Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 16:06
Participants : Bbanpc, Jihem, Petitdragon
 
Pas les meilleures conditions pour cette première sortie de l'année, mais, bon, faut bien rouler un peu pour garder la forme en prévision de l'Hivernale pour les uns et du trip pour les autres (les autres englobant certains des uns  :D ).
 
RV à 8h45 à Bry, mais je suis déjà prêt et dehors à 8h30. C'est pas possible, je vais être en avance, du jamais vu ! Du coup, j'en profite pour m'échauffer un peu dans Bry, et voir que le vent dans la face va faire mal au retour. J'arrive quand même avec 5' d'avance. Bbanpc, qui arrive par la passerelle du RER, me la joue de Funes en m'apercevant, se frottant les yeux comme s'il avait une vision :255: . Va falloir t'habituer, en 2016, je serai à l'heure !
 
Petitdragon arrive dans la foulée et il est temps de passer aux choses sérieuses. On démarre par la piste cyclable bien détrempée. Bbanpc qui ne quitte plus son fat, attaque bille en tête et il faut s'accrocher pour le suivre, ce qui semble l'étonner, car il se laisse porter par ses gros pneus. Moi qui croyait que ses gros pneus allaient le ralentir et qu'on pourrait le suivre tranquille, ben, c'est raté ! On fait donc la piste à bon rythme, avant de nous lancer dans le parc de Champs, avec montée par l'allée et descente par un des singles. C'est très gras, bien glissant, et la vitesse est proche du néant, mais vu que les roues partent dans tous les sens, c'est finalement bien tendu pour rester sur le vélo et sur le chemin sans finir dans le décor. A ce niveau, les vélos ont déjà bien pris (j'ai bien fait de ne pas nettoyer le mien après les deux dernières sorties).
 
Les passerelles vers Nestlé sont assez glissantes, surtout pour Bbanpc avec ses gros pneus, moi, ça va. Pas de tentatives de kom le long de la Marne, c'est trop gras et il y a un peu de monde. On traverse la Marne pour la longer de l'autre côté jusqu'à Lagny. Vraiment pas passionnant cette grande allée droite toute aménagée, c'était mieux avant quand même. 
 
Avant Lagny, on a l'occasion d'admirer un beau campement sauvage de roms, juste à côté du port. On peut aussi parler de port, mais en l'écrivant porcs, tellement c'est immonde : des caravanes partout, bon, ça OK, on connait, mais surtout des tas d'immondices à côté de chaque caravane, qui retombent jusque dans la Marne, une vraie décharge sauvage, avec en plus les fumées toxiques dues aux saloperies qu'ils brûlent. Après, ils s'étonnent de ne pas être bien accueillis ...(on comprend pourquoi ils n'en veulent plus chez eux non plus).
 
A Lagny, on retraverse la Marne, pour prendre le single le long de la Marne. Au carrefour du GR, comme d'hab' et encore plus particulièrement là vu que c'est glissant, j'évite la partie qui s'effondre au-dessus de la Marne et préfère prendre la route. J'arrive au bout du single avant les deux loustics, mais finalement, seul Bbanpc arrive. Petitdragon a disparu. Il finit par arriver, expliquant qu'il m'avait attendu, ne s'étant pas aperçu que j'avais tourné, et surtout ne m'ayant pas entendu le lui dire.
 
On poursuit vers Chalifert et avant les statues, on décide de s'attaquer à la montée impossible. Impossible, dans ces conditions, c'est certain, déjà que je ne la monte pas quand c'est sec, là, c'est compromis. Tandis que le nain boiteux, qui a raté les entrées, doit nous rejoindre en franchissant un fossé, Petitdragon affronte les premiers mètres du raidar ... et ça s'arrête là car un bout de bois s'est coincé dans le dérailleur, la belle excuse ! Je prends donc le relais et arrive à grimper 5 mètres, ça glisse, 6 mètres, je retrouve un appui, 7 mètres, je patine, 8 mètres, je repatine, 9 mètres, je fais du surplace et j'abandonne ! Bbanpc arrive enfin avec ses gros pneus, aura-t-il plus de chance ? Le suspens est intense :259: ... et bien vous le saurez au prochain épisode ! Mais, non, je déconne Razz. Il va me dépasser et poursuivre encore quelques mètres, avant de patiner sur place à son tour. Quand on vous parlait de montée impossible, dans ces conditions, elle l'est vraiment !
 
Même à pied, on a du mal à arriver au sommet tellement ça glisse. Les pneus se chargent de boues et de feuilles à une vitesse phénoménale, même à pied ! A un moment, j'ai même ma roue avant qui s'est bloquée tellement il y avait de saloperies autour. Au sommet, on prend à gauche le petit single transverse en veillant à ne pas rater celui qui descend sur la gauche. Tout au bout, alors que nous n'y croyons plus, on finit par le retrouver et là, mes amis, c'est parti pour une séance d'Holiday on Ice des grands jours. Bbanpc sur son Dude ne se pose pas trop de questions (en descente, de toute façon, il ne se pose jamais de questions Laughing) et y va franco, j'entends des cris, mais le dessus passe. Petitdragon suit et pousse aussi des cris (ça promet), mais a l'air de rester sur le vélo. J'y vais à mon tour, prudemment, c'est chaud, ça part dans tous les sens, je pousse donc aussi quelques cris pour ne pas être en reste, et passe à mon tour cette première partie.
 
Bbanpc nous fait croire qu'il reconnait cette descente, et pour prouver ses dires, nous annonce fièrement que l'on va bientôt passer près d'un arbre ... mort de rire, on est dans un bois, des arbres, il y en a partout ! Trop fort le nain !  :lol: Bon, en fait, il n'avait pas complètement tort, puisqu'on finit par passer à côté d'un arbre un peu en travers du chemin. Coup de bol ou déclic mémorial stupéfiant de sa part ? On ne le saura jamais, car derrière, on attaque la deuxième partie de la descente, beaucoup plus raide et pas moins glissante, au contraire, c'est même carrément une savonnette. Autant dire que les cris de tout à l'heure sont de la gnognotte à côté de ceux émis cette fois par les deux nains, qui une fois de plus vont tout droit sans réfléchir ... ou en tout cas essaye (d'aller tout droit, car réfléchir, faut pas y compter quand même). Ils arrivent miraculeusement en bas. De mon côté, les premiers dévers sont terribles, avec les pneus plein de feuilles et de boue, il n'y a même plus un crampon qui dépasse et pourrait avoir la bonté de me retenir, non, c'est tout lisse, et je ne maîtrise rien du tout. Je déclipse les deux pieds par précaution, et descend les pieds à côté des pédales, en l'air, tel un équilibriste cherchant à contrebalancer l'effet de la gravité. Cela marche plus ou moins un temps, mais il faut maintenant attaquer la dernière pente, abrupte, glaiseuse et qui semble encore plus traitre. Je ne vais pas bien loin et pars sur le côté dans les arbustes. Je me décide à passer à pied, ne le sentant pas du tout sur le vélo. Hé bien, ce n'est pas mieux à pied, c'est même pire, et au bout de deux mètres, je pars en glissade pour finir sur les fesses ... tout en tenant le vélo debout. Les deux nains sont morts de rire et me conseillent de remonter sur le vélo, mais tant que c'est pentu comme cela, pas possible d'y penser, rien que de rester sur un pied pour remonter sur le vélo et c'est la gamelle assurée. Finalement, j'arrive à remonter sur le vélo pour les derniers mètres et finis sous les applaudissements moqueurs des deux casses-cous.
 
Là, les vélos, sont vraiment dans un sale état, et les bonhommes aussi, d'ailleurs. Pour améliorer les choses, on commence à ressentir quelques gouttes de pluie, super ! On fait quand même la pause à Chalifert, sur le pont ... en plein vent, quelle bonne idée, Jihem ! Non, non, ne me remerciez pas :modeste:.
 
Après avoir repris quelques forces et nettoyé un peu les vélos, il est temps de rentrer, mais ça va être dur, car cette fois, on a le vent dans le nez, et la pluie s'est mise à tomber. Avant Lagny, le long de la voie ferrée, c'est bien gras aussi, et après un beau travers, je perds les roues et me fait lâcher une première fois. Tout le retour sera du même acabit, même si la pluie va se calmer un peu après Lagny : vent de face, petite pluie et les deux nains qui ne ratent jamais une occasion de se tirer la bourre et de piquer un petit sprint, laissant l'ancien à la traîne (ben, oui, depuis que j'ai mon demi-siècle, je roule au train, mais j'ai du mal à accélérer), avant de l'attendre, puis de recommencer ... Soit c'est moi qui décline, soit ils ont mangé du lion pendant les fêtes, voire les deux à la fois, mais en tout cas, j'ai du mal à rester dans les roues dès que ça accélère.
 
On arrive quand même à Bry, à une heure tout à fait raisonnable, ce qui va me laisser un peu de temps pour nettoyer le vélo qui en a bien besoin, par contre, je me gèle avec ce vent et l'eau froide, surtout que je suis mouillé, j'espère ne pas avoir pris froid à ce moment là (ben, oui, c'est fragile les vieux :191: ).
 
51 km pour moi, correct par rapport à mes sorties du moment, mais la boue, c'est relou quand même, surtout quand il faut tout nettoyer à l'arrivée (en plus du vélo et des fringues, j'ai dégueulassé le garage et l'allée qu'il a fallu nettoyer aussi ...). Je crois que le Home Trainer va reprendre un peu du service si ça continue ...
 
Statistiques
Distance : 51 km pour moi, 71 km pour Petitdragon
Moyenne : 18,4 km/h
D+ : ridicule, genre 100m
Chute : 1 à pied pour moi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Horde Sauvage du Val de Marne
  • La Horde Sauvage du Val de Marne
  • : Compte-rendu des sorties VTT de la Horde Sauvage du Val de Marne
  • Contact

Recherche

Catégories