Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 22:51

Participants : Flocycle, Jihem, Markitos, Ned

 

C'est curieux, dès que le froid ou les périodes boueuses arrivent, les effectifs se réduisent. C'est alors à chacun de sortir la plus belle excuse pour rester au lit : une vieille blessure par là qui se réveille, un microbe par ci qui est devenu agressif, là, belle maman qui débarque, ici, l'anniversaire de la petite ... mais on nous avait encore jamais fait le coup de la morsure de chat  . C'est pourtant bien l'excuse que nous a fournie Bbanpc, et si on a rigolé au début quand on a vu la photo de sa main et qu'on a su qu'il avait du se faire opérer car la morsure s'était infectée , on s'est dit que c'était lui qui avait finalement la meilleure excuse.

 

Il y avait quand même quatre courageux ce dimanche matin pour aller rouler, mais en fait pas besoin d'être si courageux que cela car s'il faisait un peu frais, c'était tout à fait supportable, à condition d'être un peu équipé, et ensuite le soleil a été magnifique. Dommage pour les absents !

 

Au premier RV à Bry, je retrouvais Flocycle et Ned et dès la côte de Sainte Camille, on se réchauffait. Tandis que Ned ménageait sa monture (mono-plateau), avec Flocycle, on montait bon train jusqu'au sommet où notre grimpeur mettait une bonne accélération pour grapiller les points du maillot à pois  et me distancer.

 

Le long du bois St Martin, c'est avec le soleil dans les yeux qu'il a fallu slalomer entre les chiens et leurs maîtres, heureusement pas de blessé à déplorer  , mais c'est vrai que la visibilité était très limitée parfois.

 

Au Plessis Trévise, mauvaise surprise, le petit chemin défoncé au milieu des orties est devenu une grande allée ... défoncée par les pelleteuses . Pourquoi qu'on nous casse partout tous nos terrains de jeux  ? Cela va devenir dur de trouver des petits chemins pas aménagés et ludiques au milieu de toutes ces allées à poussettes qui fleurissent de partout.

 

A la Queue en Brie, Ned venait titiller Flocycle au pied de la côte, Flocycle réagissait avec une contre-attaque ... que je contrait à mon tour pour le déborder sur la gauche et à moi les points du maillot à pois ! Pas encore mort, le vieux, je vous le dis !

 

Partis à 8h30 de Bry, on arrivait aux 8 routes à 9h15 soit à l'heure, pour une fois, sauf que le deuxième RV n'étant pas là, cela ne servait à rien, mais je le dis quand même, juste pour dire que cela nous arrive quand même des fois d'être à l'heure  .

 

Comme on était dans les temps, on a pris le temps, le temps de découvrir des nouveaux singles dans Notre-Dame, le temps de perdre du temps à retrouver la bonne direction et finalement d'arriver bien en retard au Mont Griffon  où Markitos après avoir fait un tour pour patienter, avait décidé de venir à notre rencontre ... sur un autre chemin que le notre. Bon, ben, évidemment, on ne s'est pas rencontré . Heureusement qu'il y a les téléphones portables et c'est avec une bonne demi-heure de retard qu'on a fini par enfin se retrouver.

 

Juste avant l'arrivée de Markitos, un couple est venu saluer Flocycle. Y a pas le maillot à pois, cela rend populaire ... ah, non, en fait ...  c'était sa soeur et son beau-frère (alias Roro1 sur le forum de Sénart de Velo Vert), sauf qu'il ne nous a rien dit, le petit cachotier ,et on ne l'a su qu'après, quand mon instinct de Sherlock Holmes s'est réveillé et m'a amené à lui poser la question.

 

  On est quand même parti ensuite rouler un peu sur les singles du Griffon. On a d'ailleurs découvert un autre départ pour la descente avec les virages relevés qui, après un beau trou (que seul Ned a négocié ... en débranchant quelques neurones) arrive sur le chemin habituel.

 

  On en a profité pour se filmer un peu, un tout petit peu même en ce qui me concerne, puisque, après avoir cassé mon deuxième support cadre de cam, j'ai cette fois cassé un pied de mon mini-trépied, et forcément, avec un pied en moins, cela tient nettement moins bien. Résultat : j'ai battu le record du monde du film de la horde le plus court, avec moins d'une minute d'image ! Au moins ce sera vite vu et votre femme ne vous reprochera pas de passer la soirée à regarder des videos de vélos .

 

  Ned, n'ayant toujours pas rebranché ses neurones, a voulu nous entrainer dans une descente abrupte (le long du mur au-dessus de l'endroit où l'on fait les petits jumps) avec une cassure et des pierres sous les feuilles (rien que cela !). Il est passé le premier ... et le dernier, car nous avions l'intention de rentrer entier et ce ne sont pas ses insinuations sur la taille d'un élément clé de notre virilité qui y ont changé, non. Sagement, nous avons donc pris juste à côté, la descente bien pentue que l'on fait habituellement. Même Markitos, qui avait pourtant des courbatures de son match de rugby  (non, non , je ne le chambre pas sur ce coup là ) l'a faite.

 

Vers 11h45, retour au bercail, raccompagné par Markitos jusqu'à Sucy (c'est vrai que partant de Yerres, il n'avait pas beaucoup de kilomètres au compteur, et il fallait quand même faire passer ces foutues courbatures ).

 

De retour dans notre single transformé en allée, alors qu'avec Ned, nous faisions un arrêt technique, Flocycle qui carburait devant ne s'étant aperçu de rien, ne nous retrouvait plus et croyant avoir pris un mauvais chemin et nous avoir perdu, poursuivait seul jusqu'à chez lui, tandis qu'avec Ned, nous finissions tranquillement la sortie.

 

Distance : entre 60 et 70 km selon le point de départ

D+ : 376 m

 

Video caméra embarquée euh non avec trépied, enfin juste au début, puis bipied ensuite de Jihem (attention concentrez vous pour ne pas rater les images de vélos entre les génériques de début et de fin  )

 

 

 

Video caméra embarquée Ned :

 

 

 

Video caméra embarquée Markitos :

 

 

 

Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:09

Participants : EX8-94, Flo94, Flocycle, Jihem, Markitos, Ned

 

A l'invitation de Markitos qui allait nous servir de guide, nous avions RV à 8h à Avon.

 

Comme Ned, n'avait pas pris sa Nedmobile, nous sommes donc partis à 4 en EX8-94mobile (va falloir changer de pseudo car ça le fait pas trop !) avec deux chargement de vélos, l'un à Bry pour EX8-94 et moi et l'autre à Joinville pour Ned et Flocycle. Du coup c'est avec 20 minutes de retard que nous avons retrouvé Flo94 et Markitos à Avon. Merci à Markitos qui nous a accueilli avec des croissants .

 

Il faisait un peu frais, autour de 5°, mais la journée s'annonçait belle.

 

Nous avons attaqué directement par la bonne montée à Samoreau. Rapidement (même pas 4 km depuis le départ), Flocycle a été victime d'une branche dans les roues, plus exactement dans le dérailleur, cassant net la patte du dérailleur et l'envoyant au tapis. Heureusement qu'il avait une patte de dérailleur de rechange. Par contre, la chape en carbone était arrachée sur une partie et le galet avait quelques dents en moins (je vous rassure, Flocycle a quant à lui conservé toutes ses dents dans l'histoire), mais le vélo roulait malgré tout. Pas de bol en ce moment à Fontainebleau en ce moment avec les pattes de dérailleurs : deux casses en deux sorties.

 

Derailleur-Flocycle.jpg

 

C'est donc bien refroidis qu'il a fallu reprendre l'ascension où l'on a bien tiré la langue, avant de poursuivre sur le chemin avec les petites bosses sympas, mais où les feuilles mouillées exigeaient un peu plus d'attention que d'habitude.

 

Avant d'aborder une descente sympa, Markitos nous a demandé d'attendre car il voulait prendre de l'avance pour nous photographier dans la descente. Flocycle n'a pas trop attendu et est descendu assez rapidement, avant que Markitos pousse un hurlement (le hurlement de la Horde, en pleine forêt, c'est terrible ). Nous avons cru que c'était le feu vert pour descendre ... alors que c'était pour nous dire qu'il n'avait pas encore sorti son appareil photo, donc ben, y aura pas de photos de nous dans la descente .

 

Pour se venger, Markitos est arrivé comme un boulet en bas de la côte où nous l'attendions ... pour remonter aussi sec avec son élan de l'autre côté du vallon. Evidemment, nous, nous n'avions pas d'élan, et le redémarrage en côte a été laborieux !

 

Après la descente et la traversée de la Seine, nouvelle montée, en palier cette fois, dans les chemins des Longs Sillons, entre les maisons de Thomery, puis direction le mini bike park pour quelques petits sauts devant la caméra sur le mini-trépied.

 

Après des chemins de jonction plutôt plats et permettant de récupérer, nous avons abordé les rochers de Bouligny et Avon, mais je ne sais plus dans quel ordre, qui furent le lieu de nouvelles gamelles.

 

Tout d'abord Markitos, devant moi, dans une côte où, n'ayant plus de vitesse et voulant poser le pied par terre, a en fait  posé le pied ... dans un trou et a basculé sur le côté dans les branches d'un arbre (cf video).

 

Flocycle a enchaîné avec sa deuxième chute de la journée, toujours en montée, en rippant sur un rocher me semble-t-il et en tombant lui aussi sur le côté. Alors qu'on se remettait de cette chute pour repartir, en remontant sur mon vélo, à l'arrêt donc, j'ai perdu l'équilibre pour venir m'échouer dans un buisson de houx. Aie, aie, aie, ça pique les fesses les épines du houx .

 

Un peu plus loin, dans une descente technique entre les rochers, là où je venais de faire un tout droit sans dommage dans une épingle un peu serrée, EX8-94 a fait de même mais en finissant par terre (Markitos a peut-être la chute en image car il le suivait).

 

Sur un chemin de jonction, alors que je trouvais que ma caméra commençait à vibrer (j'avais pourtant installé le nouveau support guidon envoyé par Camsport et jusqu'à présent il confirmait son efficacité par rapport à celui que j'avais acheté depuis la dernière casse) et tout d'un coup, la caméra s'est envolée, le support cassé net, alors qu'il n'y avait pas de chute, pas de choc . Résultat, plus de caméra embarquée pour moi. Ned ayant quelques soucis de piles avec sa GoPro, il ne restait plus que celle de Markitos.

 

Après avoir rejoint le chemin de l'acqueduc, défoncé par nos collègues sangliers, nous avons fait la pause casse-croûte, pour ceux qui, comme moi, prévoyants (ou morfales ?), l'avait pris avec eux, juste au pied d'une bonne côte, bien installés dans les rochers.

 

Après le repas et la côte, nous avons poursuivi dans des chemins bien sabloneux et donc fatigants, avant de continuer par le Mont Aigu, où EX8-94 et Markitos commençaient à montrer des signes de fatigue, tout comme la gaine de dérailleur de Flo94 qui ne se résumait plus qu'à 4 brins ! Il a donc du éviter de changer de pignons par la suite, se contentant de changer de plateau. Finalement, il rejoignait Ned dans le clan des hordeux ayant un handicap aujourd'hui puisque Ned, de son côté, faisait la sortie avec son Single Speed semi-rigide enrichi d'un bricolage de dernière minute à la Mac Gyver digne de Ned (ajout d'un dérailleur et d'un système anti-déraillement fixé avec des serrages de selle  à voir en fin de video).

 

Gaine de Flo94 :

MVII0060.JPG

 

Au mont Aigu :

 

Flo01.jpg Ned01.jpg

 

Dans la descente, je passais pour la première fois la portion avec des marches alors que EX8-94, fatigué, passait en vrac, mais passait quand même.

 

MVII0037.JPG

 

Le retour a été long pour Markitos, à cours d'entraînement, et pour EX8-94, après notre sortie 2 jours avant dans la boue. Markitos finissait par la route après nous avoir donné les indications pour le dernier tronçon qui se terminait par la petite descente sympa, avant le parking.

 

Encore une belle sortie à Fontainebleau (merci Markitos), où l'on progresse un peu à chaque fois (enfin surtout moi car j'ai du retard sur certains) et où on se fait toujours autant plaisir, même si on en bave un peu parfois dans les côtes.

 

Ned, avec son handicap, a finalement aussi puisé dans ses réserves car il n'a pas demandé son reste dans la voiture, avec une belle sieste au retour :

 

Photo0511.jpg

 

Distance : 40 km

D+ : 582 m 

Video caméra embarquée Jihem

 

 

Video caméra embarquée Ned

 

 

 

Video caméra embarquée Markitos

 

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 14:53

Participants : EX8-94, Frsct, Gbouc, Jihem

 

Temps frais et un peu humide (crachin) ce matin pour une sortie annoncée comme tranquille avant la sortie plus importante à Fontainebleau prévue dimanche.

 

SI j'avais remis pour la première fois cette année le cuissard long, tout comme Frsct (mais sans les chaussettes ... pas bon pour se sentir au chaud ...), Ex8-94 était encore en cuissard court et avec des vêtement pas trop adaptés au froid, tout cela à cause de DHL qui tarde pour lui livrer la tenue qui va bien, commandée en Allemagne.

 

Est-ce la raison pour laquelle il a attaqué la côte de l'hôpital Sainte Camille bille en tête ? En tout cas, comme la semaine dernière, il a fait la côte seul en tête, loin devant. De mon côté, je préférais m'échauffer tranquillement et en garder sous le pied pour la suite.

 

  A la borne des 3 départements, au Plessis Trévise, on a récupéré Gbouc et son Jeckyll enfin réparé (patte de dérailleur arrachée et chaine en vrac), lui aussi en cuissard court.

 

Petit tour dans le Bois de Célie pour s'amuser sur mon single. Après une bonne accélération (hé oui, j'avais pris le Lapierre semi-rigide pour tester le nouveau cintre relevé, qui, soit dit en passant va si bien que je me demande pourquoi je ne l'avais pas changé plus tôt), j'ai démarré fort avec une belle glissade de la roue arrière en direction d'un gros tronc d'arbre que j'ai réussi à éviter, ouf ! Pas de bol, j'avais la seule caméra et en plus je ne filmais pas à ce moment là, donc seul Frsct qui me suivait pourra témoigner de cette jolie figure. Il faut dire que les feuilles bien mouillées qui couvraient les racines glissantes étaient bien piégeuses.

 

Poursuite sans encombre jusqu'à Emerainville puis GR14 jusqu'à Pontcarré. Le GR14 était par endroit bien boueux et glissant, surtout les passerelles en bois, véritables savonnettes, même en les passant à pied. On n'a pas compté les glissades en tout genre, vu le nombre.

 

Arrivés à Pontcarré, on est allé faire un petit tour sur les bosses, puis pause Gerblé (enfin, surtout moi), avant de nous attaquer à la montée impossible ... que l'on a déjà montée, mais par temps sec.

 

Alors que j'avais prédit qu'on ne la monterait pas aujourd'hui, vu le terrain, et que j'illustrais mon propos par une démonstration concluante (blocage à 3 m du sommet), Frsct la montait dès son premier essai (grrr) et Gbouc y arrivait à son deuxième essai (groumph !). Heureusement EX8-94 était solidaire et ,comme moi, échouait à toutes ses tentatives. Sans vouloir me chercher d'excuse, mais en voilà une quand même, hé bien, je n'arrivais pas à passer le petit plateau dans la côte, et impossible de monter sur le moyen. Et puis j'avais dit qu'on y arriverait pas, alors j'allais pas me contredire quand même .

 

Par contre, à défaut de la monter, je m'en suis servie pour faire une autre figure dont j'ai le secret, un beau cabrage avec galipette en arrière, en sautant par dessus le guidon pour atterrir un peu plus bas (pas de roulé-boulé cette fois, désolé ). J'avais mis la caméra au sommet de la côte, mais malheureusement elle était mal placée et on ne voit que le début de la galipette.

 

Nous avons repris notre chemin jusqu'à Ferrières, avec dans le bois, un déraillement de EX8-94, une passerelle scabreuse avec des planches glissantes et plus fixées d'un côté donc qui se soulevaient, et une exploration des sous-bois digne des grands moments d'exploration de la Horde (cf épopée de la carrière de Gagny) suite à l'abattage d'arbres en plein milieu du chemin.

 

  Nous avons ensuite rejoint les étangs de Bussy, en remontant jusqu'au square pour une deuxième pause Gerblé et surtout pour enchainer la descente depuis le sommet  (c'est un bien grand mot, mais bon, c'est bien le point culminant de la butte). EX8-94 qui menait la troupe puisque je voulais filmer de l'arrière, nous a fait un début de descente erratique, avec des zigs-zags sur les bas-côtés, mais sans se vautrer.

 

  Un peu plus loin, avant l'étang de la Loy, c'est Frsct qui s'est distingué avec une gamelle en glissant sur le côté après une perte d'adhérence due toujours à ces foutues feuilles détrempées. Heureusement pas de bobo (il m'a avoué après avoir un cuissard rembourré sur le côté pour amortir les chutes). Là encore, le bétisier 2011 ne va pas s'enrichir car j'étais juste devant lui 

 

Pour la suite, rien de spécial, si ce n'est qu'on a laissé Gbouc au parc de Noisiel pour rentrer chez lui et de notre côté, retour par le canal puisqu'on était avec Frsct et que quand on est avec lui, on rentre toujours par le canal . Ce fût l'occasion pour EX8-94 de découvrir la descente bien pentue du bord du canal.

 

Bonne petite sortie, malgré la météo décevante, mais de saison, ne l'oublions pas.

 

Distance : 53 km

 

Video caméra embarquée Jihem :

 

 

 

 

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 22:16

Participants  : Azimut Brutal, EX8-94, Jihem, Ned, Raph

 

Alors que les pessimistes nous avaient prédit un déluge et des bains de boue, finalement c'est par un temps sec, bien que nuageux et gris, que EX8-94, Ned et moi avons pris le chemin du Mont Griffon via les 8 routes.

 

De mon côté, je partais avec la crainte de revenir plus vite que prévu à cause d'une douleur au genou contractée la veille (encore une blessure en faisant le ménage  ). C'est donc en moulinant à fond que j'attaquais la côte de l'hôpital Sainte Camille et en observant les sensations au niveau du genou. Finalement ce n'était pas pire sur le vélo qu'à pied. J'ai donc poursuivi à mon train de sénateur. Même EX8-94 m'a mis 500 m dans la vue, mais il faut dire qu'il avait dû mettre des Gerblés dans son café car il était complètement déchainé ... contrairement à moi.

 

J'ai donc décidé de poursuivre.

 

Dans la fôret de Notre-Dame, nous avons pris le single de Markitos et contrairement à ce que l'on imaginait avec les pluies des jours précédents, c'était gras, mais tout à fait praticable. Aux 8 routes, pour aller au plus court pour retrouver Azimut et Raph, économiser mon genou et éviter les coins les plus humides de la forêt que l'on prend habituellement, exceptionnellement, on a pris la grande allée avant de nous refaire un petit single un peu plus loin.

 

30 km après le départ, nous arrivions enfin au Mont Griffon, un peu à la bourre, la faute à bibi ayant fait office de boulet avec mon genou en vrac. Arrivés au-dessus de la fameuse marche, nous n'avons pas trouvé Azimut et Ned. Alors que nous pensions qu'ils avaient déjà fait une descente en nous attendant, en fait ils sont arrivés un bon quart d'heure après nous, alors qu'ils étaient beaucoup plus près. Pendant ce temps là, on s'était bien refroidi avec le vent un peu frais qui soufflait.

 

  Nous avons vite attaqué par la descente partant sur la gauche du sommet. Au croisement avec l'allée perpendiculaire, Ned a failli emmener sur son guidon un piéton qui n'avait pas juger bon de s'arrêter alors qu'avec Azimut nous venions de passer sous son nez. Arrivés en bas, il manquait Raph. Ned et Azimut sont remontés jusqu'à l'embranchement avec la piste aux virages relevés, mais pas de Raph. Pas de Raph non plus au téléphone. On est donc remonté au sommet pensant qu'il s'était vautré sur la partie haute, mais toujours pas de Raph. A la place, il y avait un défilé de trailers qui empruntaient ce parcours et bloquaient donc le passage.

 

Au bout d'un moment, alors que nous commencions à nous dire qu'avec 20%, nous avions dépassé notre ratio de pertes autorisé et qu'il serait bien de retrouver Raph, je l'ai enfin eu au téléphone ... et il nous attendait au-dessus de la marche. Visiblement, il avait pris un autre chemin et fait le tour du Griffon par l'autre côté !

 

A cause du trail, nous avons décidé d'explorer les descentes sur un autre versant et après une première tentative pas très concluante, nous avons enfin trouvé une belle descente avec des virages relevés, des bosses ... et un énorme trou  ... que les free riders doivent sauter .. mais pas nous. Heureusement que Ned s'était arrêté avant, sinon on se serait tous entassés au fond  .

 

En poursuivant la descente, on a entendu des bruits de chute derrière ... c'était Azimut qui se prenait pour un hanneton, au sol, sur le dos. Apparemment, il avait pris une mauvaise trajectoire ... et un arbre  . Pas de bol pour le bétisier 2011, la caméra était devant et a tout raté, une fois de plus .

 

Après une séance 'On a échangé nos vélos' sur le passage où l'on fait des petits sauts, on a poursuivi le long du mur avec la petite descente bien raide où tout le monde est passé sans tomber, malgré un style un peu chaloupé pour Azymut pourtant à jeun, normalement .

 

L'heure de rentrer arrivant, nous avaons quitté le Griffon pour rentrer par Boissy Saint Léger et avant, la descente du Piple, par la variante gazon.

 

  Arrivé à donf en bas, Azimut, dont les freins ont montré un grand signe de faiblesse n'a pas pu s'arrêter comme il l'aurait voulu et est parti en glissade avant de percuter Ned qui venait de se retourner pour le filmer. Pour le bétisier 2011, c'est encore raté puisque Ned n'a eu que la fin. Azimut, lui, ne s'est pas raté, se faisant mal à la main gauche .

 

Nous l'avons raccompagné jusqu'à Créteil et en chemin, il a poursuivi sa sortie loser, manquant encore de se prendre une bonne gamelle quand sa pédale a heurté un plot au bord de la piste. Finalement, il a pu rentré chez lui sans encombre, ouf !

 

Nous avons traversé la Marne à la Passerelle de la Pie .. que Ned a descendu à vélo  . Gloups, il est fou lui, il s'est pris un escalier bien pentu et bien long, et en plus, il est même pas tombé ! Toujours aussi casse-cou notre Ned !

 

Raph ne voulant pas être en reste s'est aussi distingué un peu plus loin, en sautant une double marche pour atterrir sur la route, largement devant une voiture, mais le chauffeur certainement surpris et ayant du avoir peur, a gratifié Raph d'une belle salve de coups de klaxon rageurs.

 

Nous avons ensuite laissé Ned à Joinville avant de finir avec EX8-94, seuls face au vent, sur les bords de Marne, et l'estomac de plus en plus dans les talons en ce qui me concernait, jusqu'à Bry.

 

Et mon genou, dans tout cela ? Et bien, étonnament, j'avais moins mal à l'arrivée qu'au départ ... va comprendre !

 

Distance : 60 km

Moyenne : 17,5 km/h

Chutes : 0,5 pour Raph (glissade sur les feuilles dans un virage avec main à terre) et 2 pour Azimut

 

Video caméra embarquée Ned (toutes les excuses de la production pour la tâche de boue bien mal placée) :

 

 

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 18:35

Participants : Frsct, Jihem

 

Frsct ayant loupé le départ la veille, tout comme moi qui rentrait d'un petit séjour dans le Gers, ce matin c'était donc session de rattrapage pour tous les deux.

 

Au vu de la météo, on n'a pas été perdant sur ce coup là car il faisait très beau. Pas un nuage et un beau soleil pour éclairer les arbres qui avaient pris de belles couleurs automnales, et qui donnaient de beaux reflets dans l'eau de la Marne et du canal.

 

On a donc démarré en suivant le canal d'une écluse à l'autre. A cette heure, il n'y avait pas grand monde et on a profité du paysage. A l'écluse, nous avons poursuivi du côté gauche de la Marne (on a retenu l'expérience foireuse des hordeux la veille sur la rive droite) jusqu'à Lagny.

 

Là, nous nous sommes attaqués à la côte, sans prendre le raccourci, à un petit rythme régulier, pour ne pas se griller (Mar2kfait et Lasouque, et maintenant Flocycle, n'étant pas là, pas de sprint pour le maillot à pois  ). Au sommet, nous avons pris à gauche par les champs avant de remonter à nouveau sur Carnetin. Malgré le rythme modéré, arrivé au dessus, il a fallu enlevé une épaisseur car il faisait bon et la machine commençait à chauffer. J'ai donc fini en manches courtes, étonnant quand même pour un 31 octobre !

 

Nous avons bifurqué à gauche pour prendre le début de la Dhuis que nous avons suivi sur quelques kilomètres, avant de changer de chemin, au bois St Martin. A la sortie du bois, sur la route, après une petite hésitation sur le chemin où j'ai du sortir le GPS, on a poursuivi sur la (petite) descente du bois de Luzancy, assez sympa car le terrain était sec et il y avait une bonne succession de virages avec des racines, jusqte ce qu'il fallait pour s'amuser.

 

En bas, nous avons cherché en vain de nouveaux chemins, l'objectif étant d'explorer un peu ce secteur qui semble pourtant offrir du potentiel avec des côteaux pentus et boisés, mais pas de chemin, si ce n'est un accès privé et donc interdit au château de Chaalis  .

 

Il a donc fallu faire demi-retour à Pomponne pour regagner Magny et les bords de Marne, puis traverser la base de Vaire par les singles et enfin le canal où il y avait nettement plus de monde à cette heure, avec un soleil de plus en plus chaud.

 

Distance : 54 km

Moyenne : 19,5 km/h

 

Video caméra embarquée Jihem :

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories