Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 16:15
Participants : Jihem, Petitdragon, Raph
 
Alors qu'hier, après un mois à tergiverser, je me suis lancé et j'ai purgé ma tige de selle (ben, oui, pour un bricolou comme moi, c'est un vrai exploit), j'ai hâte ce matin d'essayer cela sur le terrain.
 
Premier bon point, il fait beau, pas de brouillard ce matin, comme la veille. Deuxième bon point, plus d'odeur chimique comme la veille après le gros incendie d'une usine de PVC à Chelles. Y a juste la brocante de Bry pour nous enquiquiner un peu, mais à peine, on peut contourner.
 
Raph est le premier au RV, il est même très en avance mais je ne l'avais pas vu derrière le portail. Petitdragon arrive peu de temps après. Ca faisait longtemps que nous n'avions pas vu Raph, ça fait plaisir.
 
J'essaye de me souvenir par où il faut passer pour aller au fort de Chelles ... mon GPS interne serait-il un peu déréglé ou Alzheimer me guette ? Enfin, ça me revient, on peut y aller ... enfin, pas tout de suite, car là, faut que je remonte un peu ma selle. Hé oui, je n'ai pas les réflexes des mécaniciens chevronnés de la Horde, je n'avais pas fait gaffe au réglage de ma tige de selle avant de la sortir pour la purge, du coup, je suis un peu bas. Je serai finalement amener à m'arrêter une deuxième fois plus loin, pour la remonter encore un peu, c'est mieux pour les cuisses !
 
On roule tranquille sur la piste cyclable encore calme à cette heure, mais assez vite, on est dévié sur le bord de Marne, car il y a une course à venir. Au bout de la piste, on prend la passerelle puis un petit bout le long du canal, à proximité de l'incendie de l'usine, ça sent encore un peu, mais ça va, puis on traverse le canal pour rejoindre Chelles que l'on traverse, avant d'attaquer la montée du fort toujours aussi raide.
 
En haut, pas de pause, on attaque directement le petit single. Dès le début, on traverse un tas noir, je ne sais pas ce que c'est, je passe en tête et je me prends plein de tâches noires, genre cambouis, un peu partout, même sur le visage. Derrière, le petit single est sec et assez agréable, mais il faut faire attention aux branches en travers, et Raph va en faire les frais, se faisant fouetter le visage, avec, pour résultat, une belle éraflure sanguinolente. On le prévient juste avant le passage du piège à nain, toujours aussi piégeux, surtout que c'est un peu glissant sur ce passage. Sortie toujours aussi difficile de ce bois entre les branches basses et les ordures.
 
On rejoint ensuite Montfermeil et alors que j'y vais tranquillement avant la côte de l'hôpital, les deux zèbres ont accéléré le tempo, si bien que lorsque je tourne pour attaquer la montée, ils sont déjà à la moitié de la première ligne droite. Je ne passerai pas en tête aujourd'hui, c'est sûr. Raph en remet une couche et lâche Petitdragon tandis que je relance dans le dernier virage pour ne pas finir trop loin.
 
Le temps de souffler un peu au sommet, on attaque la forêt de Bondy. Ce sera une version allégée aujourd'hui, on va zapper le PR de Cosette, tout au fond pour aller chercher les différents petits singles qu'on a toujours du mal à retrouver. Hé bien, on ne dérogera pas à la règle, on va un peu jardiner mais on va quand même en retrouver quelques uns.
 
On remonte ensuite à Montfermeil, puis à l'arboretum, dans les raccourcis raides où j'apprécie ma tige de selle téléscopique, d'autant qu'elle fonctionne du feu de dieu, comme au premier jour. Raph qui en a une aussi, oublie une nouvelle fois de s'en servir, pas encore le réflexe. C'est pourtant bien utile quand c'est raide.
 
Il est temps maintenant d'aller faire notre tour habituel aux carrières de Gagny. Après la montée casse-patte qui y mène, dans la descente, Raph accroche une branche et à la branche, un bout de sac plastique noir qui vole au vent. Avec cette grosse extension derrière le vélo et le sac noir, je crois un instant qu'il est poursuivi par un chien ! De mon côté, je rate le petit chemin qui remonte à droite, je suis obligé de revenir à pied.
 
Raph découvre ensuite la descente dans la première carrière, il y va donc prudemment, mais tout passe sans problème. De son côté, Petitdragon a trouvé une alternative sur la fin, avec un sentier plus direct et bosselé (à tester la prochaine fois). En bas, on pense à Patrice, mais bon, toujours pas de biquette au dessus de la falaise, elle a définitivement disparu, on ne l'aura vue qu'une fois finalement. On repart par la montée de la biquette, forcément, qui passe, alors que je pensais que j'allais patiner un peu dans le dévers. Ca passe même bien et je vais d'ailleurs prendre le kom, sans le chercher spécialement. Un peu plus loin, sans le faire exprès non plus, je prends un peu plus à gauche que d'habitude, sans longer les maisons, du coup, ça descend un peu, avant un bon coup de cul, puis le sentier est sympa, finalement beaucoup plus agréable et moins physique que le sentier haut. Une bonne surprise.
 
Au moment d'arriver à la deuxième carrière, bing, ma chaîne se bloque, je ne peux plus pédaler. Je me laisse aller en roue libre jusqu'en bas. On regarde sans comprendre, avant de voir qu'un des maillons est cassé et se prend dans le grand plateau, pour tout bloquer. Il faut changer le maillon. Je fournis le matos et Petitdragon passe à l'action avec brio. Merci !
 
On en profite pour faire un tour dans la galerie et prendre quelques photos. 

 

Petitdragon veut me planter avec un couteau qu'il a trouvé par terre (heureusement qu'il ne savait pas encore que je lui ai piqué son kom dans la montée de la biquette !)

 

On repart et on passe devant le trou qui n'est plus signalé, c'est hyper dangereux. A la sortie du bois, il y a encore plus d'ordures que d'habitude pour atteindre la cité, dont une plaque hyper glissante qui va être fatale pour Petitdragon qui va aller au tapis et mettre la main dans l'eau.
 
On va rentrer par la réserve ornithologique où l'on va innover en prenant les pavés, à gauche. On va chercher, en passant, des petits singles le long de la Marne, mais il n'y a plus rien par rapport à l'époque où je passais là, juste des accès aux coins de pêcheur. On va seulement se faire un petit sentier qui fait le tour du camping, avant l'écluse.
 
J'accompagne les autres jusqu'au pont de Bry, histoire de faire un peu plus de kilomètres, la sortie étant courte ... avant de me retrouver confronté à la brocante et son agitation qui va m'obliger à contourner un peu plus le centre.
 
Statistiques
Distance : 38,5 km pour moi, 57 km pour Raph et à voir pour Petitdragon son GPS sur Strava n'indiquant que le retour
Moyenne : 14,7 km/h
D+ : 405 m
Repost 0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 09:08
Participants : Jihem
 
Initialement, je devais aller rouler au Parmelan avec Yvan du forum Vélo Vert, mais ma tige de selle étant bloquée, j'ai du déclarer forfait, avant que celle-ci reprenne ses esprits, une demi-heure plus tard, après s'être réchauffée au soleil.
 
J'improvise donc une sortie, en démarrant par le col de Bluffy que je prolonge en montant au village de Bluffy pour basculer ensuite sur le début du col de la Forclaz (7 km dont les 3 derniers à 10% de moyenne). Avec mes gros pneus (Hans Dampf en 2,35 et Nobby Nic neuf bien cranté en 2,25), je suis bien scotché sur la route. Devant moi, j'ai un autre gars en VTT qui va me servir de lièvre toute la montée. Je mouline et monte tranquille. A chaque fois que je me rapproche, il met une accélération, comme si j'allais faire la course avec lui alors que je monte à 7-9 km/h maxi. Le but est d'arriver en haut en bon état pour attaquer la descente qui m'intéresse. Au sommet, je rattrape le gars qui finit le col à l'agonie, en faisant des zig-zags d'un bord à l'autre de la route dès qu'il n'y a pas de voiture.
 
Le sommet est noir de monde, il faut dire que le coin est très touristique entre la vue en hauteur sur le lac d'Annecy et les départs de parapentes juste au-dessus de la route. Lors d'un vol à deux pour un baptème, le pilote a fait le Kéké pour venir taper la main d'un pote à la terrasse , en passant, faut quand même bien maîtriser !
 

 

 
Le temps de manger une barre, de souffler un peu et de mettre les genouillères et je passe sous la terrasse pour prendre le GR96 qui descend jusqu'à Verthier. Je passe les premières épingles et c'est parti pour un sentier à flanc de côteau comme je les aime. La partie supérieure comporte pas mal de rochers et quelques racines rendues bien glissantes par les pluies des jours précédents, j'assure donc certains passages (notamment les talvegs bien en dévers, plein de feuilles glissantes), tandis que quand c'est sec, je peux lâcher les freins et me faire plaisir. Je rencontre pas mal de piétons qui montent. On discute, ça se passe bien, j'ai juste fait peur à une traileuse à la sortie d'un virage.
 
Lors du passage d'une épingle, je déraille (enfin, mon vélo), ça faisait longtemps !
 

 

 
La seconde partie est plus large et plus lisse, je lâche encore plus les freins (cette fois ci, ils n'ont pas été en surchauffe), tandis que tout le bas secoue bien, le chemin étant plein de pierres dans tous les sens.
 
Au bout d'une petite demi-heure, j'arrive en bas. J'enlève les genouillères et pars rejoindre le bord du lac d'Annecy, toujours aussi bleu et aussi beau, où de nombreux baigneurs profitent des eaux claires. J'aurais bien envie aussi de plonger une tête, il est plus de midi, il commence à faire bien chaud. 
 
Je viens de descendre le versant à gauche :
 

 

Vue sur le Chateau de Duingt et derrière, le Semnoz :

 

 
Ce sera pire ensuite dans la montée de Talloire et surtout sur le retour vers Bluffy où ça grimpe sec depuis le pied du col de la Forclaz. Je commence à tirer la langue. 
 
Au col de Bluffy, je redescend au bord du Fier et je termine, en plein cagnard, par la grosse remontée jusqu'au chalet. C'est raide, j'en ai un peu plein les pattes, et surtout, j'ai très chaud. La dernière côte à 17% va me finir.
 
Un peu dur, mais content d'avoir pu rouler quand même alors que cela se présentait mal ce matin.
 
Statistiques :
Distance : 40,7 km
D+ : 1248 m
Moyenne : 13,3 km/h 
 
 
 
Repost 0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 13:18
Participant : Jihem
 
Tout le monde devant être en vacances ou occupé, c'est donc en solo que je pars à la fraîche ce matin, un peu avant 8h. A cette heure, j'ai la piste cyclable pour moi, c'est agréable. Par contre, vers Noisy, ce sont les festivité de l'été, comme tous les ans, donc déviation pour les vélos, mais pas cool, ça monte fort en direction de la mairie. Y a un mec au milieu, du coup, j'accélère un peu pour le passer et reste sur mon rythme, et je bats mon record dans cette montée, cool !
 
Au parc de Champs, c'est sec, aussi je mets un peu les watts sur le single en montée, j'ai l'impression d'être une fusée et que je vais pulvériser mon record ... et bien, non, seulement mon troisième temps, comment j'ai déjà fait mieux ?  :scratch: Je m'éclate ensuite sur la descente habituelle, bien sèche, agrémentée de 2-3 petits sauts où je décolle complètement des 2 roues. Je remonte ensuite tranquillement par la montée en arc de cercle, puis je me dirige vers les totems, le bois de la Grange puis, après la Malnoue, je rejoins le bois de Célie. Le petit chemin qui monte a bien changé, ils ont complètement dégagé tous les arbres autour jusqu'à la moitié de la montée, ça sent l'aménagement en grande allée, je le crains, avec peut-être encore un petit chemin qui risque de disparaître. J'espère me tromper, mais le bas était déjà tout aménagé ...
 
J'arrive au bois de Célie et je ne peux pas y passer sans aller faire notre boucle. Toutefois, je ne me sens pas en état pour tenter le kom, donc contrairement à d'habitude, je n'attaque pas bille en tête et y vais plutôt avec l'idée de rouler avec un bon rythme constant, histoire de voir où ça mène. Déjà, c'est bien sec, mais la végétation a poussé et par 2 fois, des ronces s'accrochent au visage, pour les bras, je ne compte même plus ... Je roule pas mal, mais très loin de mon record sur la première partie, j'accélère alors nettement sur la partie roulante, avec une pointe à 35 km/h. Je ne me sens pas si mal finalement, du coup, je vais essayer de garder de la vitesse sur la suite, mais bon, c'est là que c'est le plus cassant, avec des racines, des virages serrés, un arbre en travers, bref, je perds un peu de temps, mais le fait de ne pas être parti comme un fou m'a permis de garder des forces pour finir fort, et surprise, je prends la deuxième place au classement, alors que je n'étais rien venu chercher au départ. Pas mal.
 
Je récupère sur la jonction pour rejoindre le GR14 qui est mon véritable objectif du jour car je sais que je peux nettement améliorer mon temps. Les conditions sont bonnes, c'est bien sec, enfin pas complètement partout, mais globalement, les conditions sont très bonnes. Par contre, ça démarre mal, un énorme arbre coupe le chemin, il faut prendre une déviation accidentée et tortueuse qui fait perdre du temps et juste après, il y a encore 2 arbres en travers. J'accélère donc pour rattraper le temps perdu, je roule fort, tout s'enchaîne bien, puis j'arrive dans une zone où il y eu des coupes, déjà j'ai du mal à reconnaître et retrouver mon chemin, ensuite, les engins ont un peu tout défoncé et il reste pas mal de bois et de petits troncs en travers. Je continue d'envoyer, c'est un effort de longue haleine, le segment faisant 6 km. J'arrive dans le secteur des passerelles, et quand j'arrive vers celle où Raph avait fait la toute première figure filmée avec ma toute première caméra, et bien, ça ne passe pas, elle s'est effondrée. Obligé de passer à pied, je perds un peu de temps, je relance et continue sur un bon rythme. Sur la suite, il n'y a plus de coupes, la végétation a repris ses droits, je me fais bien griffer les bras, c'est là que je rencontre des flaques de boue, impossible à éviter, puis à nouveau une passerelle défoncée, mais celle-ci, dans ce sens, ça passe (avec mon élan, je suis passé tout droit, mais au retour, je me suis aperçu que je suis vraiment passé au-dessus d'un trou, dans l'autre sens, ça passe pas). Je trouve à nouveau 2 gros troncs d'arbre en travers du chemin sur le dernier secteur, m'obligeant à nouveau à descendre du vélo, mais enfin, j'arrive au bout, et là, boum, le kom avec une amélioration de 2'26   :190: :252: :253: . C'est bon çà, l'heure de la retraite n'a toujours pas sonné pour papy Jihem  :92: !
 
La passerelle de Raph a un peu morflé :
 
 
Celle là aussi :
 
 
Après un petit tour par les bosses de Pontcarré, je rentre tranquillement par le même chemin, me refaisant la descente à Noisiel, pour le plaisir. Après sur la piste, ce n'est plus la même qu'à l'aller, cette fois, je suis aux heures de pointe, et tous les gars qui sont seuls au monde sont de sortie, et que je me mets au milieu, et que je roule à 3 de front à 10 km/h, et que je traverse sous ton nez ... j'en passe et des meilleurs. J'étais bien plus tranquille sur mon GR !
 
Bien content de ma sortie, j'ai failli faire la grasse mat', mais je ne regrette pas finalement.
 
Statistiques
Distance : 62,6 km
Moyenne : 19,5 km/h
D+ : 474 m
Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 21:16
Participants : Bbanpc, Jihem, Petitdragon, Raph
 
Un peu à la bourre ce matin quand Bbanpc arrive chez moi, je finis de me préparer à l'arrache, mais on part avec un peu de retard sur l'horaire prévu, du coup, Bbanpc, déjà chaud, attaque la côte du pont de Bry dare dare, tandis que je peine un peu à m'échauffer. 
 
Plus loin, au Piple, je ne suis guère mieux et avant même d'attaquer la côte, j'ai déjà quelques longueurs de retard. Bbanpc, lui, a les jambes en feu et l'écart se creuse très rapidement. J'y vais cool, pas de jambes ce matin, alors que Bbanpc réalise sa meilleure montée, du coup, je suis complètement dans les choux quand j'arrive au sommet du Piple.
 
Surprise, Raph est là, avec son Engine Lab réparé par Akrilite. On attend un peu Petitdragon pourtant le plus proche du RV, et à son arrivée, il se fait bien accueillir par Bbanpc, il faut dire que les deux nains ne s'étaient pas revus ... et étripés depuis le trip :P.
 
Petitdragon va nous guider aujourd'hui, d'abord dans la forêt de Notre-Dame que je retrouve avec plaisir après plusieurs mois, faut en profiter tant que c'est sec. A un carrefour, Petitdragon frotte avec Bbanpc, volontairement, puis plus loin, cette fois, c'est involontairement que Petitdragon, encore, se frotte encore plus fort avec Raph, qui n'avait pas entendu Petitdragon prévenir que ça tournait; chaud, c'était pas loin du carton.
 
On quitte la forêt, puis dans la descente, où il faut prendre à droite le passage de la chaîne, sur le freinage, j'entends un énorme bruit derrière, je me dis que Raph a un problème de frein et qu'il va venir m'emboutir, mais en fait, non, on s'est tous fait avoir, à la maison où l'on tournait, il y avait des travaux et c'était juste le bruit d'une machine Razz .
 
Après le Réveillon, où l'on roule bien, Petitdragon nous fait éviter la grosse côte habituelle pour aller tourner beaucoup plus loin sur un single à flanc de côteau bien sympa. Il poursuit ensuite par un enchaînement de singles dans une autre forêt pas loin du Griffon où nous sommes déjà allés avec Lomax. 
 
Nous arrivons enfin au Griffon sous un ciel menaçant, empli de nuages noirs peu engageants. On se fait bouchonner dès l'entrée par un groupe qui n'avance pas sur le single à gauche de l'allée principale. Du coup, on se disperse et je finis par perdre les autres, je monte donc les attendre au sommet de l'Allée Royale où ils finissent par me rejoindre. Peu de vététistes aujourd'hui, on ne rencontre même pas les habitués (Akrilite, Lomax ...), pour une fois qu'on vient, c'est dommage.
 
On commence par Diago, ça roule bien et j'améliore mon temps. Ensuite, je recherche l'Empaleuse, mais je me trompe et pars sur Si tu freines tu es un lâche, mais pas grave je l'aime bien aussi celle là et les autres aussi. Avec Petitdragon on s'est même essayé sur le premier petit tremplin. A retenter avec un peu plus de vitesse, il n'est pas méchant celui là. On remonte rechercher l'Empaleuse que je retrouve, le temps que Petitdragon installe sa caméra pour tester son nouveau support sur la bretelle du sac. Celle là est un peu plus cassante, notamment pour Raph qui la découvre, surtout la petite marche, mais avec la selle baissée (yeah, il a pensé à sa TDS téléscopique) ça passe. On remonte faire The Junk. Avec Bbanpc, nous ne sommes pas trop fans, ça remonte, ça descend pas beaucoup, faut relancer, bref, pas trop de sensations. Ca ne m'empêche pas de faire là aussi mon meilleur temps, tandis que Raph est parti à la faute dans le dévers, sa roue avant s'étant dérobée. Il faut dire que c'est sec et un peu glissant. Pas de gravité et comme souvent avec Raph, c'est le côté gauche qui a pris.
 
On remonte par la grosse côte, je commence à être chaud, bien chaud même, le temps étant vraiment lourd, et je me sens nettement mieux en montée maintenant. Je propose de faire la dernière descente, le long de l'Allée Royale car il est 11h, et je veux rentrer pas trop tard, ma fille étant à la maison jusqu'en début d'après-midi. Au moment d'attaquer la descente, on doit temporiser car un gamin sur une draisienne est en train de se lancer dans la descente sous le regard de sa mère, un peu inconsciente. On remonte un peu et on va se lancer ... quand arrivent Akrilite, Lomax, Damien, Gilles et Lilou. Du coup, on se tape la discute, ce qui laisse le temps au gamin de faire ses cascades et de libérer le chemin avant qu'on puisse enfin s'y lancer.
 
Sur le chemin du retour, le vélo de Raph se met à  faire un sale bruit. On croit d'abord qu'il s'agit des freins, mais pour les spécialistes, ce serait plutôt les roulements de la roue arrière.
 
Au Piple, je n'ai pas envie de descendre par le chemin de montée, c'est tout droit, et je propose le chemin du fond. Bon, lui aussi est tout droit, mais bon, c'est pas pareil :P . En bas, j'anticipe pour tourner vers Sucy, pensant que les autres vont suivre, mais en fait, je vais rater la séparation avec Raph qui ne va pas rentrer avec nous (désolé Raph, je pensais que tu venais jusqu'à Chennevières). A Chennevières, on se sépare tous et je vais rentrer jusqu'à Champigny par les bords de Marne, puis, l'heure tournant, je vais couper au plus court par Champigny mais ce n'est franchement pas agréable, au milieu de la circulation, serré par les voitures.
 
Statistiques
Distance : 51,7 km pour Raph, 61,6 km pour moi, 70,3 pour Bbanpc
Moyenne : 17,4 km/h
D+ : 579m pour Raph, 654m pour moi, 724m pour Bbanpc
Chute : 1 pour Raph
Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 18:15
Participants : Jihem, Milkshake, Petitdragon
 
Première sortie post trip avec la Horde (j'ai quand même fait 2 petites sorties avec ma femme entre temps) et ce matin, on roule enfin avec Milkshake qui est inscrit sur le forum depuis quelques temps, mais avec qui nous n'avions pas encore eu l'occasion de rouler.
 
Il fait grand beau temps quand je sors le vélo et déjà chaud, ça promet. Dès les premiers tours de roue, je sens que la selle (que j'ai démontée pour regonfler ma tige de selle télescopique) est mal réglée, je glisse vers l'arrière. J'arrive au RV, personne, j'en profite pour remettre la selle plus sur l'avant, je fais un petit tour pour essayer et quand je reviens, je vois un gars en train de sortir, difficilement (la voiture est un petit modèle) un VTT. Hum, ça sent le Milkshake à plein nez, si je puis dire, je m'approche et bingo, c'est bien lui. Il a bien fait de venir en voiture car depuis Maison Alfort, cela lui aurait fait une sortie bien trop longue.
 
Le temps qu'il remonte son Lapierre X-Control, je reçois un SMS de Petitdragon annonçant un petit retard (ses filles ont dû lui sauter dessus pendant qu'il se préparait pour lui souhaiter une bonne fête des pères :D ), du coup on papote un peu et à cette occasion, on s'aperçoit que ce sera une sortie entre informaticiens, c'est original.
 
Voilà Petitdragon, à donf, bien essouflé et déjà en nage, la chaleur est déjà bien présente. Le temps de faire les présentations et c'est parti dans un secteur que ne connaît pas du tout Milkshake, à part la base de Jablines ... mais en ski nautique, autant dire qu'on n'a pas du passer aux mêmes endroits  Razz .
 
Comme il est tôt et que ce n'est pas encore trop encombré, on se prend le chemin de halage le long du canal. Je n'ai pas pris le coupe-coupe pour dégager le chemin, j'aurais dû, ça a vraiment bien poussé, et au-delà du fait qu'on n'ait plus du tout de visibilité, ça frotte bien sur les bras. Voilà ce qu'on appelle un sport proche de la nature !
 
Au parc de Champs, on commence par le single le long du ruisseau, bien sec (le single, pas le ruisseau :lol: ) mais pour autant, on ne tente pas le passage du gué, assez foireux quand même, un coup à finir les pieds dans l'eau, puis on grimpe sur les coteaux en poursuivant le single que j'ai découvert récemment, jusque tout en haut. On le redescend à moitié pour enchaîner avec notre descente habituelle, ça décolle un peu sur les bosses :88: .
 
Après Nestlé, on attaque fort le single pour essayer de reprendre notre bien sur le segment Strava, mais en plein milieu, il faut piler à mort car 2 joggeurs avec un chien bloquent le passage, je crois qu'on leur a un peu fait peur, oups. A la sortie, on a expliqué à Milkshake qu'il y avait un segment, ce qui explique pourquoi on avait accéléré d'un coup.
 
On se calme pour la suite, notamment le bois de Vaires, où l'on ne se perd plus ... tant qu'on reste sur le parcours classique, sans chercher à innover sur les divers chemins qui finissent souvent en jus de boudin.
 
Le tas de gravas est toujours à l'entrée du sentier des vaches, que l'on fait à bon rythme.
 
On rejoint Villevaudé où l'on peut faire le raidar tranquille, pas de petit batard aujourd'hui pour essayer de nous (enfin me) mordre les mollets. Ca grimpe toujours autant, et au sommet, pause habituelle, après un peu plus de 20 bornes, pour manger une petite barre.
 
On attaque la descente bien sèche en espérant que la zone marécageuse s'est aussi asséchée, que nenni, je passe le premier, et j'aperçois des traces de bourbiers et plus je m'approche à bonne vitesse, je vois de l'eau dans des ornières. Tant pis, je fonce droit dedans, je me fais ravaler la façade et derrière moi, vu les cris, ce n'est pas mieux. Voilà comment revenir sales d'une sortie sèche, juste à cause de 10 m bien pourris. 
 
On remonte rejoindre la route puis le bois de Luzancy. On démarre bien, et alors que nous sommes lancés à bonne vitesse, il faut piler car un cheval, et sa cavalière, nous bloque le chemin, étroit sur ce passage. On se range comme on peut sur les côtés, dans les orties pour ma part  :grumpf: , pour les laisser passer, puis on repart de plus belle. Alors que j'étais dans la roue de Petitdragon, j'avale un insecte, gloups, je le sens bien descendre dans la gorge, le temps d'attraper l'embout du tuyau pour boire. Même avec de l'eau, il ne passe pas, je tousse, je suis limite de vomir, je retousse et le truc remonte et ressort, ouf ! Evidemment, j'ai perdu quelques longueurs avec ça, faut que je relance pour revenir dans la roue de Petitdragon. A la sortie du bois, il y a un rassemblement de VTT au milieu du chemin, qui se dégage vite en nous voyant. On repart presque ensemble, et les deux groupes se mêlent un peu, le temps de tourner vers Carnetin, sauf que nous nous séparons rapidement, puisque nous, nous prenons la montée des bassines. C'est très sec, en plus les bassines ont été presque toutes comblées avec des pierres, ça monte, mais sans difficulté par rapport aux conditions hivernales. Je suis pas mal, je vais d'ailleurs faire mon meilleur temps.
 
Un petit bout de Dhuis, puis on rejoint la route pour finir la montée et admirer le point de vue à Carnetin, juste en face et au-dessus de Jablines. On briefe Milkshake sur la descente à venir, où, par prudence, ne connaissant pas, il ne va pas s'enflammer, mais il se débrouille bien en descente, pas de soucis. Avec Petitdragon on lâche un peu les chevaux, puis on l'attend un petit coup à la route, avant de repartir de plus belle sur la deuxième partie, avec de beaux petits sauts sur le bas, vu la vitesse. Vraiment fun cette descente.
 
La remontée des ornières est plus dure, mais je ne me sens pas mal du tout et au contraire, j'enchaîne bien les 3 coups de cul successifs et améliore nettement mon meilleur temps. Petitdragon me dit que j'ai mangé du lion, mais en fait, je crois que c'est le trip dans le Cantal qui m'a donné la pêche, je suis revenu plein d'énergie. Papy Jihem n'est pas encore à la retraite !  :191:
 
On se fait plaisir ensuite sur la descente avec les lacets, même si au début on a croisé un couple de trailers et surtout un mec en VTT qui montait et qui nous a crié après, alors que le chemin est large à cet endroit, qu'on l'avait vu et que cela croisait avec plus d'un mètre de marge sans problème. Pas compris comment il s'est fait peur tout seul, lui :scratch: . J'étais parti devant, mais Petitdragon ayant attendu Milkshake pour le guider à l'embranchement s'est retrouvé seul, à un moment, sans son poisson pilote sur ce secteur, et a raté un des lacets. Beau décollage aussi sur la dernière bosse, prise à pleine vitesse. 
 
Pour prolonger le plaisir, on s'est fait la montée du bout, où j'ai encore amélioré mon meilleur temps (quand je vous disais que j'avais la pêche), avant de la redescendre à donf. Dans le dernier virage, Petitdragon qui avait tout lâché dans les racines a eu un peu de mal à virer et est passé vraiment dans les branchages en bord de chemin, c'était limite.
 
Retour par le single le long de la Marne jusqu'à Lagny, avec encore une végétation débordante dont des orties qu'on a essayé d'éviter au maximum. A Lagny, petite pause barre au bord de l'eau, juste après le portage de la sortie (un escalier à monter Razz ), puis passage par le port, où l'on a eu droit à un petit strip tease en passant devant une péniche où il y avait une fête, et sur le chemin, une nana en sous-tif, agitant son tee-shirt à la main, et se trémoussant lascivement (là, c'est le passage pour réveiller l'attention de tous les hordeux qui ne roulent plus trop, à revenir rouler avec nous pour profiter des rencontres inopinées de la sorte, hein Guigui ? :89: ).
 
Poursuite par la base de Vaires puis retour par la piste cyclable, à bon rythme, jusqu'à Bry. Retour à temps pour un petit apéro, une bonne fondue bourguignonne et une délicieuse mousse au chocolat pour la fête des pères. Autant dire qu'après tout cela, je suis allé me faire une bonne sieste, juste après être allé voter (j'étais tout seul dans le bureau de vote ...).
 
Bien content d'avoir rencontré un nouveau hordeux, ça faisait longtemps, qui, en plus, roule bien. A une prochaine ... 
 
Statistiques
Distance : 60 km pour Milkshake, 62 km pour moi, 82 km pour Petitdragon
D+ : 518 m pour moi et Milkshake (d'après Strava, j'étais plutôt à 370 m sur mon GPS) et 773 m pour Petitdragon
Moyenne : 17,3 km/h pour moi et 17,7 km/h pour Petitdragon
Repost 0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories