Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 14:31

Participant : Jihem

 

Ce matin, mon père dédicaçait ses deux derniers bouquins au Grand Bornand. Avec ma fille, initialement, on avait donc prévu une sortie en montagne depuis le Grand Bornand, sauf qu'avec la canicule, on a préféré s'abstenir. Ayant une demi-journée de libre, ça a commencé à bouger dans ma tête. Grand Bornand = montagne = envie de rouler ... mais pas assez entraîné cette année pour rouler en montagne = et pourquoi pas tester un VTT électrique ?

 

Je m'improvise donc une sortie à l'arrache, en visant le tour du Lachat, la montagne du Grand Bornand, que j'avais déjà fait en 1986 (ça nous rajeunit pas ma bonne dame !) lors de ma première expérience en VTT, du tout rigide et du tout à la cuisse à l'époque. Maintenant, dans les boutiques, il n'y a plus que des VTT électriques, bon, ben, du coup, je vais enfin découvrir. Le parcours est exigeant au niveau des montées, mais d'après mes souvenirs, c'est plutôt cross-country qu'enduro au niveau difficultés techniques, parfait pour apprendre à maîtriser l'engin.

 

L'engin en question est un Haibike d'enduro (j'ai pas fait gaffe au modèle, je n'y connais rien en électrique), avec 180 mm de débattement, un moteur Bosch à 4 niveaux d'assistance (sans compter le mode piéton pour pousser le vélo) et des freins à double piston (faut bien cela pour arrêter les 27 kg de la bête en pleine descente).

 

Le technicien m'explique les différents modes :

Off : tu en chies pour traîner les 27 kg de l'engin avec tes petites cuisses

Eco : petite aide pour compenser le poids du vélo et gagner 2-3 km/h

Tour : aide pour les pentes moyennes

EMTB : aide pour les pentes fortes

Turbo : aide à 300%, mais pas recommandé car patine et attention la batterie. J'ai utilisé une fois pour voir mais pas convaincu

 

Pas de bol, c'est jour de marché et je dois traverser tout le marché pour rejoindre la route de départ. J'ai mis le mode Eco, je sens une petite poussée, mais avec tout le monde autour, je fais gaffe. Je suis même obligé d'en faire un bon bout à pied, trop de monde.

 

Enfin, j'attaque la route de départ. Je ne la connais pas, mais ça attaque rude d'entrée. Le mode éco est insuffisant vu le poids du vélo, je passe donc les premiers lacets avec le mode Tour. On ressent nettement l'aide au pédalage, mais pour que ça marche, il faut bien pédaler, je suis vite en sueur et les cuisses commencent à chauffer. En fait, avec ce mode, j'en bave comme en montant normalement, la différence, c'est que ça monte plus vite.

 

Les lacets continuent de s'enchaîner, la pente s'accentue, je passe donc le mode EMTB et là, l'aide est vraiment top, je passe les raidillons avec un bon coup de pédale, mais ça pousse fort, c'est vraiment efficace, j'ai l'impression d'être Flocycle dans un col, le genre de truc dont tu rêves mais qui n'arrive jamais  :P. Je suis loin d'être en haut, la montée n'en finit pas (je sais que je dois m'enquiller 800-900m de D+ sur cette première montée), aussi, je décide d'économiser la batterie, dont j'ignore la consommation, et repasse dès que je le peux en assistance moindre avec le mode Tour.

 

Plus je monte et plus je découvre la chaîne des Aravis, juste en face de moi, toujours aussi belle. Je pique une bonne suée dans cette montée interminable et je commence à ressentir une douleur à l'intérieur du genou droit, signe que les genoux et les cuisses travaillent quand même.

 

J'approche d'un premier point haut et rattrape un couple en VTT normal. Je les laisse sur place, j'ai un peu honte, l'impression de tricher par rapport à d'habitude, mais bon, je ne vais pas bouder mon plaisir d'être là, au milieu des montagnes que j'aime, j'en prends plein la vue, ce n'est pas le moment de culpabiliser, il faut au contraire en profiter car si je suis là aujourd'hui, c'est bien grâce au VTT électrique.

 

Vieux chalets et chaîne des Aravis

Je prends quelques photos près d'un troupeau de vaches. L'une se met à meugler puissamment et même carrément à hurler  :shock: . En y regardant de plus près, c'est un taureau ... et visiblement il n'apprécie pas qu'un autre mâle (c'est moi  :P) s'approche de son harem. T'inquiètes bonhomme, tu ne risques rien !

 

Au fond le Col des Annes (que je dois atteindre), en haut à droite, la Pointe Percée
Chaîne des Aravis

J'entame alors une première descente sur piste. Je coupe l'assistance ... et je me prends les 27 kg dans les cuisses. Waouh, faut l'emmener maintenant le vélo ! Une fois lancé, par contre, en descente, ça file avec le poids. Le freinage est bon mais il faut anticiper dans les lacets car c'est un peu plus tardif. Pour l'instant, l'effet en descente est moins positif qu'en montée, je le trouve un peu pataud et lourdingue, à voir plus tard ...

 

Je rejoints alors la piste qui monte au col des Annes, avec ses vieux chalets, au pied de la Pointe Percée, le sommet des Aravis (autour de 2 800 m). Je change la batterie de la caméra et jette un oeil à celle du vélo, j'ai pas mal tapé dedans, le niveau a bien baissé, va falloir peut-être économiser un peu.

 

Col des Annes

 

Je vais alors entamer la partie la plus "technique" du parcours, un petit chemin qui monte à flanc de coteau pour rejoindre la Clef des Annes et Terres Rouges. Ca passe tout seul avec le mode EMTB, c'est sympa, dommage que le reste du parcours ne soit pas de cet acabit. En haut, sur la crête, le spectacle est magnifique des deux côtés : les Aravis dans mon dos et le Jalouvre en face, qui domine le col de la Colombière.

 

Chaîne des Aravis
Début du sentier vers la Clef des Annes, au fond la Tournette, au milieu le Lachat

 

Chaîne des Aravis depuis la Clef des Annes, en bas le col des Annes, en face la Pointe Percée
Vue de l'autre côté, avec le Jalouvre, en face, et le village du Chinaillon en bas

Je suis la crête jusqu'à la Duche (ce sont mes pistes de ski, en fait, en hiver), puis j'entame la descente vers le Chinaillon. La descente se fait sur piste (dommage) avec beaucoup de gravillons, faut faire gaffe dans les virages serrés, surtout que, maintenant, je commence enfin à apprivoiser la bête en descente, et que je commence à lâcher les chevaux et me prend même à décoller un peu sur des petites bosses (ne nous enflammons pas, ça reste très léger).

 

Dans la descente, lac de rétention d'eau du Maroly, en face le Jalouvre

 

Pour la suite, comme me l'avait dit le loueur, on ne peut pas passer par le chemin habituel, et pour cause, il est complètement défoncé par les pelleteuses et les camions qui sont en train de refaire nombres de pistes de ski du Chinaillon. Du coup, la déviation m'amène sur le bas du col de la Colombière. Je coupe les derniers lacets avec un sentier piéton plus sympa que le bitume, mais au Chinaillon, je n'ai pas le choix, c'est la route. 

 

En bas du Chinaillon, vers les Outalays (ils refont toute l'arrivée de la piste), ça bifurque pour remonter très fort. Je dois être revenu pour midi et je ne suis pas en avance, à force de faire des photos notamment, donc comme il me reste 2 crans de batterie et que je sais que c'est la dernière montée, je garde le mode EMTB tout le long. Cette fois, je maîtrise bien le rapport entre pédalage et accroche moteur, je suis super efficace et monte les 400-500 m de dénivelé à un bon rythme (du coup, cette fois c'est le genou droit qui se manifeste), je vais même obtenir le kom sur cette montée (j'espère qu'il y a des classements différents entre VAE et vélos normaux, sinon, je vais me faire bénir ...).

 

J'arrive au sommet du télécabine qui arrive du Grand Bornand village. Je change une dernière fois la batterie de la caméra et c'est parti pour la descente que j'espère sympa. Ca commence par un petit chemin, puis assez vite cela se transforme en piste (groumph), puis en bitume (ah non !) quand je rejoints la montée de départ. Moi qui espérait un peu de singles dans les bois, je suis déçu ! Du coup, je file sur la route, à bonne vitesse, je ma^trise bien le vélo en descente maintenant, puis en bas, trouve un plan B pour éviter le marché, pour arriver pile poil à l'heure pour rendre le vélo (j'ai fait le parcours en 2h05 alors qu'il était annoncé en 2h30) et retrouver mon père qui venait juste de finir sa séance de dédicaces.

 

Il est l'heure du bilan. Tout d'abord, je relativise mon test sachant que j'ai suivi un parcours pas difficile techniquement, donc je n'ai pas eu l'occasion de voir ce que cela donnait sur des passages plus engagés. En même temps, il s'agissait d'une prise de contact et partant seul, en montagne, j'ai préféré commencer prudemment. 

 

Je commence par les points négatifs :

- Vélo très lourd : en cas de portage ou si plus de batterie, c'est la galère assurée

- Autonomie de la batterie : au bout de 2h, il ne restait plus qu'un cran de batterie, attention donc soit à économiser la batterie (en sacrifiant de l'assistance, donc ça perd de l'intérêt), soit à prévoir des sorties pas trop longues, soit à prévoir des haltes à des points de recharges (à repérer avant)

 

Points positifs :

- Assistance vraiment efficace, permet de monter plus vite avec moins d'effort (mais avec quand même des efforts, ce n'est pas une mobylette)

- Possibilité d'aller en montagne ou plus loin même quand l'entraînement est insuffisant

- Adaptation aisée aux différents modes (à voir quand même sur terrain moins amical quand il faut jongler avec une commande en plus)

 

Je suis super content de ma matinée, je savais que je n'avais pas la caisse cette année pour faire la sortie que j'ai faîte, mais grâce à l'assistance, j'ai pu la faire, en faisant des efforts, certes, mais sans finir cramé. J'ai pu profiter de ces beaux paysages alors que sinon, je serai resté à la maison, ou j'aurais été faire une petite sortie sur le plat, au bord du lac d'Annecy ...

 

Si l'on n'est plus, comme moi, dans la recherche de la performance, et qu'on reste dans le plaisir d'évoluer dans un cadre agréable, franchement, cela ouvre de nouveaux horizons, et je pense, qu'à terme, je finirai par succomber (Patrice, tu peux commencer à faire de la veille sur les petites annonces pour l'Altitude Powerplay  :P).

 

Statistiques

Distance : 33,40 km

D+ : 1 296 m

Moyenne : 16 km/h

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories