Heureusement, depuis son chemin, il m'a vu passer et a pu se réorienter. Quel numéro, quand même !  :lol:
 
On ira ensuite rejoindre le Piple puis ce sera ville et retour par les bords de Marne, jusqu'au point habituel de RV pour moi, avant de rentrer chez moi, avec un sale vent dans le pif.
 
Bon, allez, courage, maintenant, il me reste encore de la peinture à faire dans le sous-sol ...  :no:
 
Statistiques
Distance : 28 km pour Jean One, 32 km pour Akrilite, 46 km pour Lomax et Wikigaby, 54 km pour moi, 64 km pour Bbanpc
Moyenne : 16,3 km/h
D+ : 340m pour Wikigaby, 427m pour moi, 466m pour Bbanpc, 532m pour Lomax, 837m pour Jean One, 1067m pour Akrilite
Repost 0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 15:40
Participants : Jihem, Petitdragon
 
Encore les deux mêmes ce matin, mais où est passée la Horde ?
Tant pis, il fait beau, le terrain est bien sec, ça s'annonce bien.
 
Après la piste, tranquille, on fait notre tour habituel au parc de Noisiel, avec quand même une petite nouveauté en redescendant complètement le nouveau single, enchaîné au single de montée, mais en descente, puis un autre secteur qui descend encore plus bas, avant de reprendre le single en remontée, puis notre descente habituelle, où le terrain permet de lâcher un peu les freins (attention quand même aux troncs en travers).
 
 
Après la chocolaterie et le bout du canal, on rejoint le bois de Vaires, où l'on part à l'aventure sur un petit single, très joueur au départ, mais qui se termine dans les troncs en travers et surtout des tas de préservatifs. On ne veux pas savoir ce qui s'y passe le soir, mais là, c'est pas top, aussi on rejoint notre chemin habituel avant de rejoindre le sentier des vaches qu'on fait à bonne allure, malgré, tout d'abord, une branche en travers que Petitdragon emmène avec lui, avant qu'elle ne me revienne dans la chetron, m'obligeant à faire un écart pour finir dans le décor. Un peu plus loin, un arbre couché, nous oblige à nous arrêter à nouveau, ça ne passe pas dessous sur le vélo, même pour le nain cracheur de feu.
 
On arrive à Villevaudé avec le passage du roquet qui s'annonce délicat car je n'ai pas ma garde rapprochée, pas moyen d'adopter la position de la tortue ... nous ne sommes que deux. Je laisse les beaux mollets de Petitdragon, bien tentants pour un cabot, du côté de la grille ... mais personne, on passe tranquille, ouf ! La montée qui suit est bien raide, comme d'hab, mais ça passe pas mal. On fait une petite pause barres et striptease pour passer en maillot manches courtes, vu la chaleur très agréable.
 
Sur la descente qui suit, on lâche les freins ... mais au loin, j'aperçois une zone marécageuse, contrairement à Petitdragon qui est derrière, et qui se fait un peu surprendre, n'ayant pas pu anticiper. Heureusement, ça passe pour les deux et on enchaîne avec la montée du camping, où je me sens pas mal du tout, c'est encourageant.
 
Dans le bois de Luzancy, c'est très sec, et Petitdragon lance les hostilités. On déboule à bonne vitesse dans les premiers obstacles, je perds un peu de temps dans les remontées, pas les cuisses pour relancer aussi violemment que Petitdragon qui prend donc le large. Dès que ça redescend, je passe sur le gros plateau et ça repart de plus belle. Je vois Petitdragon, loin devant, mais je ne perds plus de temps et ferai même mon meilleur temps. Cool !
 
 
 
On passe de l'autre côté des champs, où Petitdragon retrouve la biquette de Bbanpc (voir photo), pour remonter à la Dhuis par le single des bassines, bien sèches cette fois, puis on poursuit la montée jusqu'à Carnetin. Là, il faut le signaler, on zappe la pause habituelle pour enchaîner directement dans la descente, avec un beau petit saut de Petitdragon au départ. Je suis décidé à tout donner pour améliorer mon temps, car je me suis aperçu sur Strava que Raph était devant moi sur cette descente technique, c'est quoi cette histoire ? Il date un peu son temps et à l'époque, c'était moins défoncé, mais quand même ! Avec Petitdragon, on lâche tout, je ne suis jamais passé si vite et là, j'apprécie mon débattement généreux. On traverse la route, puis on relâche les freins pour traverser le champ, ça file, et en bas, Petitdragon s'arrête. On discute quelques secondes, avant de repartir pour le dernier secteur. Fatale erreur, je m'apercevrai à l'arrivée que le segment va jusqu'en bas de la Marne. Arghh, même si on lâche tout derrière (je n'ai jamais autant décollé sur la dernière petite bosse), je finis 3 secondes derrière Raph. La prochaine fois, je saurai qu'il faut tout enchaîner !  :P
 
Le gros morceau arrive, la fameuse montée des ornières. On mouline, mais on est pas si mal et je vais même faire mon troisième temps de tous les temps sur cette montée, pour un gars qui reprend, c'est pas si mal et c'est vrai que je me sens assez bien aujourd'hui, je retrouve de bonnes sensations.
 
Au sommet, on fait un tour sur l'ancien bike park où des descentes commencent à se reformer puis on fait la traversée avant de prendre notre belle descente en lacet, parfaitement sèche, on l'on peut se lâcher avec la banane ... et où je réalise mon meilleur temps, avec encore un petit saut à la fin.
 
 
 
Dernière pause barre à la sortie du bois avant un retour à bonne allure le long de la Marne, puis après Lagny, côté port que l'on peut aussi appeler côté porc, le début se faisant dans une décharge de plus en plus innommable avec des pneus, des gravats de chantiers et plein d'autres saloperies. Aucun respect de la nature, mais que fait la police ?
 
Retour par Vaires, puis la piste (où je règle mes plaquettes qui couinent pour changer), pour finir avec 60 km au compteur, ma plus grosse distance depuis longtemps maintenant. C'est cool, je ne suis pas mort et les genoux tiennent, même s'ils sont un peu douloureux quand même dans les escaliers.
 
 
Sortie très sympa en tout cas, avec Petitdragon, sous un magnifique soleil. Maintenant, prochaine sortie dans le Gers ...
 
Statistiques
 
Distance : 60 km pour moi et 82 km pour Petitdragon
Moyenne : 17,3 km/h
D+ : 320 m pour moi, 707 m pour Petitdragon (écart important entre nos GPS sur la partie commune)
Repost 0
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 20:22
Participants : Jibé, Jihem, Petitdragon
 
Après 5 sorties de reprise, avec allongement progressif de la distance et à allure modérée, et surtout avec une dernière sortie sans douleur aux genoux, je comptais confirmer cette semaine, avec encore une sortie autour de 50 km ... Enfin, ça, c'était l'objectif ... avant quelques aléas.
 
Déjà, juste en sortant de chez moi, le portable sonne, je me dis zut, Petitdragon doit avoir une galère, il m'appelle pour me dire qu'il va être en retard, et non, surprise, c'est Jibé ! Le temps de lui dire bonjour et Petitdragon arrive chez moi. Jibé est au bord de la Marne, on le rejoint sans tarder ... et pas moyen de le rater avec sa belle veste d'un rouge pétant (non, non, je ne parle pas du camarade Akrilite :P ). Bon, moi, avec mon maillot vert, je ne suis pas très discret non plus, et que dire de Petitdragon avec notre sobre maillot de la Horde :lol: .
 
Jibé n'a même pas lavé son vélo depuis des mois, la honte ! Aurait-il perdu son légendaire vaporisateur portatif ? 
 
Pas trop le temps de discuter, on attaque le bord du canal, c'est bien sec, parfait pour rouler un peu. Petitdragon semble en forme avec son Merlin, je fais quand même attention de ne pas trop solliciter tout de suite mes genoux, à froid.
 
Au bout de la piste cyclable, par automatisme on prend le parc de Champs où l'on fait découvrir le dernier single découvert à Jibé, à la montée (où je fais un arrêt technique sur un arbre qui m'inspire ... ben, oui, c'est une condition, on ne peut pas s'arrêter comme cela, n'importe où :lol: ), comme à la descente. A propos de descente, on remonte rejoindre notre descente habituelle, bien sèche et qui passe nickel (faut quand même se méfier des troncs tombés au milieu du chemin).
 
Après la passerelle de la chocolaterie, splash, d'un coup je me retrouve à plat. Quoi, une crevaison en tubeless, on m'aurait menti, on peut quand même crever ? Les deux autres sont morts de rire car je suis le seul looser à crever en tubeless. Ils se marrent encore plus quand je leur dis que je suis le roi du trou bien franc ... je ne vois vraiment pas ce qui les fait rire dans cette expression :P . En fait, je n'ai pas remis de préventif depuis septembre et visiblement, il ne restait plus rien, donc dans ces conditions, le trou ne risquait pas de se reboucher :roll: . Grâce à l'assistance efficace de Petitdragon, comme d'hab', on démonte la valve spéciale et je sors la fiole de préventif puis j'envoie la purée ... et miracle le trou se rebouche très vite. On pompe un coup et zou, c'est reparti ... pour 200m avant que Petitdragon, derrière moi, me dise que mon axe arrière est bizarre. Effectivement, il est desserré ... Mais c'est quoi ce binz ?
 
Il est temps de rouler, on file donc le long de la Marne, on traverse puis on rejoint l'écluse du canal que l'on traverse, et là, tout d'un coup, je me dis : mais qu'est-ce qu'on fout là ??? Si on continue par là, c'est le bois de Vaires ... et pas du tout le fort de Chelles qui est notre prochain objectif. Ah ouais, moi le légendaire gpsman, sur ce coup, j'ai complètement buggé, je n'ai même pas réfléchi au parcours et en fait, j'ai complètement oublié de tourner avant le parc de Champs. Mais quel blaireau !
 
Nous voilà donc repartis dans l'autre sens, le long du canal, sur un single plus sauvage que l'allée aménagée de l'autre côté. On rejoint enfin Chelles, mais je n'ai toujours pas les neurones bien alignés, je ne visualise plus dans ma tête comment rejoindre le chemin. On est obligé de regarder un panneau avec une carte pour que je me repère, la honte ! Voilà, papy a tout donné tout à l'heure avec la grosse giclette de préventif, et maintenant, il n'assure plus rien. 
 
Après une longue traversée par la route, où Jibé me chambre en disant qu'il aurait du prendre son vélo de route, avant qu'un policier avec un radar mobile nous invite à accélérer l'allure car il nous a flashé à seulement 18 km/h, enfin, on rejoint le viaduc qui passe au-dessus des voies ferrées, ça y est, on se reconnait, on n'est plus perdu !
 
Il est temps d'attaquer la côte de la montagne pour atteindre le fort de Chelles. Jibé qui ne se souvenait plus du coin, avait oublié cette bonne côte à fort pourcentage et il a du mal sur la deuxième moitié, mais, à notre surprise, au lieu de s'arrêter à notre hauteur, à l'entrée du single, il poursuit jusqu'en haut sur l'allée ... histoire d'être classé sur le segment. 
 
On se prend une petite barre et c'est parti pour le single que découvre Jibé. On l'attend aux carrefours stratégiques pour ne pas le perdre car il est un peu à la traîne derrière, et surtout, il y a le piège à nain, qu'il faut éviter à tout prix, ce qu'il fait avec brio. Ce sera un peu plus compliqué à la sortie du single, bien merdique, c'est le cas de le dire, où il faut slalomer entre les étrons  :furax: .
 
En chemin pour Montfermeil, Petitdragon fait le con (désolé pour ce pléonasme :P ) sur le bas côté quand j'entends un grand bam du côté de sa roue arrière. Soit il s'est pris des gros cailloux soit la bordure de trottoir. En tout cas, son pneu n'a pas aimé et nous avons droit à un nouvel arrêt crevaison pour un pneu en tubeless. Jibé, avec ses chambres, se gausse tout en s'inquiétant du fameux adage jamais deux sans trois qui pourrait bien lui faire rabattre son caquet, du coup, il se la joue plus modeste. Le trou est difficile à trouver, c'est visiblement près de la jante qui a l'air d'avoir pris un pète, confirmant la thèse du choc. Du préventif sort enfin, mais il a une sale gueule, il n'est pas de première fraîcheur. Petitdragon regonfle, secoue, crache tel un lama sur son pneu pour voir s'il y a des bulles ... et il y en a toujours. Difficile à reboucher ce trou. 
 

Jibé et Petitdragon

 
Il décide que cela va s'arranger en roulant, mais que nenni, à peine arrivé au pied de la côte de l'hôpital, il faut regonfler à nouveau et même ajouter aussi du préventif. Petitdragon me copie et envoie à son tour la purée sous le regard hilare de Jibé qui ne regrette pas d'être venu rouler avec nous, il a droit au spectacle de clowns gratos. Il ne se souvenait plus qu'on se marrait autant lors des sorties de la Horde.
 
Il va un peu moins se marrer derrière, quand on va reprendre la côte de l'hôpital, bien raide elle aussi et qu'il ne connait pas. A froid, c'est vrai que c'est dur de repartir. Je me fais d'ailleurs tout de suite distancé, avant de revenir vers la moitié de la côte, juste avant les derniers virages qui remontent bien et cassent le moral, dans la roue de Jibé qui pleure sa mère. Alors que je veux le passer, on se fait serrer par un bus, derrière, que l'on gêne un peu (hum, c'est sûr que collé derrière nous, à 8km/h, il doit un peu enrager le gars), on lui fait signe de passer mais il va hésiter longtemps, car on est dans un virage, avant enfin de nous passer.
 
On devait initialement faire un tour dans la forêt de Bondy, mais vu l'heure et nos péripéties, pour Jibé qui vient de loin, spécialement pour les carrières de Gagny, on décide de zapper et de couper par l'arboretum de Montfermeil. Jibé qui ne perd rien de sa sortie se retrouve en arrêt devant un panneau, avec nous dira-t-il, un cône sexuel. Va savoir pourquoi, il pense à Petitdragon, qui avec sa finesse légendaire, voit très bien où il va lui coller son cône ! :P  Quelle équipe !
 
A peine le temps de s'en remettre qu'on attaque la montée vers les carrières de Gagny. Je ne suis pas très vif aujourd'hui et je zigzague dangereusement entre les marches sur le passage interdit aux vélos, un coup à s'en prendre une !
 
Enfin, nous voilà aux carrières. Début de descente Ok, c'est bien sec, ça se présente bien. Même le premier virage en dévers pour la remontée passe bien, surtout qu'il n'y a plus la branche à la con, en travers du chemin, pour nous gêner. La suite de la descente est toujours un plaisir et nous voilà dans la clairière au pied de la falaise où, dommage, il n'y a pas la biquette chère à Bbanpc. On l'appelle (la biquette, pas Bbanpc) mais rien, elle a complètement disparu.
 
Le vélo de Petitdragon émet toujours un pschittt continu inquiétant. Il est temps de faire quelque chose. Petitdragon se résigne à mettre une chambre. Pendant ce temps, on prévient nos femmes qu'on va être à la bourre et j'en profite pour essayer de positionner la caméra au milieu d'un champ d'orties (ça pique !!!) pour filmer le bas de la descente que je m'amuse à refaire.
 
Jihem
 
Il commence à faire bien chaud, le soleil est là on est au calme, pépère, mais il faut rentrer, surtout que je commence à avoir faim et je n'ai plus aucun Gerblé, mes réserves étant à sec. La côte qui suit ne va pas nous aider à nous refroidir, au contraire. Jibé, découragé d'avance, la monte à pied, tandis que ça passe pour Petitdragon et moi, et en plus, même pas mal aux genoux  :yaiss: .
 
Sur les côteaux, pourtant bien secs aujourd'hui, Jibé pleure à nouveau sa mère. Il faut dire que c'est assez exigeant, ça monte et ça descend tout le temps, avec des rondins en travers très nombreux. On lui explique qu'en hiver, quand ça glisse et que la boue colle, c'est l'enfer :76: , il nous croit et je pense qu'il a bien noté dans sa tête de ne surtout pas y revenir par temps humide. Il fait tellement chaud qu'on doit se résigner à une séance de striptease, pour enlever une couche, l'occasion pour Petitdragon de s'apercevoir qu'il n'est pas le seul à avoir un peu de bide (oui, je sais, j'ai 2-3 kg à perdre, mais je ne fais pas trop ce qu'il faut pour, avec toujours mes deux desserts à la cantine).
 
Heureusement, voici déjà la descente qui permet de rejoindre la plateau puis la carrière avec la galerie où l'on fait un petit arrêt. On passe ensuite près du trou béant (là, ce n'est plus un piège à nain, mais un piège à un régiment de nains), nettement plus sécurisé que les fois précédentes, avant de sortir des bois pour prendre le chemin du retour, par la réserve ornithologique que Jibé découvre.
 
Au final, longue sortie en temps, mais pas en kilomètres, avec quelques péripéties qui nous ont permis de rigoler et passer un bon moment ensemble, et le tout, sous un beau soleil, que demander de plus ? 
 
Statistiques
Distance : 40 km pour moi, 55 km pour Jibé, 62 km pour Petitdragon
Moyenne : 15 km/h
D+ : 262m pour moi, 445m pour Jibé, 575 m pour Petitdragon
 
 
 
Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories